Ceinture verte: les écologistes pressent Québec d'intervenir

Le PMAD prévoit porter de 7 à 17 %... (PHOTO BÉNÉDICTE MILLAUD, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le PMAD prévoit porter de 7 à 17 % la superficie des aires protégées de la grande région métropolitaine. En photo, le boisé Du Tremblay, à Longueuil.

PHOTO BÉNÉDICTE MILLAUD, ARCHIVES LA PRESSE

Les écologistes de la région de Montréal pressent Québec de s'assurer que des consultations publiques auront lieu dans les 14 MRC de la région de Montréal au sujet de la mise en oeuvre du projet de ceinture verte.

Ce projet fait partie du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) entré en vigueur le 12 mars 2012 après des consultations publiques sans précédent. Il a fait la quasi-unanimité chez les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Les 14 municipalités régionales de comté de la région avaient deux ans, soit jusqu'au 12 mars 2014, pour intégrer les orientations du PMAD dans leurs schémas d'aménagement.

Dans le PMAD, la Communauté métropolitaine de Montréal a signifié sa volonté de créer une trame verte et bleue, une «structure composée d'écosystèmes viables et interconnectés».

Mais à quelques semaines de l'échéance, une seule MRC (L'Assomption) a consulté sa population et fait approuver son schéma.

ne situation qui inquiète le Mouvement Ceinture verte, la coalition des principaux groupes écologistes de la région, dont la Fondation David Suzuki, la Coalition verte, les Partenaires du parc écologique de l'archipel de Montréal et les Conseils régionaux d'environnement de Montréal et de Laval.

Le mouvement a écrit hier aux ministres Sylvain Gaudreault et Yves-François Blanchet pour leur demander d'intervenir.

«Un nombre important de municipalités ne font pas montre à ce jour d'un grand souci de participer à l'atteinte des objectifs du PMAD», affirme-t-on dans cette lettre dont La Presse a pris connaissance.

Le mouvement demande au ministre Gaudreault de forcer les MRC à tenir des consultations et d'adopter des plans de conservation, en plus d'empêcher toute construction dans les boisés déjà ciblés sur leur territoire.

Cependant, hier, le cabinet du ministre Gaudreault ne paraissait pas pressé d'intervenir.

L'attaché de presse du ministre, Yann Langlais-Laplante, a indiqué à La Presse par courriel que les MRC n'avaient pas l'obligation de consulter les citoyens. «Pour le moment, il n'y a pas de problème avec l'application du PMAD», a-t-il dit.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer