Un Torontois a comparu en cour, mercredi, pour faire face à des accusations, dont l'une pour possession d'explosifs, dans une affaire que la police associe à la sécurité entourant le Sommet du G-20.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Byron Sonne, qui portait un tee-shirt noir et des jeans, est demeuré attentif au banc des accusés. Il était entouré de policiers, tandis que les accusations étaient lues.

Outre une accusation pour possession d'explosifs, cet homme de 37 ans fait face à des accusations pour possession d'armes dangereuses, intimidation à l'égard d'une personne associée au système judiciaire et méfait.

Il comparaîtra de nouveau samedi pour son enquête sur remise en liberté dans une salle d'audience consacrée spécifiquement aux causes liées au Sommet du G-20.

Cette salle d'audience, qui se trouve dans la Cour de justice de l'Ontario, est disponible depuis lundi.

La police a indiqué qu'elle ne dévoilerait pas d'informations additionnelles relativement à cette affaire, à l'exception du fait que l'enquête est reliée à la sécurité entourant le Sommet du G-20.