Le président bolivien Evo Morales a confirmé que son pays allait déposer un recours devant la Cour internationale de justice de La Haye contre l'accord de la conférence sur le climat de Cancun, faisant valoir que son approbation sans consensus est contraire aux règles internationales.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Ce sera une autre bataille à caractère international et nous demandons seulement aux peuples du monde d'accompagner ce combat, un combat pour la justice dans le changement climatique», a déclaré lundi le premier président amérindien de l'histoire de la Bolivie, au cours d'une conférence de de presse.

M. Morales a rappelé que les règles de la Convention cadre des Nations unies sur le climat (CCNUCC) établissait que toutes les décisions devaient être prises par consensus des 194 pays membres.

Une écrasante majorité des pays rassemblés à Cancun (Mexique) ont adopté samedi une série de mécanismes pour lutter contre le changement climatique, un accord accueilli par une ovation qui tourne la page de l'immense déception de Copenhague, il y a un an.

La Bolivie a été la seule voix discordante.

Le pays andin considère que l'accord ne va pas assez loin et regrette que les conclusions de la «conférence des peuples sur le climat» organisée sur son sol en avril avec des intellectuels et des représentants de la société civile, n'aient pas été prises en compte.

M. Morales estime que les propositions de sa délégation ont été ignorées à Cancun, notamment celles concernant la création d'un tribunal international pour sanctionner les infractions aux accords climatiques.

Les représentants de la Bolivie avaient annoncé samedi que leur pays avait l'intention d'introduire un recours contre l'accord de Cancun.