Le Bloc québécois ne propose pas de retour à l'équilibre budgétaire, mais estime pouvoir contrôler les déficits du gouvernement fédéral avec de nouvelles sources de revenus.

LA PRESSE CANADIENNE

Le parti a dévoilé mercredi son cadre financier pour les quatre prochaines années.

Il propose des déficits stables oscillant entre 12 milliards et 18 milliards chaque année, mais prévoit à terme que le déficit sera de 5,5 milliards de moins que le solde budgétaire du directeur parlementaire du budget.

Le cadre financier du Bloc engage 54 milliards en nouvelles dépenses sur quatre ans, dont la part du lion (17 milliards) revient à une hausse des transferts en santé et en éducation et services sociaux.

Le Bloc veut également investir 11 milliards sur quatre ans dans l'économie verte et les secteurs de pointe québécois.

Pour payer ces promesses, le parti pense être capable d'aller chercher 59 milliards de nouveaux revenus pour l'État sur quatre ans.

Cet argent proviendrait surtout des contributions fiscales des géants du web, des utilisateurs des paradis fiscaux et des économies avec la fin des subventions aux entreprises pétrolières.

Le Bloc estime aussi pouvoir économiser de l'argent en vendant l'oléoduc Trans Mountain.