Un incendie majeur a éclaté au centre-ville de Lac-Mégantic, à la suite du déraillement d'un train qui transportait du pétrole brut, dans la nuit de vendredi à samedi. Que pensez-vous de cet événement? Jugez-vous sécuritaire le passage de ce type de wagons près des villes?

LA PRESSE

Faites-nous part de votre opinion à debats@lapresse.ca. Des commentaires signés seront publiés à LaPresse.ca, dans La Presse et/ou La Presse+.

***

Les terroristes peuvent dormir

Les premières informations qui émergent de la catastrophe meurtrière de Lac-Mégantic donnent froid dans le dos. Selon les faits rapportés, une série de bombes roulantes de grande intensité, des wagons de pétrole contenant chacun 100 tonnes, furent laissées sans aucune surveillance sur une pente relativement abrupte. Si l'enquête démontre que c'est bel et bien ce qui s'est passé et que cette façon de faire était la norme, on pourra se poser de sérieuses questions à l'égard de la sécurité ferroviaire au Canada. Avec de pareilles pratiques, les terroristes peuvent dormir, nous n'avons plus besoin d'eux.

René Lavoie, Québec

Une décision fatale

D'une catastrophe à l'autre, il reste toujours difficile d'apprendre!

Il y a de cela quelques années, existait le wagon de queue. L'homme de queue (nommé ainsi, parce que l'employé qui y était n'avait pas d'autre choix que de rester dans ce dernier wagon tout le long du voyage).

 

La mission de cet employé était uniquement la surveillance et n'avait pas le droit de quitter le train tant qu'un remplaçant ne prenait pas physiquement sa place. Son rôle: avant le départ du train, lorsque le conducteur était prêt au départ, celui-ci devait inspecter l'extérieur des wagons pour s'assurer que tout était normal, sécuritaire et fonctionnel. Le cas échéant, c'est lui qui donnait le signal de départ au conducteur; vous vous rappelez... le type du dernier wagon, achalant avec son drapeau rouge et son sifflet!

 

Étant donné que ces employés, payés à fort salaire prétendait-on à l'époque, étaient de toutes les expéditions, une sage décision économique des conseils d'administration respectifs de CN et de CP força le retrait de tous ces employés. Du coup, l'élimination du wagon de queue qui n'avait d'autre utilité que de finir le convoi. Plus personne pour assurer les arrières.

Sage décision?

Gérald Joncas

Débat

Cet accident arrive en plein débat sur le transport de pétrole par oléoducs. Quels intérêts cet événement va-t-il servir? Est-ce vraiment un accident?

Cette catastrophe me choque, les conséquences sont horribles.

Henry Talin

La négligence

Je pense que le seul responsable d'une telle catastrophe est la négligence. Il ne faut surtout changer tous les trajets et empêcher les trains de circuler dans les villes et villages mais simplement appliquer les mesures de sécurité en pareilles circonstances. Les seuls responsables sont les sociétés qui permettre de telles négligences uniquement par économie de main-d'oeuvre. Comment laisser un produit aussi dangereux sans aucune sécurité ? C'est inconcevable, le gouvernement n'a aucune conscience en permettant tout à ces sociétés alors que le simple citoyen serait immédiatement sévèrement pénalisé.

Nous devrions avoir honte que de tels évènements se produisent en 2013 et qu'aucun responsable ne soit montré du doigt. Bien sûr, il y aura enquête, mais jamais une entreprise ne sera trouvée coupable. En attendant, toute une communauté est dévastée et devra se battre pour simplement récupérer ce qu'elle avait.

Guy Auger

Une catastrophe prévisible

À Lac-Mégantic où j'ai grandi, les voies ferrées et les passages à niveau jalonnent et obstruent les rues de la ville d'une façon anarchique, étant donné que le rail a précédé la fondation et le développement de la ville au XIXe siècle et que son tracé fut selon les méandres du paysage de l'époque. Jamais le CP et le propriétaire actuel des voies n'ont pris les mesures nécessaires pour détourner ces dernières afin de contourner l'agglomération, sans doute pour des raisons de coûts et autres obstacles. Cette catastrophe était donc prévisible, surtout si ces voies servent au transport de marchandises et de matières toxiques ou inflammables, tel le pétrole brut, entre Montréal et le Maine.

De plus, le convoi sans conducteur, comme un train fantôme, a traversé la ville à une vitesse folle, selon certains témoins, avec les résultats que l'on connaît maintenant. Quelles scènes d'horreur la télévision nous montre-t-elle et témoignages entendons-nous de cette catastrophe ! Il est encore heureux malgré l'ampleur des dégâts que ce train fou fasse d'autres victimes aux passages à niveau des rues Laval et Victoria avant de dérailler en plein centre-ville, rue Frontenac. Victimes d'ailleurs dont on ne connaît pas encore le nombre exact. Mon soutien moral va aux citoyens de Lac-Mégantic et aux familles qui auront perdu de leurs membres dans cette terrible catastrophe.

Michel Boivin, ex-résidant de Lac-Mégantic



Une enquête publique 

Une telle catastrophe mérite la tenue d'une commission d'enquête publique afin d'éviter que cela se reproduise. Cette commission devrait être mixte, fédérale-provinciale, puisque de nombreux chemins de fer traversent les centres-villes. Originaire de Sherbrooke, la capitale des Cantons-de-l'Est, je suis terrifié à l'idée qu'un convoi déraille et explose en plein centre-ville. Le cas de Lac-Mégantic mérite une attention particulière. Y-a-t-il eu négligence criminelle? Compte tenu du nombre de wagons concernés et de leur dangerosité, il est étonnant qu'un convoi de cinq locomotives et de plusieurs dizaines de wagons ait été laissé sans surveillance. Le gouvernement du Québec et les unions municipales devraient exiger davantage de mesures préventives afin d'éviter qu'un tel désastre ne se reproduise.

Jean Baillargeon, expert-conseil en communication et développement stratégique

Une surveillance inadéquate

Mes pensées sont avec les gens de Lac-Mégantic qui sont éprouvés par une catastrophe d'une ampleur qui fait frémir. Cette tragédie met en relief les dangers inhérents au transport de pétrole par pipeline et par train. Il ne se passe pas une semaine en Amérique du Nord sans qu'une communauté ne soit la victime d'un déversement majeur qui met en péril la santé publique. Il est de plus en plus évident qu'il règne dans l'industrie une culture de négligence et que la réglementation et la surveillance gouvernementales sont inadéquates. Les normes et exigences encadrant le transport de pétrole doivent être resserrées pour que la sécurité des communautés ne soit plus compromise.

Cette catastrophe doit être un signal d'alarme alors que le Québec doit sous peu rendre une décision sur le passage sur son territoire de nouveaux pipelines et trains pétroliers destines à l'exportation vers les marchés mondiaux. Il conviendra désormais de fixer des règles qui ne compromettent pas la sécurité de nos villes et villages.

Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki

Des bombes 

Comment se fait-il qu'après ce qui est arrivé le 11 septembre 2001 à New York, on laisse des trains pleins de pétrole sans surveillance? Je vis près d'un chemin de fer. Est-ce que la nuit on laisse des trains pleins de matières dangereuses sans surveillance? Est-ce une pratique courante?

Ces questions devraient être posées à toutes les compagnies de transports et si la réponse est oui, il faudrait y remédier rapidement. Les terroristes n'ont pas à se casser la tête pour se fabriquer des bombes, on les laisse dormir sur nos rails. Ils n'ont qu'à apprendre à conduire un train et changer des aiguillages.

Flavie Paquin

Quel profit?

Des débats seront assurément entamés. La question de cargaison dangereuse en milieu urbain, que ce soit train, camion, pipeline ou autre, sera de mise. De plus, quel profit retirons-nous du transport de pétrole américain des États-Unis vers les États-Unis via le Canada?

Michel Couture

Troublant

Il est tout de même troublant que la photo prise d'une des locomotives en flamme, deux heures avant le drame, à Nantes, n'ait pas contribué à alerter les autorités, en supposant bien sûr que l'auteur a immédiatement prévenu la police. En deux heures, les autorités compétentes auraient eu tout le temps nécessaire pour procéder à l'évacuation du village. L'enquête nous réservera bien des surprises.

Claude Parent, Montréal

La gestion du risque

C'est comme avoir un aéroport à Montréal. Quelle décision irréfléchie!  Nous faisons l'inverse des gros aéroports dans le monde qui s'éloignent des agglomérations populeuses.

Un milliard et plus mal investi à Dorval qui aurait pu être dépensé plutôt pour de meilleures infrastructures routières et ferroviaires pour desservir Mirabel. Allons-nous attendre une prochaine catastrophe? La réponse est oui, malheureusement, nous sommes comme ça au Québec.

Michel Clermont

Les vraies questions

Ne serait-ce pas le temps de songer sérieusement à diminuer notre dépendance au pétrole sous toutes ses formes? Que ce soit par oléoduc, train, bateau, etc. Ça cause toujours des accidents catastrophiques tant au plan humain qu'environnemental. À l'heure où la province négocie pour un projet d'oléoduc, posons-nous les vraies questions.

Mireille Lamontagne

Des risques inévitables

Il y a toujours un danger à se trouver près d'une importante voie de circulation. Toutefois, il ne faut pas oublier que ce sont ces villes qui se sont construites autour des voies et gares, et non l'inverse. 

Le syndrome du "pas dans ma cour" va ressurgir cette fois-ci encore. Pourtant ces mêmes opposants ne ralentiront pas d'une seule molécule leur consommation de biens et d'énergie, rêvant que tout cela se produise et se rende à eux sans passer nulle part, sans bruit, sans poussière, sans pollution, et sans risques d'aucunes sortes. 

Henri Arcand

Un risque trop grand

La catastrophe qui vient de toucher la municipalité de Lac-Mégantic, vient montrer la dangerosité du passage de trains transport du pétrole et ses dérivés ou de produits chimiques, près ou dans des villes et villages. Heureusement, ce genre d'accidents n'arrive pas souvent, mais c'est toujours une fois de trop. Un quartier entier, en Californie, a déjà été détruit par le déraillement d'un train contenant des produits chimiques. L'avenue du transport de pétrole par pipeline devra être étudiée sérieusement, mais les compagnies pétrolières devront montrer patte blanche par rapport à l'environnement.

M. Sylvestre, Québec



Revoir ce mode de transport

Tant que des trains tirant de wagons contenant des produits toxiques et dangereux passeront parmi les populations, en particulier au centre d'une ville, il y aura des risques. On devra se poser de sérieuses questions pour l'avenir. Ce qui est arrivé à Lac-Mégantic peut arriver partout sur terre.

Mario Vallée

 

Notre tiers monde

Un train, composé de wagons pleins de carburant, traversant un quartier résidentiel explose et prend feu. Parle-t-on du tiers monde? Cela arrive en Chine, en Inde,  mais pas chez nous au Québec. Quelle aberration que de faire circuler ces bombes roulantes en plein centre des villes. On voit bien où sont les priorités de nos dirigeants. Ici même, dans mon quartier de Pointe St-Charles, des trains circulent à  moins de 10 mètres des habitations. Ces trains sont souvent composés de wagons citernes contenant on ne sait quoi, mais le citoyen a-t-il un mot à dire? Le CN a fait de gros profits cette année. C'est bon pour les actionnaires, qui eux habitent rarement le long des voies ferrées.

Pierre-Paul L'Heureux, Montréal



Encore une erreur humaine?

Un train ne s'emballe pas seul, il faut créer les conditions pour que se produise une telle catastrophe, hélas.

Renaud Gerardin



Tirons des leçons immédiatement

La mairesse a dit que le passage de la voie ferrée dans la ville ne faisait pas consensus. On craignait donc un incident. Encore une fois, on a attendu la tragédie avant d'agir. Comme d'habitude, on va retourner chez nous, on va oublier, et un jour ça va arriver ailleurs. L'être humain a de la difficulté à tirer des leçons. À l'époque où l'on a construit les voies ferrées, on transportait des gens, du grain, du bois, mais pas des produits si dangereux. Je crois que dorénavant, il faut interdire le passage de ce genre de convois dans les villes.

Denis Poirier

 

Ce n'est pas l'oeuvre de Dieu

J'ai toujours pensé que nous l'avions échappé belle en décembre 1999, lorsque le train avait déraillé à l'entrée de Mont-Saint-Hilaire. J'avais vu l'explosion qui ressemblait presqu'à un champignon atomique. Les produits pétroliers s'étaient écoulés dans de larges fosses et avaient brulé pendant plusieurs jours. Un peu plus loin et tout le centre-ville de Mont-Saint-Hilaire aurait brûle. C'est horrible ce qui se passe au lac Mégantic. Il est impossible d'échapper à un tel brasier, surtout pas la nuit quand on dort. Je pense que certains corps ne pourront même pas être retrouvés. Une chose est certaine: il y a des incompétents qui sont responsables de ce crime... ce n'est pas l'oeuvre de Dieu!

Alice Kieran

 

Le bon moment pour réfléchir

Avec ce qui s'est passé au Lac Mégantic cette fin de semaine, je demande à tous ceux qui s'opposent catégoriquement au transport du pétrole par des oléoducs, s'ils considèrent moins dangereux le transport de cette matière par le train ou le camionnage.

