Le résultat des élections fédérales de lundi représente une bonne nouvelle pour le projet de ligne rose du métro de Montréal, croit Valérie Plante.

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

Le Parti libéral, reconduit au pouvoir, ainsi que le Nouveau parti démocratique (NPD), qui détient la balance du pouvoir, se sont tous les deux engagés durant la campagne électorale à rendre du financement disponible pour ce projet cher à la mairesse.

« Je suis heureuse que des partis fédéraux aient vu cette opportunité-là », a-t-elle déclaré lors d’un point de presse à l’hôtel de ville, mardi matin, rappelant que « la ligne rose vient vraiment remplir un besoin important, celui de la population du nord-est [de la ville] ».

Se montrant sereine, Valérie Plante a fait valoir sa capacité à travailler avec « les forces en présence », rappelant avoir « travaillé main dans la main » avec le gouvernement provincial pour « sécuriser » la réalisation du « tronçon ouest » du projet.

« Maintenant, je vais continuer à aller de l’avant [pour assurer la réalisation du] tronçon nord-est ».

Si un gouvernement minoritaire peut parfois « complexifier » l’avancement de certains dossiers, Valérie Plante y voit aussi l’occasion « pour une ville comme Montréal de faire valoir certaines de ses priorités ».  

Évitant de dire si elle était soulagée que le Parti conservateur n’ait pas été porté au pouvoir, Valérie Plante a répondu avoir profité de la campagne pour rappeler les besoins de sa ville en matière de mobilité, rappelant avoir dans ce domaine au « minimum » 3,7 milliards de dollars de projets pour les 10 prochaines années. « Montréal ne peut pas se permettre de ne pas faire la transition écologique via le transport », a-t-elle déclaré.

Hâte de rencontrer Blanchet

Félicitant Justin Trudeau pour sa victoire, ainsi que l’ensemble des députés élus et des candidats de Montréal, Valérie Plante aussi dit avoir « bien hâte de rencontrer » le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

« On aime notre Québec, on veut un Québec fort, et ça passe par une métropole qui est forte, qui se démarque », a-t-elle déclaré, ajouter également offrir « toute [sa] collaboration » à l’ensemble des élus.

La mairesse Plante a par ailleurs réagi à la victoire de l’écologiste Steven Guilbeault, dans Laurier—Sainte-Marie, en saluant l’élection de « quiconque pouvant aider » la cause environnementale.

Valérie Plante a aussi dit souhaiter que « le gouvernement fédéral soit plus impliqué » dans le développement de l’Est de Montréal.