Nos athlètes en sont à leur troisième année d’interruption de leurs pratiques sportives. Ces athlètes ont investi des années d’entraînement pour réaliser leurs rêves et leurs passions.

Publié le 10 janvier
Isabelle Côté
Isabelle Côté Médecin, Québec

Jusqu’à cette année, toutes les mesures prises étaient essentielles et nous nous y sommes majoritairement conformés. Mais actuellement, avec la vaccination, nous avons les outils pour vaincre cette pandémie. Et voilà que les mesures actuelles ont dû être prises en grande partie en raison des non-vaccinés qui représentent 10 % de la population, mais au moins 50 % des hospitalisations.

Ces athlètes ont une fenêtre étroite pour se réaliser et performer. Ils ont besoin des entraînements dans des environnements adéquats avec leurs entraîneurs et coéquipiers. Ils ont aussi besoin de compétitions et de matchs. Cela est essentiel à un certain niveau, où ils doivent se mesurer entre eux pour se dépasser et atteindre des standards.

Ils ne peuvent pas se permettre que les entraînements et les compétitions soient arrêtés pour une troisième année. Cela mettrait certainement fin aux rêves de plusieurs d’entre eux, et de graves problématiques psychologiques risquent d’en découler.

Ainsi, je vous demande de passer de la parole aux actes en imposant un passeport vaccinal beaucoup plus restrictif aux non-vaccinés, qui sont majoritairement responsables des contraintes actuelles. L’accès aux lieux publics devrait leur être plus restreint, comme tout achat essentiel peut se faire en ligne ou par téléphone. Les non-vaccinés doivent assumer leur choix. Et les vaccinés, qui respectent les consignes et la science, devraient avoir le droit de reprendre une vie plus normale, surtout nos jeunes, une génération québécoise émergente pleine de potentiel qui représente l’avenir de notre société.

Nos jeunes sportifs ont prouvé qu’ils respectent les règles sanitaires et sont prêts à tout pour reprendre leurs sports. Ils n’ont pas à être sacrifiés. M. Legault, je vous implore donc de leur permettre de pouvoir reprendre, dès maintenant, leurs entraînements dans des conditions adéquates avec entraîneurs et coéquipiers et de reprendre les compétitions et matchs à huis clos, et ce, tant pour les sports intérieurs qu’extérieurs. La situation actuelle est inacceptable. Notre société québécoise a besoin d’équité et de logique pour continuer ce combat.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion