Source ID:; App Source:

GRC: utiliser le Taser de façon responsable

L'examen attentif par le public est un facteur fondamental du maintien de la... (Photo: Archives PC)

Agrandir

Photo: Archives PC

William J. S. Elliott

L'examen attentif par le public est un facteur fondamental du maintien de la responsabilité des institutions publiques. La GRC devrait être assujettie à des normes très élevées, compte tenu des pouvoirs extraordinaires qui nous sont conférés. Tout ce qui peut saper la confiance de la population est préoccupant.

Sans l'appui du public, la GRC ne saurait être aussi efficace. En tant que Commissaire de la GRC, il m'incombe de faire en sorte que nous écoutions et comprenions ce que les collectivités attendent de nous et que la population soit bien au courant de nos pratiques et de nos politiques. C'est dans ce contexte que je voudrais expliquer l'approche de la GRC à l'endroit de l'usage des armes à impulsions (AI) - communément appelées Taser -, dans ses opérations quotidiennes.

De toute l'activité policière que la GRC a menée en 2008 en réponse à 7500 appels par jour, soit trois millions d'appels dans l'année, 0,04 p. 100 mettait en jeu des armes à impulsions, et de ce nombre, moins de 3 p. 100 ont entraîné des lésions corporelles nécessitant des soins hospitaliers.La GRC compte environ 18 000 membres et, de ce nombre, environ un tiers sont qualifiés à se servir d'AI. En 2008, la GRC a « déployé » l'AI dans en moyenne trois incidents par jour au pays. Il peut s'agir du fait de mentionner l'arme, de la dégainer ou de l'utiliser effectivement. Dans près de la moitié des déploiements, il a suffi en fait de montrer l'arme.

L'AI a prouvé à maintes reprises son efficacité pour contrôler des situations sans causer de blessures importantes. Il s'agit, toutefois, d'une arme, et il faut l'utiliser de façon responsable. La GRC sait qu'il lui faut constamment examiner et réévaluer ses pratiques et qu'il lui faut être prête à apporter les changements qui s'imposent, ce que nous avons fait.

Nous avons réduit encore davantage le nombre de situations dans lesquelles des AI peuvent être déployées et, comme l'a rapporté de façon indépendante la Commission des plaintes du public contre la GRC, ces déploiements ont diminué de 30 p. 100.

La mort tragique de M. Robert Dziekanski fait actuellement l'objet d'un examen par la Commission d'enquête Braidwood. Nous continuerons de coopérer pleinement avec la Commission d'enquête et nous prendrons les mesures appropriées qui s'imposent en vue d'améliorer nos politiques et nos pratiques.

Les agents de la GRC font chaque jour face à des situations dangereuses et imprévisibles dans l'exercice de leurs fonctions. Ils doivent souvent traiter avec des personnes sous l'influence de drogues ou d'alcool, et intervenir auprès de gens en colère ou bouleversés. L'expérience montre que les événements peuvent souvent dégénérer rapidement. Il faut alors faire preuve de jugement rapide, de confiance et agir de manière très compétente. C'est par une formation et une supervision rigoureuses que nous préparons nos agents à cet égard.

L'environnement du maintien de l'ordre évolue rapidement et nous améliorons constamment la GRC et honorons notre profond engagement de longue date envers les Canadiens. Dans cette optique, nous avons lancé une vaste initiative de transformation et nous progressons à grands pas.

Depuis que je suis Commissaire, l'un de mes plus grands privilèges a été de reconnaître les loyaux services de centaines d'employés de la GRC pendant des décennies. J'ai eu l'honneur de décorer des dizaines d'employés pour leurs actes de bravoure et j'ai assisté à des cérémonies honorant ceux et celles qui ont donné leur vie au service de leurs concitoyens.

J'ai aussi rencontré des centaines d'employés de la GRC dans tout le Canada qui entraînent des équipes sportives, dirigent des groupes de jeunes et aident leurs voisins dans le besoin. Au travail et dans leur vie personnelle, ces hommes et ces femmes se dévouent pour leur pays et leurs concitoyens.

La GRC n'est pas une organisation parfaite, mais, compte tenu de la nature même de notre travail, notre marge d'erreur est étroite. Nous devons être honnêtes à propos de nos points faibles et nous devons reconnaître nos erreurs.

Les Canadiens ont le droit d'attendre ce qu'il y a de mieux de leurs agents de la GRC. Je tiens à les assurer que nos agents sont résolus à répondre pleinement à leurs attentes.

L'auteur est commissaire de la Gendarmerie royale du Canada.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer