La mairesse Valérie Plante a présenté ce matin à l’hôtel de ville ses demandes pour Montréal aux partis fédéraux en vue des élections. La transition écologique, la mobilité et l’habitation trônent au sommet de la « liste d’épicerie » de Mme Plante, qui a appelé le prochain gouvernement à investir massivement dans ses nombreux projets.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Des rencontres entre la mairesse et les chefs des différents partis fédéraux devraient avoir lieu d’ici le 21 octobre, jour du scrutin. En attendant l’élection d’un gouvernement, ces derniers pourront préparer leurs réponses aux multiples demandes de l’administration montréalaise.

Sans toutefois chiffrer ses demandes, Valérie Plante a indiqué que les investissements en transport étaient sa priorité. Elle réclame notamment au prochain gouvernement une aide financière à la concrétisation de son projet de Ligne rose, de Lachine à Montréal-Nord. Mme Plante espère aussi pouvoir effectuer le « nécessaire » prolongement de la ligne orange vers l’ouest ainsi que le projet de tramway dans l’axe Notre-Dame avec l’aide d’Ottawa.

D’autres projets liés à la mobilité chers à Projet Montréal, comme l’électrification des transports et la mise en place du Réseau Express-vélo, font partie de la liste. « On a besoin d’avoir des investissements qui viennent des autres paliers gouvernementaux pour nous aider à mettre à niveau et améliorer le réseau cyclable de Montréal », a fait savoir la mairesse.

Parmi les autres demandes figurent le maintien des investissements fédéraux en faveur de la création de 12 000 logements sociaux d’ici 2022, projet ayant comme objectif de combattre la hausse constante des prix sur l’île et de contrer la crise du logement. Côté sécurité routière, Mme Plante a demandé au gouvernement de faire « le nécessaire » pour que les camions soient équipés de barres latérales dotées de miroirs convexes et de caméras latérales et arrières.

En outre, la mairesse désire voir le site du Canal-de-Lachine ouvert à longueur d’année, et demande ainsi à Parcs Canada de créer un parc urbain national, comme c’est le cas pour le Lieu historique national du Canal-Rideau.

La réponse de l’opposition

Le chef de l’opposition Lionel Perez, a trouvé les demandes « très vagues » et s’est désolé du fait qu’aucune des demandes n’a été chiffrée. « N’importe quel gouvernement qui sera élu pourra donner des miettes à Montréal et dire que c’est mission accomplie », a déclaré le chef d’Ensemble Montréal.

M. Perez a reproché à la mairesse de vouloir « faire payer ses promesses électorales » par Ottawa. « Ça démontre à quel point lorsqu’elle a fait campagne sur ces éléments-là, elle n’avait pas la capacité de faire payer les Montréalais. Elle doit refiler la note au gouvernement fédéral », a-t-il dénoncé.

Toutefois, le chef de l’opposition a salué une des demandes de la Ville, soit l’établissement d’un vol direct Montréal-Beyrouth. Il a aussi appuyé un investissement fédéral dans la réorientation de la Biosphère du Parc Jean-Drapeau. Ce sont deux idées que l’opposition avait proposées l’année dernière à l’hôtel de ville.