La commission des débats des chefs change son fusil d’épaule et invite Maxime Bernier à participer aux joutes oratoires du 7 et du 10 octobre.  

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Il a été finalement déterminé par le commissaire aux débats, David Johnston, que le chef du Parti populaire du Canada (PPC) répondait, tel que requis, à au moins deux des trois critères établis par décret pour recevoir ses cartons d’invitation.

«À la lumière de notre évaluation approfondie, j’ai la conviction que plus d’un candidat soutenu par le parti a une véritable possibilité d’être élu», a indiqué M. Johnston par voie de communiqué.

Le commissaire a tenu compte d’un ensemble de facteurs pour trancher, dont le fait que le PPC «est particulièrement présent dans les médias et le paysage politique» et qu’il a «une possibilité raisonnable de connaître du succès dans plus d’une circonscription».

La commission a sondé quatre circonscriptions électorales. Dans trois d’entre elles, plus de 25% des électeurs songeaient voter pour le parti – une indication laissant entendre que des candidats pourraient être élus ailleurs, a-t-on noté dans un document explicatif.

Le chef Bernier, qui faisait campagne à Terre-Neuve-et-Labrador, est «évidemment très heureux» du revirement de situation, a signalé son porte-parole Martin Masse dans un courriel envoyé à La Presse.

«La commission a pris la bonne décision pour préserver ce droit démocratique des Canadiens d’être informés de toutes les options avant de faire leur choix. J’ai très hâte de participer aux débats», a déclaré le Beauceron.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) avait soutenu que le chef du Parti populaire ne devrait pas avoir de lutrin sur le plateau du débat, sous prétexte que cela lui offrirait une plateforme pour véhiculer son idéologie «de haine et d’intolérance».

Dans le texte explicatif de sa décision, le commissaire Johnston dit n’avoir «pas tenu compte de l’argument selon lequel les idées politiques du PPC doivent en soi être utilisées pour déterminer si le PPC peut participer aux débats».

Six chefs de parti croiseront donc le fer sur le plateau des débats au Musée canadien de l’Histoire, à Gatineau, les 7 et 10 octobre : Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh, Yves-François Blanchet, Maxime Bernier et Elizabeth May.

Le débat en français du 10 octobre sera animé par Patrice Roy, de Radio-Canada, aux côtés des journalistes François Cardinal (La Presse), Hélène Buzzetti, (Le Devoir), Alec Castonguay (L’actualité), ainsi que Patricia Cloutier (Le Soleil).

Le chef du Parti populaire n’a toutefois pas obtenu de laissez-passer pour celui qui sera présenté le 2 octobre sur les ondes de TVA, pas plus qu’Elizabeth May.

Une contestation réussie

En août dernier, dans une décision préliminaire, le commissaire avait exclu Maxime Bernier puisque la formation de ce dernier n’avait pas de «véritables possibilités» de faire élire plus d’un candidat, comme le stipule le troisième critère.

Le député de Beauce avait vigoureusement contesté la décision, plaidant que la commission avait fait une interprétation erronée de cette condition, en ignorant «totalement» le «contexte politique».

Quelques jours plus tard, à la demande du commissaire, il avait fourni une liste de cinq candidats qui, selon lui, avaient des chances de se faire élire sous la bannière populaire : lui-même, Renata Ford, Steven Fletcher, Corneliu Chisu et Mark King.