(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau mettra fin au léger suspense qui entourait encore la date du déclenchement des élections alors qu’il se rendra mercredi à la résidence de la gouverneure générale Julie Payette pour lui demander de dissoudre le 42e Parlement pour la tenue d'un scrutin le 21 octobre.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

M. Trudeau, qui se trouve à Halifax mardi en compagnie du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale et du ministre de la Défense Harjit Sajjan afin de constater l’ampleur des dégâts causés par l’ouragan Dorian qui a frappé les provinces atlantiques et les Iles-de-la-Madeleine en fin de semaine, avait jusqu’à dimanche pour déclencher les élections.

La durée de la campagne sera donc de 41 jours en tout et M. Trudeau participera à trois débats avec les autres chefs des principales formations politiques. À titre de comparaison, la campagne de 2015 avait duré 78 jours.

Le déclenchement des élections fédérales coïncidera donc avec le 18e anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Il surviendra aussi 24 heures après la tenue d’élections provinciales au Manitoba.

M. Trudeau sollicitera des électeurs canadiens un deuxième mandat après avoir dirigé un gouvernement majoritaire depuis 2015. Selon une panoplie de sondage publiés au cours des derniers jours, la lutte s’annonce serrée entre le Parti libéral du Canada et le Parti conservateur, les deux partis étant essentiellement au coude à coude dans les intentions de vote à l’échelle nationale. Mais les libéraux disposeraient d’une avance dans les provinces qui comptent de nombreux sièges à la Chambre des communes, notamment au Québec et en Ontario.

Piaffant d’impatience d’en découdre avec les libéraux, les conservateurs d’Andrew Scheer avaient annoncé dès lundi qu’ils n’attendraient pas le signal du premier ministre pour lancer les hostilités en annonçant qu’ils donneraient le coup d’envoi de leur campagne dès mercredi midi en organisant un rassemblement à Trois-Rivières. Ils semblent avoir vu juste quant à la date du déclenchement des élections par le premier ministre.

La campagne électorale mettra aux prises quatre nouveaux chefs – le chef conservateur Andrew Scheer, le chef du NPD Jagmeet Singh, le chef du Bloc québécois Yves-Francois Blanchet et le chef du Parti populaire du Canada Maxime Bernier. Justin Trudeau en sera à sa deuxième campagne en tant que chef du Parti libéral tandis qu’Elizabeth May dirigera le Parti vert pour une quatrième fois durant une campagne électorale (2008, 2011 et 2015).

Au déclenchement des élections, le Parti libéral comptait 177 sièges à la Chambre des communes, le Parti conservateur 95 sièges, le NPD 39 sièges, le Bloc québécois 10 sièges et le Parti vert deux sièges. Le nouveau Parti populaire du Canada comptait un siège, tout comme la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC), tandis qu’il y avait huit députés indépendants et cinq sièges vacants.