Père de trois enfants, l'auteur est psychoéducateur et intervenant spécialisé en toxicomanie. Il est auteur de différents ouvrages concernant la toxicomanie.

Étienne Gaudet

Ces jours-ci, des milliers d'adolescents québécois vivent intensément des moments désirés et préparés depuis longtemps: leur bal des finissants et l'après-bal qui suit.  Dans une société où la religion et la famille ont perdu de leur lustre d'antan, ces moments significatifs deviendront une étape transitoire importante et un rite de passage quasi obligé entre la vie d'enfant et celle d'adulte.

Pourtant, les données statistiques des dernières années apportent un éclairage assez sombre sur la conduite automobile des jeunes adultes!  En effet, en 2010, selon la Société de l'assurance automobile du Québec, ces jeunes âgés entre 16 et 24 ans représentant 10% des conducteurs actuels sont impliqués dans 24% des accidents de la route causant des dommages corporels. Différentes explications sont proposées pour expliquer ces faits : inexpérience, témérité, sentiment de toute-puissance, désir de dépasser les limites et vitesse excessive.

Il est également connu que c'est à l'intérieur de ce groupe d'âge que l'on trouve le plus haut niveau de consommation d'alcool et de drogues.  Malgré les campagnes publicitaires qui leur sont destinées, plusieurs jeunes continuent  de faire un mélange dangereux impliquant la conduite automobile et la consommation de psychotropes.  Les conséquences de ces gestes sont désastreuses : en 2010, 130 jeunes y ont laissé leur vie. 649 ont été gravement blessés : certains en guériront, d'autres en resteront marqués pour le reste de leur vie.  Et cela,  sans compter tous les dommages collatéraux que provoque ce type de drame à l'intérieur d'une famille et d'une communauté.

Comme parents, que faire?  Tout d'abord, considérez qu'un jeune adulte bien informé est en mesure de faire des choix plus clairs : prenez le temps de lui fournir de l'information objective concernant les conséquences négatives associées à une consommation abusive d'alcool et de drogues. À ce sujet, diverses ressources offrent ce type d'informations en ligne.

Permettez-vous également de nommer vos craintes en rapport avec ces soirées : même s'ils ne le verbalisent pas, vous demeurez pour vos enfants la source de référence la plus importante dans leur vie.

Enfin, plusieurs options d'interventions s'offrent aux parents qui trembleront d'inquiétude dans l'attente du retour de l'enfant prodigue au bercail.

1. Le « lift » sans question : assurez à votre enfant que vous irez le chercher sans questions ni commentaires désobligeants et ce, qu'importe son état physique ou l'heure de l'appel.

2. Cool taxi ou taxis traditionnels : financez le déplacement de votre enfant de manière sécuritaire.

3. La limousine à l'aller, mais aussi au retour : un peu cher, mais sécuritaire!

4. La location d'un autobus qui assurera l'aller et le retour vers le lieu de la fête pour tous les participants.

5. La location d'une chambre d'hôtel ou d'un chalet ou un peu de camping sur les lieux de la fête peut être envisageable afin de se remettre en état avant le retour chez soi

6. L'embauche d'une agence de sécurité pour s'assurer que tous les conducteurs seront aptes à la conduite...

Faites ce qu'il faut pour que vos Cendrillon et vos jeunes princes rentrent au château avec tous leurs morceaux!