Le Statisticien en chef du Canada, Munir Sheikh, a démissionné mercredi soir à la suite de la controverse suscitée par la décision du gouvernement Harper de modifier les modalités du recensement. Dans le communiqué annonçant sa démission, M. Sheikh contredit les affirmations des conservateurs selon lesquelles un questionnaire volontaire fournirait des informations aussi fiables que le formulaire obligatoire utilisé depuis des décennies. Le gouvernement continue de prétendre que ce dernier formulaire constitue une intrusion dans la vie privée des citoyens. Où vous situez-vous dans ce débat?

CYBERPRESSE

Faites-nous parvenir votre opinion à forum@lapresse.ca . Les commentaires signés seront publiés sur Cyberpresse et/ou dans La Presse.

VOS COMMENTAIRES

L'art de contrôler

Le gouvernement conservateur tente, avec cette nouvelle voie, de montrer qu'il joue carte blanche avec les citoyens Canadiens. Ces derniers ne seront plus fichés de la même manière, avec cette option d'un recensement non obligatoire. De l'aveu même de Maxime Bernier, député de Beauce, sur son blogue : "l'État est déjà suffisamment gros et se mêle trop de nos affaires personnelles, et cette décision vient restaurer un certain équilibre." Il est cocasse de noter l'utilisation du terme ''certain équilibre''. En revanche, l'accès à l'information destinée à autonomiser les individus n'a jamais été aussi ardu que depuis l'arrivée du gouvernement Harper. De plus, il faut ajouter le projet de loi C-42, visant à modifier la Loi sur l'aéronautique; le gouvernement Harper a renoncé à la souveraineté canadienne. Ce projet de loi forcera les transporteurs canadiens qui doivent survoler le territoire d'un État étranger à lui divulguer les renseignements personnels de ses passagers. L'Information, avec un grand ''i'', c'est monsieur Harper qui tente de la contrôler, sous un voile de transparence.

Luc Lapierre, Boucherville

* * *

Souvenons-nous

Un recul pour la démocratie, la science et l'information. Posez-vous ces questions: autrefois, quel type de société et de régime politique a tenté de restreindre la liberté de presse et d'empêcher la libre circulation de l'information, tout cela dans le but de prendre le contrôle de l'opinion publique? De même, quel type de dirigeant utilise la peur et le mensonge pour convaincre la population qu'il doit servir ?

Philippe Trempe, économiste

* * *

Unissons-nous

Rien de surprenant de la part des alliancistes, de toute façon, la science, ils en ont peur. Ce qui est aussi dommage, c'est le nombre de Canadiens plus à gauche que les conservateurs/alliancistes, qui divisent leur vote au lieu de s'unir.

Marc Lapointe

* * *

Amiral et capitaine

Nous devons saluer avec toute l'admiration qu'il mérite le geste du statisticien en chef Munir Sheikh qui vient de soumettre sa démission. Il est le capitaine intègre d'un bateau qui, au beau milieu de la tempête, reçoit l'ordre arbitraire de son amiral, assis loin dans un fauteuil, de virer à tribord, alors que la mer lui commande de garder le cap. Seul maître à bord, il refuse toute commande qui met en péril son équipage et tend sa démission de retour au port. Autre allégorie, le chirurgien, penché sur son patient, a beau juridiquement relever du ministre de la Santé, il est le seul à déterminer où faire passer le scalpel. Seul le dictateur aime être à la fois amiral et capitaine, ministre et chirurgien, manière de manier lui-même le scalpel qui tronque la réalité différente de ses fantasmes.

Pascal Barrette, Ottawa

* * *

Décision arbitraire et idéologique

M. Daniel Petit, député fédéral de la circonscription de Charlesbourg

Votre gouvernement se permet, de façon arbitraire et idéologique, de remettre en question l'obligation de répondre au questionnaire long du formulaire de recensement. Travaillant dans le milieu municipal à Québec et ayant des connaissances en économie et en science politique, cette décision, si elle s'avère finale, est carrément stupide, mal fondée et nuisible pour l'économie et la connaissance de l'évolution de la population canadienne et indigne de la part d'élus qui sont censés nous représenter et travailler dans l'intérêt commun. Je considère que la démocratie est bien fragile lorsqu'elle est entre les mains des conservateurs et nos acquis semblent bien vulnérables à vos humeurs discrétionnaires. Cette décision, vous l'aurez compris peut-être, aura de graves conséquences sur la valeur attribuée depuis des années aux données du recensement, car celles-ci, actuellement fiables, ne le seront plus à l'avenir. On perdra la chaîne, c'est-à-dire on ne pourra plus comparer avec les données antérieures. Quelle bêtise! Si on avait une opinion publique plus avisée et un chef de l'opposition plus assuré, vous devriez répondre de cette décision presque au quotidien dans les médias tellement elle est sans fondement et gravissime. Il faut reculer, monsieur, cela ne pourra que vous faire grandir.

