(Québec) Le chef conservateur, Andrew Scheer, a profité d’un passage à Québec mardi pour lancer un appel à la nation québécoise afin de l’aider à battre Justin Trudeau.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Entouré de ses candidats de la région de la Capitale-Nationale, M. Scheer a aussi tiré à boulets rouges sur le Bloc québécois, agitant l’épouvantail d’un référendum sur la souveraineté.

« J’ai besoin de la nation québécoise pour remplacer Justin Trudeau », a lancé Andrew Scheer lors d’un point de presse dans le Vieux-Port de Québec.

« Les Québécois peuvent envoyer à Ottawa un gouvernement conservateur qui comprend la réalité québécoise et qui va pratiquer un fédéralisme de collaboration », dit-il.

L’appel à l’aide du chef conservateur adressé aux Québécois n’est pas anodin. Selon un récent sondage Mainstreet, les conservateurs sont troisièmes au Québec dans les intentions de vote, derrière le Bloc québécois et le Parti libéral.

« Le lendemain après les élections, le Bloc va travailler avec le Parti québécois contre M. Legault. Sa priorité, c’est un nouveau référendum », a lancé Andrew Scheer.

Tramway et troisième lien

Les conservateurs détenaient cinq des sept circonscriptions de la Capitale-Nationale au déclenchement de la campagne électorale. Très confiants au départ, ils ne cachaient pas leur ambition pour Québec. Le député Gérard Deltell disait même à La Presse vouloir « passer la gratte » dans la région.

Mardi, Andrew Scheer s’est fait rassurant : même si un gouvernement conservateur entend couper dans les infrastructures, il va quand même financer les projets de tramway et de troisième lien.

Plus tôt mardi, le Parti libéral avait envoyé un communiqué dans lequel il laissait entendre que le projet de tramway ne se retrouvait pas dans le cadre financier conservateur. Le gouvernement Trudeau s’était engagé à payer 1,2 des 3,3 milliards que doit coûter le projet.

« Andrew Scheer a attendu une longue fin de semaine pour dévoiler sa plateforme parce qu’il voulait éviter d’attirer l’attention sur ses coupes de 53 milliards de dollars, dont 18 milliards dans l’infrastructure », accuse Jean-Yves Duclos, candidat libéral dans Québec.

M. Scheer a accusé les libéraux de mentir, et a confirmé qu’il allait honorer l’engagement des libéraux envers le tramway.

Le chef conservateur assure également que son parti est le seul véritablement en faveur du projet de troisième lien. Il a toutefois refusé de dire exactement combien d’argent son gouvernement serait prêt à injecter dans un tunnel entre Québec et Lévis.

Selon lui, ce projet, très critiqué par les environnementalistes, est nécessaire, car « les gens de Québec le veulent ».