Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, dont la formation politique est au coeur des attaques depuis sa forte progression dans les intentions de vote, estime que « les arguments de peur » ne fonctionnent plus.

Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

« Les conservateurs disent que c’est horrible parce qu’un vote pour le Bloc québécois va permettre aux libéraux de rester au pouvoir, les libéraux disent que c’est horrible parce qu’un vote pour le Bloc québécois va permettre aux conservateurs de prendre le pouvoir et le NPD dit c’est horrible parce qu’un vote pour le Bloc québécois va garder le NPD encore très loin du pouvoir », a énuméré le chef devant les journalistes.

Le Bloc québécois a fait campagne mercredi matin dans La Prairie en compagnie de son candidat, l’ex-député du Parti québécois de 2012 à 2018, Alain Therrien. Yves-François Blanchet, qui se targue de ne pas avoir agité ce genre d’épouvantails pendant la campagne, croit que ces messages n’ont plus leur effet chez les électeurs.

« Les gens doivent avoir confiance », a-t-il souligné en point de presse. « C’est un sentiment et ça ne se commande pas ».

Encore mercredi matin, le chef libéral Justin Trudeau a lancé un cri du cœur aux électeurs québécois, en évoquant pour la première fois, la possibilité d’une victoire conservatrice. Il a assuré que la seule façon d’éviter ce scénario est de voter pour le Parti libéral. « J’ai besoin d’une délégation forte de Québécois », a-t-il soutenu, de passage à Montréal.

Dans plusieurs régions du Québec, les candidats du Bloc québécois chauffent les élus sortants libéraux. De grandes pointures libérales du Québec, comme François-Philippe Champagne, Marie-Claude Bibeau et Diane Lebouthillier sont entre autres menacés dans des circonscriptions pourtant identifiées comme sûres en début de campagne.

Autre signe que le Bloc québécois dérange ses adversaires, Justin Trudeau fera campagne dans Beloeil-Chambly mercredi après-midi, où Yves-François Blanchet brigue personnellement les suffrages pour gagner son siège aux Communes. Mardi, c’était au tour du chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice, d’y être. Les néo-démocrates ont aussi lancé un nouveau slogan : « les progressistes, c’est nous », un pastiche de celui bloquiste.

Campagne de colère

Pour Yves-François Blanchet, la « campagne négative qui a beaucoup roulé » depuis le déclenchement des élections « est devenue un peu une campagne de colère », a-t-il affirmé. « Les Québécois et les Québécoises seront juges de cette stratégie-là », a servi le chef aux journalistes.

Par ailleurs, il a réitéré que le Bloc québécois n’a pas l’intention d’appuyer « de façon systématique » un gouvernement ou une coalition. « Ce sera à la pièce », a-t-il dit.

Il a ainsi offert comme exemple qu’il ne soutiendrait, sous aucun prétexte, une disparition de la taxe sur le carbone ou l’imposition du « corridor énergétique » prôné par les conservateurs.

La formation bloquiste n’a pas non plus l’intérêt de faire « tomber un gouvernement » minoritaire expliquant qu’il faut éviter que les élections à date fixe ne deviennent qu’une « affabulation ».

Le chef bloquiste y est allé aussi de trois appels pour le prochain gouvernement : diminuer la limite des dons aux partis politiques, mieux gérer le système de paie des fonctionnaires fédéraux et céder à Québec la déclaration de revenus unique.

– Avec La Presse canadienne