À la veille de cette nouvelle année tout aussi incertaine que la précédente, nous avons le devoir de veiller sur l’autre plus que jamais. Cet autre, ce peut être un proche, un voisin, un étranger. Mais si nous le pouvons, nous nous devons d’apporter de la bienveillance et de l’espoir comme jamais.

Publié le 22 déc. 2021
Daniel H. Lanteigne, ASC, C.Dir., CFRE, CRHA
Daniel H. Lanteigne, ASC, C.Dir., CFRE, CRHA Stratège reconnu en philanthropie, consultant principal chez BNP Performance philanthropique et président du conseil d’administration de l’Association des professionnels en philanthropie

Pour certains, la fin de l’année marque l’heure des bilans, pour d’autres, faire un bilan et des souhaits pour 2022 relève de l’utopie. Ainsi, n’avons-nous pas l’obligation de conjuguer nos efforts, nos ressources et nos moyens pour apporter un peu de baume sur la vie des personnes plus vulnérables ?

Aux quatre coins de la province, les organismes communautaires et de bienfaisance sont au bout du rouleau. La pression et la demande augmentent constamment et les ressources ne suivent pas nécessairement le tempo. La période des Fêtes a toujours été critique, mais jamais à ce point. Jamais. Alors, que faire ?

Donner.

Donner du temps, de l’argent et même du savoir aux organismes qui en ont besoin. Et ils sont nombreux et à deux pas de chez vous. Oui, il y a les denrées, mais il y a aussi l’argent et le bénévolat que l’on peut faire pour assurer une courroie de transmission entre les ressources et les besoins. Nous pouvons être le maillon fort de la chaîne.

Car si pour plusieurs l’idée d’un Noël restreint fait peur, pour d’autres, l’isolement se vit au quotidien, pandémie ou non.

Nous pouvons donc, collectivement, faire un grand effort dans les quelques jours restants de 2021 pour donner.

Encore une fois, donner.

Oui, ça aura peut-être l’effet d’un Band-Aid sur une hémorragie bien tôt grande à contrôler, mais ça sera quand même mieux que de ne rien faire du tout. Si nous pouvons au moins permettre à toutes les familles d’avoir un minimum de bonheur et de fierté en cette période, ça en vaut la chandelle, non ?

Créons donc une pluie de Band-Aid !

Ajoutons 1 $ sur notre facture à la caisse, laissons quelques denrées dans les boîtes prévues dans les commerces et organismes, faisons un don de sang pour maintenir nos réserves à flot, allons donner un coup de main et donnons aussi généreusement que nous le pouvons.

Le 31 décembre.

Il s’agit de la dernière journée de l’année pour donner, si on regarde le tout avec un œil fiscal. Et ce n’est pas mal de le faire. Un don de bienfaisance vous permettra de réduire une partie de vos impôts. Faites vos calculs et voyez tout le bien que vous pouvez accomplir.

Car c’est ensemble, par une pluie de Band-Aid que nous passerons au travers des Fêtes. Nous verrons à soigner l’hémorragie en 2022, mais d’ici là, ne nous braquons pas derrière l’idée que notre don n’est qu’une goutte de pluie dans l’océan. Cette goutte, jumelée aux autres, qu’elle devienne une tempête d’amour, de bienveillance envers les autres et aussi, envers soi-même.

Car malgré tout ce que l’on peut penser, nous ne sommes jamais à l’abri d’avoir besoin d’un peu d’aide un jour ou l’autre.

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion