Lorsque je vais visiter mon père à l'hôpital et qu'il me raconte combien il était content de voir mon fils le visiter, cela me remplit de bonheur de voir ses yeux pétiller en me racontant leurs conversations! Il n'est resté qu'à peine une heure et c'était le plus beau cadeau qu'on puisse lui offrir.

Mis à jour le 12 nov. 2012
Josée Major<br><i>L'auteure réside à Lachine.</i> LA PRESSE

Nos aînés ne veulent pas de livres, pas de chandails, pas de chocolat, mais plus que tout, ils veulent une présence humaine. Les intervenants en loisirs font un excellent travail pour essayer de les occuper, mais les amis, la famille, l'entourage restent primordiaux.

Pourquoi la société oublie-t-elle ses personnes âgées? Pourquoi les gens de son village, où il a vécu 80 ans, ne viennent pas lui dire un petit bonjour? Il a toujours été un homme bon, gentil, drôle, adorable quoi! Faut-il que je les appelle?

Je ne veux pas voir à ses funérailles ses cousins, ses amis et ses connaissances. Je veux qu'ils viennent maintenant, pendant qu'il peut en profiter!

Sommes-nous une société égoïste qui oublie ce que nos aînés ont fait pour nous? Sommes-nous une société sans coeur, sans aucune empathie?

Des excuses faciles pour ne pas venir le voir: trop occupés, disent-ils! Eh oui, occupés à aller magasiner, à faire partie de groupes de bowling, etc.! C'est terrible comme ils trouvent toujours des excuses pour ne pas visiter mon père: ils n'ont pas le temps, ils ne comprennent pas ce qu'il dit, ils trouvent qu'il ne parle pas beaucoup, ils refusent de le voir dans cet état, car cela leur fait de la peine...

Il y a toujours moyen de communiquer avec lui: on le fait répéter, on lui dit de parler lentement, on lui donne la main, on joue aux cartes avec lui, on le promène. Bref, ce n'est pas si compliqué que cela! Ou encore, ils viennent faire une visite de 10 minutes et hop, ils se donnent bonne conscience en ayant l'impression d'avoir fait leur B.A. et d'être libres pour les six prochains mois! Réveillez-vous! Comment se fait-il que je me sente coupable d'avoir oser organiser un dîner de Noël pour que mon papa puisse voir ses enfants, ses amis, ses petits-enfants et son arrière-petit-fils? J'ai le goût de pleurer de rage!

Et je vous assure que mon père est chanceux malgré tout, car nous nous relayons mon frère, ma soeur et moi. Les autres résidents sont plus seuls encore. Je ne vois pas beaucoup de visiteurs pour eux!

Mon but est de réveiller la conscience des gens. Mon souhait est de voir se remplir les centres d'accueil de visiteurs, pas seulement une fois par année ou une fois par mois pour aller quêter de l'argent, mais toutes les semaines.

Nous ne devons pas seulement ajouter des années à la vie, mais nous devons aussi ajouter de la vie aux années.

S'il vous plaît, allez rendre visite à vos aînés.