Les sandwichs aussi mauvais pour l'environnement que les voitures

Des chercheurs au Royaume-Uni ont étudié 40 types... (A&W Food Services of Canada Inc. via PC)

Agrandir

Des chercheurs au Royaume-Uni ont étudié 40 types de sandwichs pour connaître leur empreinte carbone. La variété la plus gourmande en carbone est le sandwich spécial petit-déjeuner aux oeufs, bacon et saucisses, acheté dans le commerce. Sur cette photo, un chef-d'oeuf avec bacon d'A&W qu'on trouve au Canada et qui a probablement quelques points communs avec le sandwich étudié au Royaume-Uni.

A&W Food Services of Canada Inc. via PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

La consommation annuelle de sandwichs au Royaume-Uni a le même impact sur l'environnement que l'utilisation de plus de huit millions de voitures par an, affirment des chercheurs de l'université de Manchester dans une étude publiée jeudi.

Selon l'association britannique du sandwich (BSA), 11,5 milliards de sandwichs sont consommés chaque année au Royaume-Uni, la moitié étant préparée à la maison et l'autre achetée dans le commerce. Cette consommation annuelle « génère en moyenne 9,5 millions de tonnes d'équivalent CO2, soit l'utilisation annuelle de 8,6 millions de voitures », compare la professeure Adisa Azapagic citée par l'université.

Les chercheurs ont étudié l'empreinte carbone de 40 types de sandwichs différents. Les pires pour l'environnement ? Ceux contenant de la viande de porc (bacon, jambon ou saucisse) et ceux contenant du fromage ou des crevettes.

La variété la plus gourmande en carbone est le sandwich spécial petit-déjeuner aux oeufs, bacon et saucisses, acheté dans le commerce. Les chercheurs ont calculé que la production d'un sandwich de ce type génère 1441 grammes de dioxyde de carbone soit l'équivalent des émissions de CO2 produites par une voiture roulant 12 miles (19 kilomètres).

Le plus « propre » pour la planète est un jambon-fromage préparé à la maison.

La production, la transformation, la conservation au frais des sandwichs, leur emballage et le transport contribuent à leur impact sur l'environnement.

Les chercheurs estiment que leur empreinte carbone pourrait être réduite de 50 % en modifiant les recettes, l'emballage et le recyclage des déchets, et en repoussant leur date de péremption.

La BSA estime également que prolonger la durée de conservation des sandwichs en assouplissant les dates de péremption permettrait d'économiser au moins 2000 tonnes de déchets par an.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer