Source ID:; App Source:

Décès de Gilles Latulippe: quel souvenir garderez-vous?

Gilles Latulippe... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

Gilles Latulippe

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse

Gilles Latulippe est mort à l'âge de 77 ans. Quel souvenir garderez-vous de ce grand comédien?

Un être généreux

Je fais du théâtre amateur depuis plus de vingt ans et, il y a environ une dizaine d'années, nous avions joué une de ses pièces, Le lit de ma grand-mère. À ma grande surprise, il répond lui-même au téléphone. Je lui ai alors demandé la permission de jouer sa pièce. Il accepta sans aucune hésitation. Il me proposa lui-même de me rencontrer pour me remettre une cassette, afin de nous aider dans la mise en scène. Je suis tombé en bas de ma chaise!

C'était un monsieur très simple, malgré son immense renommée. Quelques jours avant la première, je lui téléphone à nouveau pour l'inviter. Il répond depuis la Floride. Il me dit qu'il doit rentrer sous peu, qu'il est très occupé, mais qu'il ferait son possible pour être là. Quinze minutes avant d'entrer sur scène, on vient nous annoncer que M. Latulippe est dans la salle avec son fils. Au grand plaisir de vous revoir un jour et mes plus sincères sympathies à votre famille.

Rodolphe Maruca

+++

Mon intégration au Québec

Mon souvenir avec Monsieur Latulippe est sa comédie télévisée Symphorien. Je venais de débarquer au Québec au début de l'année 70 et Symphorien, en compagnie des  autres grands comédiens que je ne connaissais pas, m'a aidé à passer mes premiers hivers. Au revoir Monsieur Latulippe,

La Van Tri

+++

La meilleure thérapie

J'ai pu faire sa connaissance lorsque j'ai travaillé comme étudiant au Théâtre des Variétés au cours des années 90. Celui que j'avais connu durant mon enfance, dans son rôle de Symphorien en rediffusion ou encore dans Les Démons du Midi, j'ai eu la chance de le voir de près au Théâtre, et c'est à ce moment que j'ai pu découvrir cet homme, qui m'a fait rire à de nombreuses reprises, soir après soir. Curieusement, c'est lors de ces années que j'ai commencé à dire que la meilleure thérapie est le rire, après une journée difficile au Cegep. Mes plus sincères condoléances à sa famille et merci M. Latulippe pour ces années!

Stéphane Rochefort

+++

Un distributeur d'oubli

Le rire est la musique la plus civilisée du monde. Quel bienfaiteur sur la terre, qu'un distributeur d'oubli. Aujourd'hui, Monsieur Latulippe a cessé de nous faire rire et, au paradis, le ciel s'est esclaffé en le voyant arriver. Les anges, habituellement fort sérieux, ont suivi la foule disparate qui a applaudi à tout rompre, car l'éternité sera certes moins longue si tout le monde peut rire aux larmes. Je sais qu'à l'origine, le chaos fut illuminé d'un immense éclat de rire!

Nestor Turcotte, Matane

+++

Accessible et affable

J'ai souvent croisé Gilles Latulippe, alors que j'étais recherchiste pour l'émission Terre des Jeunes à Télé-Métropole. Il y avait souvent des files de gens qui attendaient, pour assister à différentes émissions. Monsieur Latulippe n'hésitait jamais à aller à la rencontre des personnes qui attendaient debout, patiemment. Il blaguait avec tout le monde, serrait des mains, puis saluait cordialement, avant de partir. Il était connu et aimé comme artiste et comédien, à cause de sa grande affabilité, et de l'amour qu'il portait au public, qui lui rendait bien. Mes plus sincères condoléances à sa famille et ses amis.

Richard Bourdeau, Membre de l'Union des Artistes, Candiac

+++

Il nous manquera

Mon plus important souvenir de Gilles Latulippe est sans conteste son rôle de Symphorien et des séries de blagues, venant de nulle part, qui comportaient des parts de vérité sur la société dans laquelle nous vivons. Il va nous manquer énormément.

Dominique Thierry

+++

Un homme de coeur

Je suis très triste d'apprendre le décès de Gilles Latulippe. Cet homme a su nous faire rire depuis des décennies. On peut indéniablement dire qu'il est parmi les grands de notre humour québécois. Un homme de coeur, on pouvait ressentir en lui une grande sensibilité, un autre à se rappeler, comme notre cher Olivier Guimond. Son rôle avec Fernand Gignac, dans Symphorien ou dans Poivre et Sel, avec notre grande Janine Sutto, évoquent des souvenirs de rire en famille. Bon repos Gilles et chapeau! Tu resteras dans la chaîne de nos souvenirs.

Claude A. Proulx

+++

Ça va être le party là-haut!

Je n'ai que de bons souvenirs de ce géant de l'humour. En particulier, ses frasques et ses gaffes dans « Symphorien » et les fous rires qu'il provoquait chez Suzanne Lapointe dans « Les Démons du midi ». Il est parti rejoindre d'autres géants : Olivier Guimond, La Poune et Juliette Huot. Ça va être le party là-haut! Au revoir et merci pour ton oeuvre, Gilles!

Claude Trépanier

+++

Bon voyage

Adieu M. Sansfaçon! Vous saluerez la gang du zoo du Capitaine Bonhomme.

Richard Hamel

+++

Un homme rayonnant

C'est un homme de grand talent qui a trouvé sa voie dans le burlesque et la comédie. Il était à la mesure du grand théâtre, mais il s'est rendu compte qu'il faisait rire et que le public l'aimait ainsi. Il m'a fait oublier mes temps sombres, car il était un homme rayonnant à cause de son sourire et de sa façon de raconter les choses pour les rendent drôles. Merci Gilles!

Paul-E. Paquette, Gatineau

+++

Le sens du punch

J'en garde le souvenir d'un grand conteur, de la trempe de Fred Pellerin, né à une époque moins ingrate, peut-être. J'en conserve aussi un souvenir ému de mon père, petit travailleur, homme des bois et du bois aussi (bûcheron de père en fils), qui riait aux éclats dans notre foyer tourmenté qui avait tellement besoin de rire ainsi, sans prétention et de bon coeur, lorsque M. Latulippe se lançait dans de longs récits dont il n'oubliait jamais la moindre virgule, toujours avec le bon ton, au bon moment, le sens du punch quoi. Merci M. Latulippe!

Nancy Blouin

+++

Fou rire garanti

Ce que j'en garderai comme souvenir? Le fou rire garanti et instantané.

Claude Guay

+++

Toujours poli

Monsieur Latulippe a eu une magnifique carrière, il a accompli beaucoup pour l'humour au Québec. J'aimais sa façon toujours polie de dire les pires choses et de nous faire rire en prime. 

Odette Beaupré

+++

Son sourire ne s'effacera jamais

Je me souviens avec une affection particulière de son souci de conserver une pointe d'ironie face aux travers rencontrés dans certains comportements. Ça faisait rire, mais la leçon, elle, restait avec nous. En pensant à Gilles Latulippe et je suis optimiste en la nature humaine. Son sourire ne s'effacera pas. Bon souvenir à tous ceux qui l'ont aimé, qui l'aiment et qui l'aimeront!

Danielle Viau

+++

Les belles-mères se souviennent

Au revoir Monsieur Sansfaçon! Le capitaine Bonhomme doit être heureux de vous revoir ce matin. Merci pour les beaux moments que vous nous avez faits vivre dans notre enfance et tous les autres qui ont suivi. Vos « jokes » sur les belles-mères resteront à jamais une de vos marques de commerce  et ce matin je vous rends hommage en publiant celle-ci :

Une femme dit à son mari :

- « Ma mère est devenue à moitié folle. »

Le mari répond :

- « Ah bon... elle prend du mieux. »

Line Lefebvre

+++

Le dernier des vrais

L'on a dit de Lucien Bouchard lors d'un reportage qu'il était « le dernier des vrais ». Il y a eu la biographie de Guy Lafleur, le dernier des vrais. Il y eu le chansonnier Tex Lecors affectueusement appelé « le dernier des vrais ». Le « vrais derniers des vrais » est ce grand personnage, Gilles Latulippe, homme d'une grande simplicité, qui avait un très grand respect pour le public et qui a donné durant plus de cinquante ans une saveur humoristique qui était unique.

