(Saint-Jérôme) Non au pétrole, oui à l’électricité, une ressource naturelle du Québec et aussi source de son expertise, a fait valoir lundi le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Stéphanie Marin
La Presse canadienne

Faisant encore campagne sur le thème de l’environnement, il a demandé au fédéral d’abolir les subventions aux énergies fossiles et d’offrir un incitatif financier aux transporteurs qui achètent des autobus scolaires électriques.

Flanqué d’un autobus jaune 100 % électrique, le chef a dit que le transport scolaire est particulièrement propice à l’électrification : les horaires permettent la recharge et les circuits d’autobus sont plutôt courts.

L’incitatif prendrait la forme d’une garantie qui permettrait aux transporteurs scolaires d’emprunter au taux du gouvernement du Canada, plus avantageux que celui du marché. Le gouvernement fédéral assumerait pendant cinq ans les intérêts liés à ces emprunts.

Le Bloc estime à 14 millions sur cinq ans le coût pour l’État, pour le Québec seulement.

« Avec un investissement de l’État très très raisonnable, on est capables de soutenir une industrie qui est cruciale. L’expertise québécoise en transport est en électrification alors que l’Ontario, c’est le bon vieux véhicule à essence qui peut s’approvisionner dans le pétrole de l’Ouest », a dit M. Blanchet.

Remplacer 90 % des autobus scolaires québécois par des versions roulant à l’électricité équivaudrait à enlever des routes québécoises 32 000 voitures à essence, soutient-il.

Pour promouvoir cette mesure, il se trouvait lundi après-midi dans la cour de l’entreprise Lion de Saint-Jérôme qui a longtemps été la seule au Canada à offrir de tels autobus électriques. Depuis un mois, un deuxième joueur s’est ajouté, aussi en sol québécois, soit l’entreprise Girardin à Drummondville, fait valoir le Bloc.

« Le virage vert, c’est payant pour le Québec », se réjouit-il.

L’ajout de cet incitatif à ceux qui existent déjà au Québec pour de tels autobus les rendrait plus intéressants que ceux à essence, juge M. Blanchet. Et puis, ils coûtent moins cher à exploiter.

Le programme environnemental du Bloc est le meilleur, avance son chef, car il est fait de mesures concrètes et réalisables.

Encore dans le vert

En matinée, le chef bloquiste avait fait un autre point de presse sur le thème de l’environnement en réclamant la fin des subventions aux énergies fossiles.

Il est grand temps qu’Ottawa cesse cette pratique, a lancé le chef alors qu’il était de passage à la centrale hydroélectrique de Mont-Laurier, bâtie en 1911. Il était accompagné de Marie-Hélène Gaudreau, candidate du parti dans la circonscription de Laurentides-Labelle.

M. Blanchet a souligné que même si le chef libéral Justin Trudeau se dit le défenseur de l’environnement, il a malgré tout accordé dans son dernier mandat — selon les calculs du Bloc — près de 19 milliards en nouveaux investissements dans les énergies fossiles.

Le parti en arrive à ce chiffre en additionnant les sommes versées pour l’achat du pipeline Trans Mountain (4,7 milliards), celles pour son agrandissement (9,7 milliards), l’argent allongé pour favoriser l’investissement dans les secteurs pétrolier et gazier (2,7 milliards) et les lignes de crédit offertes aux producteurs pétroliers (1,7 milliard).

« Donc aujourd’hui, plutôt que menacer le Québec de lui imposer Énergie Est et nationaliser Trans Mountain, je demande aux conservateurs et aux libéraux de tenir leur promesse et de mettre fin une fois pour toutes aux subventions aux énergies fossiles », a lancé le chef bloquiste dans un communiqué.

Il rappelle que dans son plus récent rapport en avril dernier, la Commissaire à l’environnement et au développement durable, Julie Gelfand, accusait les ministères des Finances et de l’Environnement de n’avoir rien fait pour respecter l’engagement, pris par l’ex-premier ministre Stephen Harper en 2009, de mettre fin à ces subventions d’ici 2025. Son successeur, le premier ministre libéral Justin Trudeau, écrivait dans sa plateforme électorale de 2015 qu’il voulait supprimer, à moyen terme, les subventions « inefficaces » accordées à la production de combustibles fossiles.

M. Blanchet demande aux libéraux et aux conservateurs d’honorer leurs promesses passées et d’arrêter ces subventions.

Le Bloc promet qu’il agira dans les 100 premiers jours au Parlement pour les empêcher de se défiler. Car cet argent devrait plutôt être investi dans les énergies propres, croit-il.