Yves-François Blanchet a réussi ce qui semblait impensable il y a moins d’un an : rétablir l’harmonie au sein des troupes bloquistes. Pour le politicien qui a acquis la réputation de jouer dur dans les coins, au point d’être qualifié de « goon » par d’ex-collègues péquistes, le prochain défi est de ramener à Ottawa une imposante délégation du Bloc québécois le 21 octobre prochain. Une tâche à laquelle il s’est attelé plus « zen », assagi. Mais chassez le naturel…

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Casseur (au service de quelqu’un) ». C’est la traduction du mot goon que propose le dictionnaire Larousse. C’est aussi l’épithète qui colle à la peau du chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Sa consécration à titre de sbire, il la doit apparemment à un collègue péquiste. Elle date de l’époque où la chef du Parti québécois, Pauline Marois, était aux prises avec une crise interne et une contestation de son leadership, en 2011.

« C’est très injustifié, à mon point de vue, confie l’ancienne première ministre péquiste à La Presse. Il m’a effectivement défendue à différentes reprises, mais il n’a pas été, je dirais, si méchant que ça avec ses adversaires ou avec les gens qui s’opposaient à moi. »

PHOTO GRAHAM HUGUES, LA PRESSE CANADIENNE

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, est allé à la rencontre des électeurs de Belœil, le 3 octobre dernier.

« Ça ne correspond pas du tout à la personne, cette image de goon. Il peut être incisif parfois, c’est sûr, mais regardez-le aller, il n’a pas l’air du tout de ça ! », enchaîne Pauline Marois, plaidant que « souvent, nos amis sont plus durs avec nous que nos adversaires ».

L’anthropologue de formation ne ménageait pas non plus ses vis-à-vis au Salon bleu.

Il était baveux et il était blessant. C’est un gars qui maîtrise bien la langue française, et il sait choisir les mots pour frapper fort.

Christine St-Pierre, députée du Parti libéral du Québec

Elle se souvient encore avec amertume d’un commentaire « pas loin de la misogynie » que lui a balancé Yves-François Blanchet en 2011. « Il m’a dit que je roucoulais sur les tapis rouges plutôt que de défendre la langue française », se remémore-t-elle.

Cela dit, l’ex-ministre de la Culture estime que son ancien interlocuteur à l’Assemblée nationale a changé depuis. « Il reste un peu hautain, mais il a fait du chemin », note-t-elle dans un entretien avec La Presse.

Faire oublier « l’air bête »

C’est ce que plaide également aujourd’hui le principal intéressé.

« Je me reconnais moins là-dedans maintenant », affirme Yves-François Blanchet entre deux bouchées d’un strudel qu’il déguste sur la terrasse de La Cabosse d’Or, petite chocolaterie qui a pignon sur rue dans la circonscription qu’il convoite, Beloeil–Chambly.

Mais tenter de faire oublier « le personnage véhiculé par l’appareil média, celui d’un air bête », et de remplacer, un sourire à la fois, « les banques de photos où j’ai toujours l’air de vouloir manger la face à quelqu’un » n’est pas chose facile, dit-il à La Presse.

Le goon est retourné au vestiaire, car « la direction du Bloc a débuté avec une dose gigantesque d’humilité », dit-il. Le parti était « dans un état pitoyable », et il fallait « arriver avec une dose d’humilité – ce qui n’est pas une spécialité maison », admet M. Blanchet.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Yves-François Blanchet dans son autobus de campagne, le 24 septembre dernier

L’ambition, elle, en est une, comme en témoigne un extrait du livre Dans l’intimité du pouvoir, signé par Dominique Lebel, qui a été le directeur de cabinet adjoint de Pauline Marois pendant le court règne péquiste à Québec.

« Lorsque Madame [Marois] a composé son équipe ministérielle, Blanchet a violemment réagi. Il s’attendait à obtenir un poste de ministre, et celui de whip ne lui convenait pas », relate l’auteur de l’ouvrage. Le whip est le « gardien de la discipline du parti », celui qui doit assurer la cohésion et l’assiduité du groupe d’élus.

L’ire du député de Johnson était apparemment si vive qu’un collègue péquiste « a été appelé en renfort en pleine nuit pour le calmer », fait remarquer M. Lebel dans ce journal politique.

Cela ne fait pas de lui un être présomptueux, estime son ex-collègue Sylvain Gaudreault, député péquiste de Jonquière. « Il y en a plein, en politique, des gens qui veulent des rôles plus importants, tempère-t-il en entrevue à La Presse. Ce n’était pas le poste qu’il convoitait, mais il s’est rallié. »

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Sur cette photo prise en 2012, Pauline Marois, première ministre de Québec, est aux côtés d'Yves-François Blanchet, ministre de l'Environnement.

Peu de temps après, Yves-François Blanchet obtient finalement sa limousine : il hérite du ministère de l’Environnement en décembre 2012, en remplacement de Daniel Breton. Il demeurera aux commandes jusqu’à ce que les péquistes soient chassés du pouvoir.

Rien devant soi

À l’instar de plusieurs ministres du gouvernement Marois, il perd son siège aux élections d’avril 2014. Il retourne dans ses terres et fonde TAG.média, site d’information en ligne. Les revenus n’étant pas au rendez-vous, l’aventure durera à peine plus de trois mois.

En août 2016, il est repêché par le Club des ex, à RDI. Mais tandis qu’il prend ses aises dans ses nouveaux habits de commentateur politique, d’aucuns le voient déjà effectuer un retour dans l’arène – au Bloc québécois, en quête d’un chef permanent.

« Ça n’a pas été très réel. Je traversais une période économiquement très, très, difficile », raconte l’homme aujourd’hui âgé de 54 ans.

Quand tu as été ministre péquiste pendant un an et demi et que tu te retrouves sur le marché du travail, tu n’as rien en avant de toi.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Selon nos informations, Yves-François Blanchet voulait avoir l’assurance d’être le seul candidat sur les blocs de départ. « Il a posé cette condition. Il ne voulait pas quitter son job aux Ex et risquer une course », dit une source bien au fait de ces tractations.

Rien de plus faux, jure le chef bloquiste. « Il n’y a eu aucune manœuvre pour inhiber d’autres projets. L’impression que j’ai, c’est que quand je suis arrivé, il y a eu un élan assez fort pour que de potentiels concurrents se disent : “OK, je vais rester chez nous.” »

Chose certaine, il a su recoller les pots cassés par celle qui l’avait précédé, Martine Ouellet. Qui se souvient de Québec debout, l’éphémère formation fondée par un groupe de sept élus furieux contre l’ancienne pilote du navire bloquiste ?

« Je pense que c’est sa personnalité qui nous a ralliés. Il est rassembleur, ce n’est pas un gars qui divise. Il y a eu une espèce de chimie qui s’est installée. Ça m’a semblé être un mouvement unanime », juge le député sortant bloquiste Rhéal Fortin.

« Quand je l’ai contacté pour l’inciter à se lancer, disons que je n’avais pas grand-chose de sexy à lui offrir. Ma compréhension, c’est qu’il aimait son job au Club des ex. Je pense qu’il fallait qu’il se sente désiré », indique l’ex-chef bloquiste intérimaire à La Presse.

Le « nerd » aux cheveux séparés

L’enfant de Drummondville a choisi de briguer les suffrages en terre patriote. Dans un parc de Mont-Saint-Hilaire, le 24 juin dernier, il va à la rencontre des familles sous un soleil de plomb. C’est une chanson de son ancien protégé, Éric Lapointe, Motel 117, que crachent les haut-parleurs lorsqu’il débarque au Village de la gare. Yves-François Blanchet a été l’agent du chanteur pendant plus de 20 ans.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D’YVES-FRANÇOIS BLANCHET

Yves-François Blanchet a été l’agent d'Éric Lapointe pendant plus de 20 ans.

En matière de consommation de cannabis, il a « fait des tests » durant les tournées avec le jeune chanteur, « qui a été plus intense sur les tests ». Avant cela, le pot ne l’intéressait guère : « J’étais un nerd avec des lunettes d’aviateur et les cheveux séparés sur le côté ! »

Parlant de consommation : en décembre 2008, alors qu’il tentait de se faire élire, il a été appréhendé par des policiers. Il était derrière le volant, en état d’ébriété. « Je prenais mes courriels dans ma voiture. Je ne savais pas que je n’avais pas le droit », explique-t-il.

L’histoire semble bien loin alors qu’en ce jour de Fête nationale, lunettes de soleil, jeans, chemise à manches courtes, Yves-François Blanchet se met à l’ouvrage. Il se lance dans une séance de serrage de mains autour des jeux d’eau où s’amusent les enfants.

