Ce n’est pas tant la nouvelle vidéo publiée jeudi matin qui a choqué le chef conservateur Andrew Scheer, mais le fait que Justin Trudeau a « menti » dans les excuses qu’il a formulées la veille.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Le premier ministre s’était en effet excusé mercredi soir d’avoir arboré un brownface au cours d’une soirée en 2001 dont la photo a été publiée par le magazine Time, mais il avait en outre prévenu qu’il s’était aussi peint le visage en noir pour chanter Banana Boat Song (Day-O), de Harry Belafonte, alors qu’il était étudiant au Collège Jean-de-Brébeuf.

Or, aux yeux de M. Scheer, le fait d’avoir omis de mentionner cette vidéo dévoilée par le réseau Global constitue, à n’en point douter, un mensonge.

« Les Canadiens auraient pu accepter ses excuses, mais comme il a menti, ce n’était pas de vraies excuses », a dit le chef conservateur jeudi matin à Saint-Hyacinthe.

M. Scheer a assuré que, jamais dans sa vie, il n’était apparu en blackface ou en brownface. « Je ne dis pas que je suis parfait, mais je n’ai jamais rien fait comme ça. »

Il s’est toutefois gardé de traiter le chef libéral de « raciste », appuyant néanmoins sur l’idée que M. Trudeau « a fait quelque chose de raciste ».

Alors que la photo du Time a fait le tour du monde et était en manchette des plus prestigieux quotidiens de la planète ce matin, le chef conservateur a accusé M. Trudeau d’« embarrasser le Canada », le qualifiant d’« indigne de gouvernement ce grand pays ».

Andrew Scheer  a également affirmé qu’il n’avait jamais eu vent de de la photo avant la publication du Time, mercredi soir. Quant à la vidéo, elle a été fournie à son équipe, qui l’a fait suivre au réseau Global.

Quelques journalistes l’ont par ailleurs interrogé à savoir si les excuses de M. Trudeau avaient moins de valeur pour lui que les excuses des candidats conservateurs dont les propos homophobes passés ont été dévoilés. Invariablement, M. Scheer a continué à blâmer le premier ministre sortant et à marteler qu’il avait menti.

« [Justin Trudeau] nous montre encore que pour lui, il y a un système de règles pour lui-même et un autre pour les autres », a-t-il dit.

Pendant la période de questions, M. Scheer s’est aussi fait rappeler qu’au cours des derniers jours, il a défendu sa candidate dans Kanata-Carleton, Justina McCaffrey, après que fut révélée son amitié avec Faith Goldy, commentatrice nationaliste américaine d’extrême droite. Mme Goldy avait notamment été congédiée du média canadien de droite The Rebel après avoir participé à un podcast néo-nazi.

À ce moment, M. Scheer avait dit accepter « que des gens commettent des erreurs dans le passé », selon le National Post.

Cette position n’est-elle pas « hypocrite » ?, a demandé un journaliste jeudi matin.

« Justin Trudeau est hypocrite », a répondu le chef conservateur.

Fait rare, Andrew Scheer a salué les déclarations du chef néodémocrate Jagmeet Singh après les révélations du Time, soulignant son « authenticité » et sa « compassion ». M. Singh s’était notamment demandé ce que ces agissements, même passés, révélaient ce que M. Trudeau « pense des gens qui sont confrontés à des barrières en raison de qui ils sont, de la couleur de leur peau ».