(Montréal) Une petite foule d’une centaine de personnes a poussé des cris de joie et s’est mise à applaudir, peu après 22 h, lundi, dans la salle où on attendait Justin Trudeau, au Palais des congrès de Montréal.

Lina Dib
La Presse canadienne

Les militants libéraux étaient accrochés à chaque soubresaut des résultats électoraux diffusés sur des écrans géants. On venait d’applaudir lorsque un réseau de télévision a affiché le chiffre 100 pour les candidats libéraux élus ou en avance. Mais c’est lorsque le réseau de la Société Radio-Canada a annoncé que le prochain gouvernement serait formé par le Parti libéral que la joie a éclaté.

Les militants ont alors commencé à scander, en anglais, « Quatre années de plus ! ».

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

C’est dans ce décor que le chef libéral Justin Trudeau viendra prononcer son discours, plus tard en soirée.

Les sondages tout au long de cette campagne ont relevé des résultats très serrés. On croyait qu’on ne saurait que très tard si M. Trudeau réussirait à décrocher un second mandat ou si le conservateur Andrew Scheer deviendrait premier ministre.

Caméras et photographes ont enregistré quelques images du chef libéral et de sa famille dans une suite d’hôtel, en train de regarder les premiers résultats, en début de soirée, ceux des provinces atlantiques.

Comme prévu, les libéraux y perdaient quelques plumes, eux qui avaient remporté les 32 sièges de ces quatre provinces en 2015. Mais les dégâts étaient moins lourds qu’ils ne l’avaient craint. Alors qu’on comptait encore les votes, les libéraux savaient qu’ils avaient perdu au moins six comtés ; quatre aux mains des conservateurs, un au profit des néo-démocrates et un autre décroché par les verts.

Le sort de M. Trudeau et la nature d’un possible second mandat-minoritaire ou majoritaire-dépendait en partie de la bataille au Québec. Les libéraux tentaient de s’y accrocher à 40 sièges pendant que les bloquistes avaient des raisons de croire qu’ils pourraient leur en ravir plusieurs.

PHOTO STEPHANE MAHE, REUTERS

Justin Trudeau est allé voter en compagnie de sa famille.

À la dissolution du Parlement, le Parti libéral du Canada détenait 177 sièges, devant le Parti conservateur du Canada qui en avait 95.

Il faut au moins 170 députés pour former un gouvernement majoritaire.