(Montréal) Maxime Bernier fera face à Maxime Bernier dans la circonscription de Beauce.

Pierre Saint-Arnaud
La Presse canadienne

Le Parti rhinocéros a en effet réussi à dénicher un candidat qui se nomme bel et bien Maxime Bernier pour affronter le chef du Parti populaire du Canada (PPC) dans son fief beauceron lors de l’élection fédérale du 21 octobre.

Le chef du Parti rhinocéros, Sébastien « CoRhino » Corriveau, n’était pas peu fier de son coup en annonçant la candidature de Maxime Bernier, un nom dont il espère tirer le maximum de retombées politiques.

« S’il y a du monde qui sont assez mêlés pour se tromper de Maxime Bernier, coudonc… on ne refusera pas ça ! Et en plus de lui voler une couple de votes on peut aller chercher un peu de couverture médiatique avec ça », a-t-il candidement admis en entrevue avec La Presse canadienne.

La question de la couverture médiatique est d’ailleurs revenue très rapidement dans la conversation, le chef rhino s’en prenant à celle accordée au chef du Parti populaire.

« Maxime Bernier, c’est tellement gros à quel point c’est ridicule ce qu’il peut dire et la couverture médiatique qu’il obtient en disant un peu n’importe quoi, je me suis dit qu’avec notre propre Maxime Bernier, on peut dire quasiment à peu près n’importe quoi et ça va être difficile d’avoir l’air aussi ridicule que lui. »

« Prends pas de chance, vote pour les deux »

Invoquant l’esprit d’entrepreneuriat de la région, Maxime Bernier n’a pas tardé à dire « à peu près n’importe quoi », justement, promettant d’« exporter des Beaucerons partout au Canada pour ouvrir pleins de petites Beauce ! »

Selon lui, les électeurs beaucerons qui craindraient d’être confus devant le bulletin de vote n’ont qu’à se rabattre sur son slogan : « Prends pas de chance, vote pour les deux ».

Le chef CoRhino, quant à lui, se présente contre le ministre Jean-Yves Duclos à Québec. Son carnet de promesses est bien rempli. Par exemple, déplorant le manque de voitures vertes, il veut obliger les constructeurs automobiles à construire plus de voitures dans différents tons de vert. Et puisque les experts affirment que le troisième lien ne réglera pas le problème de congestion routière dans la Vieille Capitale, il promet d’en construire un quatrième, un cinquième et un sixième.

« Nous on est là pour s’amuser, le Parti rhinocéros. On s’amuse avec la politique canadienne », laisse-t-il tomber en riant pour clore l’entrevue.