Il s'en trouve plusieurs pour avancer que le Québec s'est enfoncé dans la voie du néolibéralisme. Si oui, l'application de la pensée néolibérale devrait se traduire par une réduction de la taille de l'État et une augmentation des inégalités et de la pauvreté.

Mis à jour le 13 août 2012
Jean-Herman Guay et Luc Godbout
Les auteurs sont respectivement professeur de sciences politiques et professeur de fiscalité et de finances publiques à l'Université de Sherbrooke.
LA PRESSE

Un examen des statistiques montre que l'État québécois est plus présent qu'il y a 10 ans. En 2009, les dépenses de l'ensemble des administrations publiques (fédérale exceptée) s'élevaient à 34,5% du PIB alors qu'elles étaient de 30,0% en 1999.

Si la recette néolibérale avait été appliquée, les emplois dans le secteur public auraient dû chuter. Or, en 2011, on comptait quelque 783 000 emplois dans le secteur public (fédéral excepté). C'est 86 400 de plus qu'en 2002. Cette croissance des effectifs est largement supérieure à la croissance de la population au cours de la même période. Elle est également repérable dans tous les grands secteurs: de la santé et des services sociaux aux institutions d'enseignement (primaire, secondaire, collégial et universitaire).

Cela dit, l'État a-t-il abdiqué son rôle, les citoyens sont-ils laissés à eux-mêmes?

En matière de distribution des revenus, les ratios entre les «classes» sont demeurés à peu près identiques. Si on considère les revenus après impôts et transferts de l'ensemble des unités familiales, les 20% les plus riches gagnaient en 2001 5,0 fois plus que les 20% les plus pauvres. En 2009, ce ratio a même chuté à 4,7 fois. En comparant le revenu de chaque quintile avant et après impôts et transferts, on remarque que l'État continue de jouer son rôle de Robin des bois. Ainsi, les 20% les plus pauvres voient le revenu qu'ils gagnent personnellement plus que doubler grâce aux différents transferts sociaux (de 6000$ à 14 800$). Inversement, le groupe le plus fortuné voit ses revenus amputés après le passage de l'impôt (de 86 000$ à 69 200$).

En ce qui concerne la lutte contre la pauvreté, il est même possible d'observer que l'État s'y attarde plus qu'avant.

Qui sait qu'en 2010, une famille avec deux jeunes enfants n'ayant aucun revenu de travail reçoit 25 400$ en transfert de l'État? C'est beaucoup plus qu'avant, car cette même famille aurait reçu 16 400$ dix ans plus tôt. Même en tenant compte de l'inflation, son pouvoir d'achat s'est accru considérablement.

Les familles, plus que les personnes seules, font l'objet d'un soutien significatif de l'État. Ainsi, lorsqu'on évalue l'incidence de la pauvreté par la mesure du panier de consommation, rien n'a bougé pour les personnes seules; il y a toujours une personne sur quatre en situation de pauvreté en 2009 comme c'était le cas en 2000. Par contre, l'incidence de la pauvreté a fortement chuté d'une famille biparentale sur 14 à une sur 22, alors que ce ratio est passé d'une famille sur trois à une sur cinq dans le cas des monoparentales.

L'État ne se désengage donc pas, loin de là. On a donc affaire à un terrible problème de perception. À ce titre, un sondage non scientifique, mais réalisé auprès de plus de 10 000 personnes, révélait par exemple qu'un grand nombre de répondants (42%) estiment que les libéraux ont opté pour le néolibéralisme. C'est d'ailleurs le discours de la CLASSE et de bien des porte-parole de gauche: l'État providence aurait été complètement sabordé.

Les faits les plus simples n'attestent cependant rien de tel: si certaines politiques ont des effets opposés, la place qu'occupe globalement l'État québécois dans l'économie s'est accrue. Plus important encore: l'inégalité des revenus est même en léger repli alors que l'incidence de la pauvreté a même significativement diminué pour les ménages avec enfants.

Même s'il ne fait aucun doute que les libéraux voulaient au départ réduire la taille de l'État, on aurait cependant tort de confondre leurs intentions premières avec la réalité qu'imposent les faits.

Ces chiffres devraient interpeller bon nombre de Québécois. D'abord, ils devraient rassurer ceux qui crient au loup devant le «vent néolibéral» soufflant sur le Québec. Pour ceux qui souhaitent que l'État intervienne davantage, ils devront reconnaître qu'il n'intervient pas moins qu'avant. À l'inverse, ceux qui attendaient une réduction massive de l'État confirmeront l'impression qu'ils avaient d'être restés sur leur appétit.