À quoi sert une campagne électorale ? Dans un monde où chacun est campé dans ses certitudes, où l’on sélectionne ses sources d’information pour éviter d’être contredit dans ses opinions… qu’est-ce que ça peut bien changer ?

Yves Boisvert Yves Boisvert
La Presse

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que même au sujet de « l’opinion », les opinions varient.

Si vous demandez aux sondeurs ce qu’ils pensent des changements d’opinion, ils vous diront que les campagnes électorales sont déterminantes. Elles provoquent souvent des mouvements draconiens des intentions de vote et, finalement, font et défont les gouvernements.

Mais si vous posez la question aux spécialistes du cerveau, vous risquez de vous faire dire qu’on ne change pas si facilement d’opinion. En tout cas, pas pour les raisons qu’on croit.

Commençons par l’opinion d’un sondeur sur l’opinion.

Sébastien Dallaire est directeur général d’Ipsos au Québec.

« Si on parle du Québec en particulier, les campagnes ont clairement un impact. On voit ici des changements spectaculaires comme on en voit rarement ailleurs au Canada. »

Pourquoi ?

Il avance l’hypothèse que le « reste du Canada » s’aligne politiquement sur un axe gauche-droite. C’est vrai aussi au Québec, mais se surajoute ici la question « oui/non ».

Quand, en 2011, l’électorat a abandonné massivement le Bloc québécois au profit du Nouveau Parti démocratique (NPD), ce n’était pas tant un mouvement vers la gauche. C’était plutôt le signe que le ressort souveraineté/fédéralisme n’était plus un déterminant électoral majeur. Mais le nationalisme demeure. Pour M. Dallaire, la question du niqab (lors des cérémonies de prestation de serment de nouveaux citoyens) a provoqué l’effondrement du NPD de Thomas Mulcair en 2015. « Ironiquement, ça a profité aux libéraux, qui avaient essentiellement la même position », observe-t-il.

Cette année-là, le parti qui pouvait battre les conservateurs est devenu le PLC. Le Bloc avait déjà été marginalisé.

***

Est-ce que tant de gens changent d’idée ?

« La plupart des gens ont une préférence latente, mais la majorité se déclare non décidée, dit le patron d’Ipsos. Ce n’est pas la majorité qui change d’idée, mais la plupart de ceux qui changent vont du même côté. Quand le vent a tourné pour la CAQ en 2018, on a vu des péquistes et des libéraux les rejoindre ; le vote de Québec solidaire n’a pas été affecté. »

Pour lui, la réponse à deux questions fondamentales est déterminante pour prédire le comportement électoral : est-ce que ça va bien dans votre vie ? Et : trouvez-vous que la société va bien en général ?

« Quand la population est mécontente, personnellement ou socialement, elle va pousser pour le changement. J’appelle ça le baromètre de perturbation. C’est ce qui est arrivé aux libéraux l’an dernier. » L’arrivée de la Coalition avenir Québec a calmé l’humeur des Québécois et le baromètre est plus au neutre ici qu’en Alberta, où l’économie souffre et où le ressentiment contre le gouvernement fédéral est immense.

***

Pour les sondeurs, il y a ce « moment », cette « question de l’urne », qui cristallise un revirement dans une campagne.

Pour avoir un point de vue scientifique différent, j’ai appelé Kristin Laurin, chercheuse en psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver. Elle étudie en particulier les motivations humaines et le rapport aux codes moraux et aux idéologies.

« Une campagne électorale sert moins à faire changer les gens d’opinion qu’à les convaincre d’aller voter pour son parti. C’est difficile de changer d’opinion. Notre cerveau est conçu de telle manière qu’il gère l’information pour nous sécuriser. Nous allons spontanément trouver toutes les failles dans l’argumentaire d’une personne avec qui nous ne sommes pas d’accord, et sous-estimer ses arguments valables. »

Est-on donc coincé avec ses opinions pour toute sa vie ?

« Mes recherches montrent que les gens vont être susceptibles de changer d’opinion quand ils voient les autres adopter d’autres opinions. La stratégie politique consiste à démontrer que de plus en plus de Canadiens pensent telle ou telle chose. »

C’est un trait de l’évolution : pour survivre, on se conforme généralement à la majorité ; c’est une question de sécurité, que ce soit conscient ou non. C’est très difficile et menaçant d’être seul à avoir une idée.

Kristin Laurin, chercheuse en psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver

« Mais vous savez, je suis un peu biaisée, je suis psychologue, et ce qui m’intéresse, c’est le comportement moins rationnel, nos motivations profondes, les lacunes dans la rationalité. »

Ses recherches ont amené cette ex-Montréalaise à se pencher sur l’opinion des gens à propos de l’interdiction de la cigarette sur les terrasses des restaurants et dans les parcs en Ontario. Ou le bannissement des bouteilles d’eau en plastique à San Francisco.

Dès le lendemain de l’adoption de ces mesures controversées, l’opinion devenait plus favorable. Comme au lendemain de l’investiture de Donald Trump !

« On trouve naturellement rassurant de penser que les choses sont bien telles qu’elles sont, ou telles qu’elles le deviennent. On ne veut pas vivre dans la colère perpétuellement, et on veut consacrer son énergie à sa famille, à sa carrière. Bref, on veut tourner la page, généralement. »

Donc… rien ne doit changer ?

« Non, quand un changement qu’on croyait improbable devient possible, quand il gagne en popularité, la mécanique du changement s’enclenche. »

Ce que montrent aussi ses recherches, c’est qu’alors non seulement on change d’opinion, mais qu’on minimise son changement d’opinion. On oublie plus ou moins qu’on était contre et qu’on est devenu pour l’interdiction de la cigarette dans les parcs. Quelle bonne idée !

Le mariage gai ? On a tous été pour ! Même chose avec la légalisation du cannabis, n’est-ce pas ?

C’est ce qu’elle appelle le système immunitaire psychologique. La sécurité commande un ralliement à la masse ; et un changement de camp au moment opportun.

C’est ainsi depuis qu’on chassait le mammouth, qu’il vous en souvienne, en meute, partant d’un bord, puis de l’autre…

Ce qui ne résout pas la question éternelle : qui c’est le premier, celui qui est parti de l’autre bord, entraînant tout le reste de la bande avec son idée neuve ?

Le chroniqueur là-dessus n’a aucune opinion.