Croyez-vous, qu'à défaut des oléoducs, la production et la vente du pétrole va tout simplement cesser? Et par où passent les trains et les camions pour se rendre à destination? Par les villes et même les centres de ville. Croyez-vous que c'est moins nocif et dangereux pour l'écologie et la sécurité? C'est pareil pour le charbon. On s'objecte au gaz de schiste ou au pétrole, mais personne ne s'offusque qu'une grande partie de la planète, incluant les États-Unis, utilisent le charbon comme source d'énergie? Le fait de transporter notre électricité aux États-Unis n'est-il pas un moyen de diminuer leur dépendance au charbon? Personne ne parle de cela.

Donal Archambault, avocat à la retraite



C'était prévisible

Je connais un ami qui était ingénieur de locomotive au CN. Il me disait la tendance du CN à couper les postes en queue de convois et également viser à remplacer les ingénieurs de locomotive afin d'automatiser les convois.

Il me disait combien c'était risqué d'enlever les humains de ces convois et des dangers inhérents à cette pratique qui visait simplement à économiser. Quel est le coût de toutes ces vies à Lac-Mégantic?

C'est si triste!

Jacques Hébert

 

La vérité, c'est tout

Épouvantable, catastrophique, apocalyptique, c'est une tragédie sans nom qui vient de se produire au Lac-Mégantic. Ça n'a aucun sens et, à l'heure actuelle, le feu ravage toujours et les services de secours ne peuvent toujours pas approcher sur le site des explosions. Et surtout, on n'a toujours aucune idée du nombre de victimes. À tous ceux qui en ce moment s'inquiètent pour un proche, je vous souhaite beaucoup de courage. Je n'ose même pas imaginer à quel point ce doit être insoutenable de ne pas savoir! Quoi qu'à bien y penser, tout le monde devrait être inquiet! En plus des résidents du Lac-Mégantic, il y avait fort probablement plusieurs touristes.

Prenez un instant pour penser à ceci. Imaginez-vous avec vos meilleurs amis, un beau vendredi soir d'été, réunis devant de bonnes bières en prenant plaisir à écouter deux excellents chansonniers. La soirée se déroule à merveille, vous vous sentez bien, vous vous sentez à votre place. Le genre de soirée qui nous réconforte un peu avec la vie quoi. Et puis boum!  Puis, plus rien. Ça aurait pu être n'importe qui d'entre nous...

Surveillez bien ce qui se passera ces prochains jours. Il y aura énormément de questions et d'accusations portées à gauche et à droite. J'espère que les acteurs qui seront appelés à intervenir dans cette histoire ne viendront pas se défendre en se trouvant des excuses ou en portant des accusations. On veut des gens qui prennent leurs responsabilités et qui agissent concrètement  afin d'éviter un autre événement aussi horrible! C'est tout ce qu'on vous demande et vous êtes justement payés pour ça!! N'essayez pas d'avoir une meilleure conscience en essayant de trouver le coupable et assumez vos responsabilités!

Patrick Villeneuve, Longueuil

De la sécurité?

J'espère que les opposants aux pipelines vont y réfléchir... Aucun moyen de transport : bateau, camion, train n'est sans risque...

R. St-Louis

Comme chez nous

À L'Assomption, quartier St-Gérard, le train passe vers 23 heures et 4 heure  le matin. En plus du bruit infernal, la maison tremble car nous sommes à 100 pieds de la voie ferrée. J'aimerais bien que quelqu'un vienne vérifier si ce bruit est permis et en plus ils font siffler le train chaque fois. Tout le long de cette voie, on a bâti à peu près 50 maisons, peut-être plus. C'est un quartier avec toutes des nouvelles familles qui ont de petits enfants. S'il devait y avoir un déraillement, ce serait une catastrophe.

Pensez-vous qu'en pleine nuit, ils auraient le temps de quitter leurs maisons?

Michelle Fisette

Une tragédie

C'est une véritable tragédie qui est survenue à Lac-Mégantic. Il y a des dizaines de villages au Québec qui sont traversés par un chemin de fer. Souvent ces villages ont survécu grâce au train qui passe malheureusement dans le centre-ville où il y a une forte concentration de la population.

 

La nature humaine étant ce qu'elle est nous cherchons déjà qui ou quoi blâmer. Pour l'instant nous ferions mieux de nous concentrer sur l'aide immédiate que nous pouvons apporter aux résidents ainsi qu'aux personnes qui cherchent un proche qui ne donne pas signe de vie depuis les explosions. J'imagine à peine leur désarroi et leur détresse. Bien que loin de Lac-Mégantic, mes pensées sont avec ces personnes qui souffrent de ce drame inimaginable et tragique ainsi qu'avec les nombreux secouristes, pompiers et paramédics qui sont sur place depuis plusieurs heures. Notre compassion et notre solidarité sont de mise.

Jean Bottari, St-Lin-Laurentides