« Sincèrement, je suis de nature réservée. Je suis gêné. Je ne suis pas de ceux qui ont le plus de facilité pour ça. J’ai peur de déranger le monde », lâche-t-il en marchant, alors qu’il se dirige vers un autre parc de la circonscription qu’il espère conquérir.

Son ancien collègue ministre Sylvain Gaudreault s’étonne de cette révélation. « Ça ne paraît pas beaucoup », rigole-t-il.

Ressortir le « goon »

Ces derniers jours, alors que son parti a enregistré une progression dans les sondages, le naturel cassant d’Yves François Blanchet est revenu au galop. Sur Twitter, le chef ne se prive pas d’enguirlander détracteurs, opposants politiques et journalistes.

Ulcéré par la formulation de la question sur la Loi sur la laïcité de l’État posée par une animatrice du débat des chefs en anglais, Althia Raj, il a fait circuler sur Twitter une photo où l’on voit cette journaliste du HuffPost Canada attablée avec Gerald Butts, éminence grise des libéraux. « Troublant. Sa question était indigne », a-t-il écrit dans le gazouillis coiffant le cliché, qui a été pris il y a quelques jours dans un restaurant d’Ottawa.

Il a persisté et signé lorsque des journalistes, dont Yves Boisvert et Chantal Hébert, ont fait remarquer qu’il était tout à fait normal, pour un correspondant parlementaire, de rencontrer des sources politiques. « J’aurais dû aller souper avec Pierre Bruneau deux jours avant le débat de TVA. Si M. Bruneau avait ensuite presque insulté un de mes adversaires, je suis rassuré de savoir que personne n’aurait rien trouvé à redire », a-t-il ironisé en répondant à Yves Boisvert.

En juin dernier, à la table de La Cabosse d’Or, Yves-François Blanchet l’avait bien dit. « Ça arrive de temps en temps que je juge à propos de sortir le goon de sa cage cinq minutes et de le renvoyer dedans ensuite. Ça peut servir encore », a-t-il prophétisé.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, lors d'un arrêt à Gatineau le 24 septembre dernier

Quatre choses à savoir sur Yves-François Blanchet

Musique, destination, cinéma et inspirations : voici les préférences du chef bloquiste. 

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Alexandra Stréliski en spectacle à Montréal, en juin 2018

Ses chanteurs préférés (outre Éric Lapointe)

« Je suis encore accroché dans cette époque – Kevin Parent, Daniel Boucher – et j’adore Luc De Larochellière. Je suis aussi un fan d’un bon gros Elvis rond et truculent, mais j’écoute surtout de la musique instrumentale, et des bandes sonores de films. Alexandra Stréliski, aussi, je trouve ça extraordinaire. »

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Yves-François Blanchet a « un faible prononcé » pour la ville de Québec.

Ses villes favorites

« À l’extérieur du Québec, Paris. Quand j’arrive à Paris, je suis un peu chez moi, même si, fondamentalement, je suis un peu plus américain qu’européen – j’aime beaucoup New York. Et au Québec, mon Dieu… j’ai un faible prononcé pour la ville de Québec, même si je ne suis pas fait pour m’entendre avec les radios de Québec. »

PHOTO TARA ZIEMBA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le réalisateur Denis Villeneuve

Son réalisateur préféré

« Ça a l’air facile et cliché, mais Denis Villeneuve. Il y a des gens qui ont été très sévères avec Blade Runner 2049, mais moi j’ai adoré ! Je suis un vieux fan de Harrison Ford, j’adore Denis Villeneuve, alors j’avais les deux mains dans le plat de bonbons ! Et j’écoute encore la bande sonore de Hans Zimmer, qui est un génie de la bande sonore. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

« La personne dont la pensée politique québécoise m’aura le plus influencé, c’est Jacques Parizeau », dit Yves-François Blanchet.

Deux politiciens – un au Québec et un à l’international – qui l’inspirent

« La personne dont la pensée politique québécoise m’aura le plus influencé, c’est Jacques Parizeau. Et malgré le fait que le personnage ait été éminemment controversé, Winston Churchill – un personnage plus grand que nature qui était probablement incapable de vivre avec lui-même, mais… il a sauvé le monde libre tel qu’on le connaît. »