Quels affrontements seront à suivre à l’extérieur du Québec ? Cinq endroits à garder à l’œil.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Markham–Stouffville (Ontario)

La solidarité de Jane Philpott avec sa collègue Jody Wilson-Raybould dans l’affaire SNC-Lavalin a valu à la présidente démissionnaire du Conseil du Trésor et ex-ministre fédérale de la Santé d’être expulsée du caucus libéral. Qu’à cela ne tienne, la députée et médecin tentera de conserver son siège comme indépendante dans Markham–Stouffville. Pour affronter Mme Philpott, le PLC envoie dans la mêlée Helena Jaczek, ex-ministre de la Santé de l’Ontario et elle aussi médecin. Les deux femmes devront toutefois se méfier des conservateurs, qui veulent reprendre cette circonscription de la banlieue de Toronto qu’ils détenaient avant 2015.

Milton (Ontario)

Bien installée dans la grappe bleue de la banlieue de Toronto, l’influente députée conservatrice Lisa Raitt subira un véritable test. L’ex-ministre sous Stephen Harper, élue trois fois par des marges appréciables, voit apparaître dans son viseur Adam van Koeverden, quadruple médaillé olympique en kayak et ancien porte-drapeau de la délégation canadienne. Le militant pour les droits des personnes LGBT est considéré comme l’un des candidats vedettes du PLC sur la scène nationale.

Provinces maritimes

Les libéraux ne peuvent que faire du surplace… ou reculer dans les provinces maritimes. La raison est bien simple : ils y ont raflé les 32 circonscriptions en 2015. Le PCC compte bien s’y réinstaller, lui qui détenait 14 sièges de 2011 à 2015. Le NPD, présent dans l’Est depuis deux décennies, tentera de retrouver ses repères, mais il peine lourdement à dénicher des candidats. Le Parti vert devrait être lui aussi très visible, tout particulièrement à l’Île-du-Prince-Édouard, où les verts forment l’opposition officielle à l’échelle provinciale.

Regina–Wascana (Saskatchewan)

PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et député sortant de Regina-Wascana

Prévoyant un véritable raz-de-marée dans l’ouest, le PCC rêve de repeindre entièrement en bleu l’Alberta et la Saskatchewan. Mais pour ce faire, il devra conquérir Regina–Wascana, village gaulois libéral de la Saskatchewan défendu par Ralph Goodale depuis un quart de siècle. Le ministre de la Sécurité publique n’avait eu aucun mal à vaincre son rival conservateur Michael Kram en 2015, récoltant 55 % des votes. Le même duel se répète cette année.

Vancouver–Granville (Colombie-Britannique)

Jody Wilson-Raybould se passe désormais de présentations. Ce sont ses révélations et ses sorties musclées contre le bureau de Justin Trudeau qui ont jeté le premier ministre dans la tourmente de l’affaire SNC-Lavalin. Expulsée du caucus libéral le printemps dernier, la députée a conservé son siège comme indépendante et sollicite de nouveau les suffrages. Rien n’est encore joué dans cette région où libéraux et néo-démocrates fondent beaucoup d’espoirs. Pour affronter Mme Wilson-Raybould, le PLC a désigné l’homme d’affaires Taleeb Noormohamed, et le NPD, la militante environnementaliste Yvonne Hanson.