À chacun son métro : pendant qu’une délégation de candidats libéraux de la métropole annonçaient des mesures qui pourraient rendre possible la «ligne rose» du métro de Montréal, voilà qu’à Toronto, c’est Andrew Scheer qui a promis que si son parti était élu, il monterait à bord de deux projets en d’expansion du métro dans la Ville-Reine.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Le Parti conservateur s’est ainsi engagé à fournir du financement fédéral à la nouvelle ligne Ontario, évaluée à 10,9 milliards, ainsi qu’au prolongement de la ligne Yonge, chiffré à 5,6 milliards.

M. Scheer, qui n’a toujours pas dévoilé le cadre financier de sa formation, n’a pas précisé quelle serait l’ampleur de cet engagement conservateur.

«Voilà des exemples de projets qui vont réellement libérer ceux qui conduisent ou qui circulent dans la grande région de Toronto», s’est félicité M. Scheer, qui a profité de l’occasion pour critiquer Justin Trudeau. Selon le chef conservateur, le gouvernement libéral, malgré un plan d’infrastructures de 187 milliards, n’a toujours pas livré de réalisations majeures.

Ces projets d’expansion du métro de Toronto ont été parmi les nombreux sujets de discorde entre le gouvernement provincial de Doug Ford et le gouvernement Trudeau, qui n’a pas annoncé s’il participerait ou non au montage financier nécessaire à sa réalisation, faute d’un plan d’affaires jugé crédible et complet.

M. Ford a déjà promis que la construction irait de l’avant avec ou sans aide fédérale.