(Ottawa) Bien qu’il ait refusé à plusieurs reprises d’affirmer qu’il était anti-avortement hier soir sur le plateau du Face-à-Face de TVA, Andrew Scheer assure avoir « toujours été clair » sur le fait qu’il était « personnellement pro-vie ».

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Bien qu’il ait refusé à plusieurs reprises d’affirmer qu’il était anti-avortement mercredi soir sur le plateau du débat Face-à-Face de TVA, Andrew Scheer assure avoir « toujours été clair » sur le fait qu’il était « personnellement pro-vie ».

AFP

Des partisans d’Andrew Scherr se sont rassemblés devant les studios de TVA, mercredi.

Le chef conservateur y est allé de cette affirmation au Nouveau-Brunswick, jeudi, en marge d’une annonce visant à augmenter l’accessibilité à des crédits d’impôt pour les pompiers volontaires.

« J’ai toujours été clair sur cette question. Je suis personnellement pro-vie. J’ai toujours répondu aux questions », a-t-il plaidé. Et ce qui est « important » aux yeux des Canadiens, c’est qu’un gouvernement Scheer ne rouvrirait pas ce débat, a tranché le chef.

Hier soir, il a été malmené par ses trois rivaux, qui ont fait alliance le temps de tenter de le forcer à préciser sa position sur cet enjeu. Pendant de longues minutes, le chef a subi un interrogatoire en règle, notamment de la part du chef libéral Justin Trudeau.

« C’est important pour les gens de savoir, personnellement, toi, Andrew Scheer, est-ce que vous croyez qu’une femme devrait avoir le choix? », a-t-il balancé à un moment sur le plateau de cette première joute oratoire en français.

Hier matin, Justin Trudeau a plaidé « que les femmes peuvent voir qu’Andrew Scheer ne sera pas là pour défendre leurs droits ». Il a tenu ces propos à Montréal, avant que son vis-à-vis conservateur ne prenne la parole dans les Maritimes.

À Toronto, le chef néo-démocrate Jagmeet Singh a affirmé que « le fait qu’il (M. Scheer) dise cela aujourd’hui alors qu’il ne l’a pas dit hier au débat alors que la question lui a été posée clairement hier témoigne certainement d’un manque de courage ».

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, en a ajouté une couche : « J’aime mieux un chef qui a le courage d’exprimer une position impopulaire que d’essayer de le masquer pour marquer des points politiques », a-t-il lancé en entrevue à Radio-Canada.

Le thème de l’avortement a été le premier abordé par l’animateur Pierre Bruneau sur le plateau de la première joute oratoire en français. Depuis août, plusieurs journalistes avaient demandé à Andrew Scheer de clarifier sa position personnelle, en vain.

DEUX AVIONS DE CAMPAGNE

PC

S’il a été déstabilisé pendant cette portion du débat, le chef conservateur a désarçonné Justin Trudeau un peu plus tard en révélant que ce dernier faisait campagne avec deux avions de campagne plutôt qu’un.

« Vous êtes un hypocrite sur la question de l’environnement. Il y a seulement un chef ici ce soir qui a deux avions pour sa campagne électorale. C’est vous ! Un pour vous et les médias et l’autre pour vos costumes et vos canots », a-t-il critiqué.

Le chef libéral a riposté en accusant son adversaire conservateur de ne pas compenser les émissions de carbone générées par les déplacements de campagne en rachetant des crédits pour ces émissions.

Les libéraux le font pour les deux appareils. L’avion dont on a appris l’existence hier sert à transporter des éclaireurs et du matériel. Les libéraux avaient aussi deux avions en 2015, a précisé Justin Trudeau en point de presse après le débat.