Micheline Marchand, Saint-Constant

+++

Qu'il était drôle!

Diable que cet homme m'a fait rire! J'aimais son genre d'humour, gros, quelquefois gras, du genre tarte à la crème. Je n'ai jamais oublié la fois que j'étais allée au Théâtre des Variétés. J'avais ri! Et les intellos étaient fort rares dans la salle! Magnifique! Merci, M. Latulippe.

Michel Lebel

+++

L'éternel

Il était toujours celui que l'on appelait pour commenter les décès des personnalités de sa génération. Comme si lui-même n'y arriverait jamais.

Michel Bazinet

+++

Mes rires d'enfants

J'écoutais Symphorien avec mes soeurs, couchées sur le tapis du salon, afin que mes parents, qui étaient partis au bowling, ne le sachent pas. Mon père passait en auto, avant d'aller finir sa soirée au restaurant, et il surveillait les petites têtes par la fenêtre. Comme on embrassait le tapis, il ne nous voyait pas.

Mes premiers fous rires! Merci! Bon repos petit géant rigolo. Va rejoindre tes amis!

Monic Foucher

+++

Faire rire jusqu'à la fin

Ce qui le distinguait surtout, c'est que ses blagues étaient universelles et jamais racistes ou sexistes. Autant les enfants que les adultes pouvaient comprendre, à un niveau différent. Ses proches doivent être fiers de lui. C'est un grand homme qui aura marqué notre imaginaire au Québec.

Bravo au Festival Juste pour rire pour lui avoir rendu hommage. Gilles n'aura jamais connu la retraite et c'est ce qu'il voulait: être actif et faire rire jusqu'à la fin de sa vie terrestre. Il va maintenant amuser les gens au paradis...

Bernard Beaulieu, îles de La Madeleine

+++

Un monument nous a quittés

Mon père est arrivé au Canada en 1976 en provenance d'Haïti. Ne connaissant rien de la comédie québécoise,  c'est avec les Brillant, Symphorien, Poivre et Sel et finalement avec les Démons du Midi que mon père et par le fait même toute la famille, sommes tombés en amour Gilles Latulipe.

Pour nous, mais surtout pour mon père, il est le plus grand comique que le Québec ait connu, le seul qui l'ait fait rire. Nous avons enregistré des heures et des heures des émissions des Brillants, Symphorien, et Poivre et Sel sur casettes BETA et on en rit toujours en 2014. C'est un monument qui nous a quittés ce matin.

Merci pour les fous rires depuis durant plus de 30 ans.

Patrick Victor

+++

Merci pour les éclats de rire

Certains critiques l'ont sûrement dénigré, d'autres l'ont énormément snobé, moi je l'ai simplement apprécié. Il a été mon premier contact direct avec l'humour québécois et je le remercie pour tous les éclats de rire.

Ce n'est pas parce que l'on s'adresse à la plèbe que l'on n'a pas de mérite comme comédien. Tout le monde a le droit de rire et les styles d'humour disponibles sont suffisamment variés pour que l'on y retrouve son compte. J'espère que ce constat restera à l'esprit des décideurs et des entrepreneurs d'idées pour les années à venir.

Merci M. Latulippe. Vous nous manquerez.

Rodney Girard

Écrivez-vous à debats@lapresse.ca.

Vos commentaires seront publiés sur les différentes plateformes de La Presse.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer