Avant de parler du tour de force d’Yves-François Blanchet, permettez que je parle de dissonance cognitive ?

Patrick Lagacé
Patrick Lagacé La Presse

D’abord, Jagmeet Singh. Il a fait une entrée triomphale à son quartier général. Des étreintes à ses partisans, des high five, des baisers. Et même un petit pas de danse, tiens !

Consultez les résultats complets

Le chef du NPD a pourtant fait élire 24 députés, 15 de moins qu’à la dissolution de la Chambre. Oui, cette élection l’a fait connaître. Mais il n’y a pas de quoi danser avec les résultats d’hier.  

Ensuite, Justin Trudeau. Sur scène, le chef libéral a remercié sans rire les Canadiens de l’envoyer à Ottawa avec « un mandat clair » qui, dit-il, sonne la fin des divisions…

Le chef du PLC a hérité d’un gouvernement minoritaire (dont il n’a pas pris acte), il a perdu 21 députés et il a été devancé dans le vote populaire par le Parti conservateur (qui a augmenté son score de 26 sièges) …  

Où ça, le mandat clair ? Où ça, la fin des divisions ?

Quant à Yves-François Blanchet, le chef bloquiste parlait hier comme le leader d’un parti qui venait de balayer le Québec, il parlait comme s’il était le Québec…  

Il a pourtant fait élire trois députés de moins (32) que Justin Trudeau au Québec (35).  

Mais des trois chefs, disons que la dissonance cognitive du chef bloquiste est probablement celle qui se justifie le mieux…  

À la dissolution de la Chambre, le Bloc comptait dix députés. Il a flirté avec la mort sous le leadership de Martine Ouellet. Voilà qu’il triple sa députation, un premier réconfort pour les souverainistes québécois depuis l’élection de Mme Marois en 2012 …

Mais revenons à ce tour de force opéré par Yves-François Blanchet, car c’en est un.  

Je le connais de loin. Je sais à quel point Yves-François Blanchet a galéré, après l’élection de 2014 qui a marqué la fin brutale de son aventure de six ans comme député péquiste. Et si revenir à la vie civile n’est jamais facile pour les ex-députés, ce l’est encore moins pour les ex-députés souverainistes qui n’ont pas un bureau d’avocats à réintégrer.  

Je sais à quel point il a travaillé fort pour se tailler une place dans l’univers médiatique. Éloquent, fort en gueule, punché : il a réussi à s’y tailler une place de choix avec cette présence à l’émission Les Ex, à RDI. Sans oublier une chronique dans Le Soleil et des présences sur les antennes radio de Cogeco.  

En 2018, Yves-François Blanchet y était. Il avait fait sa place au soleil, après quatre ans de travail.

Et vers la fin de l’année 2018, les rumeurs ont commencé : la direction du Bloc, chuchotait-on, tentait la tête d’affiche des Ex

Hein ?

Le Bloc ?

Le Bloc en déroute, le Bloc qui a perdu des députés, le Bloc qui n’a plus le statut de parti, le Bloc en proie à la zizanie depuis le passage de Martine Ouellet ?

Sérieux, YFB ?

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

La rumeur était fondée. Blanchet a largué ses tribunes médiatiques pour briguer la direction de ce parti moribond dont il dira il y a un mois qu’il était au cimetière. C’était l’équivalent d’acheter un time-share dans un marécage floridien.  

J’ai dîné avec lui en janvier dernier. Il n’avait pas encore été sacré chef du Bloc. C’était une question d’heures. Je ne me souviens pas de mes paroles exactes, mais ça devait tourner autour de : « Es-tu fou, tab**** ? »

Lui n’avait aucun doute. Je ne me souviens pas de ses mots exacts. Je me souviens juste de son plaisir à planifier la suite des choses. Comment il allait faire campagne, comment il voulait panser les plaies du parti, ses échanges avec les députés. Comment, déjà, le téléphone sonnait, disait-il, des gens « intéressés » à, peut-être, se lancer à ses côtés…  

Mais ce ne sont pas les mots de YFB qui étaient criants d’éloquence. C’était l’éclair dans ses yeux.  

Cet éclair-là, je l’ai vu cent fois dans les yeux d’hommes et de femmes qui ont goûté à la politique. C’est l’éclair de gens qui sont accro à cette drogue dure : la politique.  

Et au final, au péril de son confort professionnel et d’une certaine sécurité financière, Blanchet a choisi la politique et on ne pourra jamais dire qu’il a choisi la voie facile…

En neuf mois, Yves-François Blanchet a réussi à redonner une cohésion au groupe parlementaire de bloquistes qui étaient en chicane entre eux et avec une partie de leur personnel politique, il a réussi à recruter des candidats de valeur — on pense à Stéphane Bergeron, Christiane Gagnon, Alexis Brunelle-Duceppe — et à insuffler un élan inattendu à ce parti qui ne s’était jamais remis de la vague orange de 2011, quand Jack Layton a décimé le parti souverainiste…  

Je répète : Blanchet a fait tout ça en neuf mois. Un exploit.  

On peut penser ce qu’on veut de la souveraineté, de la pertinence du Bloc à Ottawa et de l’influence réelle d’un parti qui n’aspire pas à gouverner. Mais d’un point de vue politique, cette reconstruction est un exploit qui est loin d’être banal.  

Pour tout dire, le chef du Bloc aurait eu le droit de danser sur la scène du National, hier.