Source ID:; App Source:

Vendée Globe: Yann Éliés se blesse gravement

Yann Éliés... (Photo: François Van Malleghem, DPPI)

Agrandir

Yann Éliés

Photo: François Van Malleghem, DPPI

Dossiers >

Vendée Globe
Vendée Globe

Tout sur l'actualité du Vendée Globe »

Éric Lessard
Cyberpresse

Lors de manoeuvres à l'avant de son bateau, Yann Éliés (Generali) s'est fracturé un fémur. Il a immédiatement contacté son équipe à terre qui a mis en branle avec la direction de la course les mesures d'urgence en place afin d'aller à la rescousse du marin.

Le marin, actuel leader du championnat IMOCA (open 60 pieds), était en appui à l'avant du bateau lorsque son voilier s'est planté net dans une vague qui a entraîné Generali dans un arrêt violent et immédiat. Éliés a immédiatement ressenti une douleur très vive et aiguë et s'est écroulé sur le bateau. Il a par la suite fait le chemin de l'avant du bateau jusqu'à son cockpit en rampant sur le pont.

Une fois à l'intérieur, il a communiqué avec son équipe et la direction de course et le médecin du Vendée Globe, le docteur Jean-Yves Chauve, a rapidement fait un premier diagnostic et a avisé le skipper qu'il souffrait d'une fracture du fémur.

Sur le coup, le Dr. Chauve a immédiatement prescrit de la morphine qui fait partie intégrante de la trousse médicale à bord et a informé la direction de la course qu'Éliés devait être évacué de façon urgente.

La direction de la course a avisé les autorités australiennes ainsi que les skippers naviguant dans les eaux les plus rapprochées du marin. Marc Guillemot (Safran) et Samantha Davies (Roxy) se sont détournés de leur route afin d'aller porter secours à Éliés. Au moment où ils se détournaient, le premier était à 100 milles au sud de Generali et la seconde à 535 milles à l'ouest. Vincent Riou (PRB) et Armel Le Cléac'h (Brit Air) se sont également proposés, mais en condition de vents contraires, la progression vers Élies serait devenue rapidement impossible.

David Adams, consultant en sécurité australien pour le Vendée Globe a contacté les secours du Maritime Rescue Coordination Center (MRCC) de Canberra, responsable de la zone dans laquelle se trouve actuellement le skipper mal en point. Le gouvernement australien a dès lors détaché une frégate de la marine (médicalisée) qui va quitter Perth ce soir. La vedette médicale aura 800 milles nautiques (1400 km) de mer à parcourir pour rejoindre Generali, soit environ deux jours de mer.

Le Docteur Chauve, par l'entremise de la radio satellite, a informé Éliés des mesures de base qui doivent être prises en attendant l'arrivée des secours. Il doit donc rester immobile le plus possible et demeurer au chaud. Yann doit absolument prendre la morphine nécessaire à calmer sa douleur vive et dans la mesure du possible tenter de réaliser une attelle pour immobiliser sa jambe.

Historiquement, quelques urgences médicales ont été recensées au fil des ans lors du Vendée Globe.

En 1989 Guy Bernardin avait été victime d'une rage de dents forçant son abandon et en 1992, Bertrand de Broc avait suivi les conseils du Dr. Chauve afin de se recoudre la langue en mer. La même année Alan Wynne Thomas, décédé en septembre cette année d'un cancer, avait déclaré forfait à Hobart lorsqu'il s'était cassé des côtes et perforé un poumon après avoir chaviré.

Il est facile d'oublier les risques associés à cette grande aventure qu'est le Vendée Globe. Le commun des mortels regarde souvent ces épreuves en soulignant particulièrement les risques associés aux conditions de mer absolument titanesques que les marins doivent parfois affronter. Bien que les conditions influent sur la sécurité en mer, les bateaux ainsi que les marins sont construits et formé pour naviguer dans de telles conditions et les skippers disent qu'ils sont peu préoccupés par les conditions de mers.

Le terrain de jeu ne pouvant être plus grand, les skippers disent que c'est le temps de réaction en cas d'urgence suite à une blessure grave ou un bris mettant la sécurité du marin en jeu qui est l'élément le plus à craindre de la grande course au large.

Souhaitons à Éliés que la compagnie de confrères dans l'attente de l'arrivée de l'équipe médicale lui permette de soulager un peu la douleur au corps et au moral puisqu'en ce sens, il avait fait une très belle course pendant les 37 premiers jours.

Quelques informations sur le classement de la course proprement dit.

Michel Desjoyeaux (Foncia) tient toujours la baguette de chef d'orchestre et détient 39 milles d'avance sur Roland Jourdain (Veolia) et 109 milles sur Jean Le Cam (VM Matériaux). Tout juste derrière, Sébastien Josse continue de coller à Le Cam avec seulement 20 milles de retard sur la troisième position.

Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) qui s'était détourné afin de réparer une avarie majeure sur un des ses safrans, a recommencé à naviguer dans le même sens que les autres concurrents et bien que sa journée d'hier ne lui ait pas permis de terminer sa réparation, il est convaincu de pouvoir repartir à pleins gaz sous peu et reprendre le rythme de la course. Le moral revenu, l'ancien vétérinaire réfléchit déjà à comment il s'y prendra pour rattraper ses petits amis devant.

La flotte poursuit sa course rapide vers l'est et l'Océan pacifique et devrait connaître une journée avec moins de mer à l'avant à la suite d'une nuit mouvementée tandis que la queue de flotte passera sa journée dans un vent de 30 à 35 noeuds, mais toute en stabilité. Dans les deux cas, la mer devrait être moins croisée ce qui devrait offrir un peu de répit à l'ensemble des marins qui ont passé la journée d'hier dans la tempête.

>>> Suivez la position des skippers

Les positions + retard sur le 1er (milles nautiques)

1- Michel Desjoyeaux-FRA (Foncia),

2- Roland Jourdain-FRA (Veolia Environnement), 39

3- Jean Le Cam-FRA (VM Matériaux), 109

4- Sébastien Josse -FRA (BT) 124

5- Armel Le Cléac'h-FRA (Brit Air), 357

6- Vincent Riou-FRA (PRB), 393

7- Marc Guillemot-FRA (Safran), 514

8- Jean-Pierre Dick-FRA (Paprec-Virbac), 578

9- Samantha Davies-GB (Roxy), 997

10- Brian Thompson-GB (Team Pindar), 1155

11- Dee Caffari-GB (Aviva), 1578

12- Arnaud Boissières-FR (Akena Verandas), 1601

13- Steve White-GB (Toe in Water), 2123

14- Jonny Malbon-GB (Artemis), 2469

15- Rich Wilson-USA (Great American), 2575

16- Derek Hatfield-CAN (Spirit of Canada), 2839

17- Raphaël Dinelli-FRA (Océan Vital), 3442

18- Norbert Sedlacek-AUT (Nauticsport), 3518

19- Yann Eliès-FRA (Generali), Abandon, Fracture à la jambe

20-Jean-Baptiste Dejeantly-FRA (Maisonneuve), idem, multiples problèmes d'usure

21- Mike Golding-GB (Ecover), idem, Dématâge

22- Bernard Stamm-SUI (Cheminée Poujoulat), idem, Échouage

23- Dominique Wavre-SUI (Temenos), idem Ennuis de quille

24- Loïc Peyron-FRA (Gitana Eighty), idem, Démâtage

25- Una Basurko-ESP (Pakea Bizkaia), idem, Bris au puits de safran tribord

26- Jérémie Beyou-FRA (Delta Dore), idem, Barre de flèche cassée

27- Alex Thompson-GB (Hugo Boss), idem, Dommages structurels

28- Kito de Pavent-FRA (Groupe Bel), idem, Démâtage

29- Marc Thiercelin-FRA (DCNS), idem, Démâtage

30- Yannick Bestaven-FRA (Aquarelle.com), idem, Démâtage

 

 

 

 




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer