(Montréal) Les organisateurs électoraux des différents partis fédéraux affirment qu’ils s’efforceront de faire mieux après qu’un groupe de défense des droits des malvoyants a fait part du danger que représentent certaines pancartes électorales installées trop bas à Montréal.

Sidhartha Banerjee
La Presse canadienne

Dans la métropole, les affiches électorales sont souvent attachées à des lampadaires et à des poteaux et parfois empilées les unes au-dessus les autres.

Mais quand les pancartes ne sont pas installées assez haut, elles peuvent poser des problèmes de sécurité pour ceux qui ne peuvent pas les voir, affirme Jérôme Plante, porte-parole du Regroupement des aveugles et des amblyopes du Québec.

Jérôme Plante précise que la hauteur des pancartes électorales est un problème récurrent à Montréal lors des élections fédérales, provinciales et municipales.

M. Plante a publié, en ligne, des photos de pancartes trop basses prises dans sa circonscription de l’est de Montréal.

«Quand on se déplace avec une canne blanche ou un chien-guide, on peut détecter le poteau, mais on ne pourra pas détecter la pancarte qui est sur le poteau, parce que la canne détecte ce qui est au sol et le chien-guide aussi.»

«La pancarte est un peu en hauteur, mais trop basse pour qu’on puisse l’éviter. On va heurter la pancarte qui va arriver par exemple au niveau du visage ou au niveau du corps […] et on peut finir par se blesser.» Les blessures au visage sont les plus fréquentes, selon lui.

Sensibiliser les partis

Les différents partis fédéraux ont déclaré avoir été alertés et ont fait savoir qu’ils prendraient les mesures nécessaires.

Un porte-parole du Parti conservateur a invité le public à signaler au parti les pancartes qui posent problème. Le Nouveau Parti démocratique a déclaré qu’il tenterait de résoudre le problème et d’éviter qu’il ne se reproduise.

«Nous essayons d’installer nos affiches à des endroits et à une hauteur sécuritaire où ils ne gênent pas le trafic piétonnier, cycliste et automobiliste», a affirmé le parti dans une déclaration écrite.

Les libéraux ont affirmé qu’ils avaient rappelé l’existence de ce problème à leurs équipes.

Élections Canada a indiqué qu’aucune règle n’existait concernant la hauteur de l’affichage des pancartes électorales et que les plaintes à ce sujet sont généralement traitées par les autorités municipales.

Jérôme Plante souligne que la section montréalaise du Regroupement des aveugles et des amblyopes du Québec tente de résoudre ce problème depuis des années.

Pour les élections provinciales de l’année dernière, un guide a été produit pour encourager les partis à poser les affiches à une hauteur sécuritaire.

La hauteur recommandée est de 2,03 mètres (6 pieds, 8 pouces), soit une hauteur suffisante pour dépasser la tête de la plupart des gens, précise M. Plante.

Léo Bissonnette, un représentant du Conseil canadien des aveugles à Montréal, a indiqué que c’était la première fois qu’il entendait parler spécifiquement d’un problème impliquant des pancartes électorales.

Mais le directeur à la retraite du bureau pour étudiants handicapés de l’Université Concordia est d’avis que la hauteur des affiches électorales représente un gros problème pour les aveugles.

«J’espère que ceux qui posent les pancartes y réfléchiront», a ajouté Léo Bissonnette, qui utilise une canne et se déplace avec l’aide d’un chien-guide.

Quant à Jérôme Plante, il souhaite seulement sensibiliser les partis politiques.

«À travers notre démarche de sensibilisation, on veut informer les partis politiques sur ce sujet et faire en sorte que les gens qui installent les pancartes soient conscients de cette problématique et les installent suffisamment haut pour que ça ne mine pas notre sécurité dans nos déplacements.»