Benoît Andrews, résident de l'arrondissement de Charlesbourg, Ville de Québec

* * *



Pas de panique!

On parle simplement d'enlever le caractère obligatoire de la version longue et détaillée du formulaire. Le formulaire normal (nombre d'habitants de chaque résidence, leur âge et leur sexe) est encore obligatoire et passible d'emprisonnement en cas de refus de répondre. Personnellement, je trouve que c'est une bonne chose que ça ne soit plus obligatoire. Au coût de 600 millions, ça commence à faire cher pour que des organismes et lobbyistes puissent savoir comment mieux mettre leur nez dans la vie des citoyens.

Mattiew Michaud, Montreal

* * *

La bêtise à Clement

Le gouvernement conservateur s'en paie, considérant surtout qu'il est minoritaire. L'opposition étant tristement divisée, voilà que M. Harper et la droite canadienne qui l'appuie s'en tirent trop bien avec de nombreux gestes qui, à l'analyse profonde, nuisent non seulement à l'image du pays à l'étranger, mais encore à une évolution harmonieuse en continu, sur la scène socio-économique intérieure. Le salut de ce pays tient exclusivement du fait qu'il demeure parmi les plus riches en matières premières. J'ai 65 ans. Je parle cinq langues et j'ai beaucoup voyagé d'un côté et de l'autre de l'Atlantique. Quand je sors, je réalise que je suis nécessairement une espèce d'ambassadeur de mon pays. Dans l'ensemble, je suis plein de fierté concernant mes origines montréalaises, québécoises et canadiennes. Je puis défendre cette fierté ; mais ce serait intellectuellement malhonnête de vouloir défendre tout de ce qui s'est fait ou qui se fait au Canada. Vraiment. Et ce que je nommerai dorénavant "la bêtise à Clement" fait, à mon avis, parti ce que l'on ne peut défendre. Un souhait : Puisque le Bloc est au sens fédéral, un parti régional ; puisque le NPD est trop à gauche pour assurer une saine économie et surtout, la continuité pour le libre marché intérieur ; puisque les conservateurs de l'heure sont si étroits d'esprit, alors j'espère que le parti libéral réussira à regrouper un assez bon nombre de gens doués et de mentalité centriste pour prendre l'administration du pays en charge, du moins pour assez de temps que cela nous permette de retrouver un peu d'équilibre sur divers fronts.

Raymond Deschamps, Montréal

* * *



Catastrophique

Une catastrophe pour la science et pour la société canadienne. Arrêtez-les quelqu'un!

Jean-Louis Duchesne

* * *



Combien avez-vous eu d'enfants?

Cette question était posée aux femmes dans les questionnaires longs des recensements jusqu'en 1991. Elle a été enlevée en 1996 sous le gouvernement libéral de Jean Chrétien, malgré son utilité statistique indéniable. Même après de nombreuses suggestions répétées lors des consultations de Statistique Canada sur le contenu des recensements, auxquelles j'ai participé dans un emploi antérieur, elle n'a jamais été reprise à cause des soucis de confidentialité. Si je me souviens bien, c'est probablement le Commissariat à la protection de la vie privée qui émettait des réserves sur cette question. On est surpris d'apprendre aujourd'hui qu'il y avait très peu de plaintes au sujet des questions du recensement. Ce sont donc des avocats qui ont jugé cette question trop confidentielle. L'obscurantisme anti statistique ne se trouve donc pas seulement chez les conservateurs. Par ailleurs, le questionnaire long comprend des questions sur le travail non rémunéré, dont le temps consacré aux activités domestiques avec, parmi les exemples, la durée du lavage des autos. Il est de notoriété publique que les réponses à ces questions, ajoutées, semble-t-il, à la suite des pressions du lobby des femmes au foyer, n'ont aucune valeur. Il est sûrement trop tard, mais je suggère encore une fois l'ajout de la question sur le nombre d'enfants, quitte à abandonner la question sur le temps domestique.

Louis Duchesne, Québec