Un appel à la mobilisation pour soutenir la relance culturelle

Karel Mayrand
Karel Mayrand Président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal

La pandémie et les épisodes de confinement de la dernière année ont bouleversé nos vies, et le secteur des arts et de la culture n’y a pas échappé. Rarement la littérature, la musique, le cinéma ou la télévision n’ont (re)pris autant de place dans notre quotidien. Les auteurs, les musiciens, les acteurs et nombre d’autres artisans ont été nos compagnons d’infortune pendant que le virus nous confinait entre quatre murs. Nous devons une fière chandelle à ces artistes qui nous ont offert un peu de répit, voire de réconfort dans les moments les plus douloureux.

Pourtant, le domaine culturel est parmi ceux qui ont été les plus durement frappés par la pandémie. Avant la crise, chaque ménage québécois consacrait annuellement environ 1000 $ à la culture. Ces revenus ont été pratiquement oblitérés par la pandémie. Résultat : 24 % des emplois dans le secteur culturel québécois – soit environ 50 000 – ont été perdus l’an dernier. Pire encore, 41 % des artistes interrogés dans un sondage ont affirmé envisager de mettre fin à leur carrière, et près de 65 % ont dit éprouver de la détresse psychologique. Il n’y a pas d’autres façons de le dire : le milieu culturel est en crise, et il est de notre responsabilité collective de l’aider à se relever.

Plus que jamais, la question de la pérennité de nos institutions culturelles et du soutien philanthropique aux artistes et travailleurs culturels se pose. Les programmes d’appariement et d’incitation au mécénat pour les arts et la culture sont certainement l’une des clés de la relance du secteur. Dans le cadre de ces programmes, les organismes culturels admissibles peuvent créer un fonds de dotation, puis présenter des demandes de subventions d’appariement. Ces fonds leur offrent ensuite une source de revenus pérenne et stable, renforçant ainsi les organismes et l’ensemble du milieu culturel.

À titre d’exemple, Mécénat Musica est un programme culturel non gouvernemental créé en 2013. Il encourage des individus à faire un don à perpétuité de 25 000 $ à un organisme culturel qui leur tient à cœur et encourage des familles de mécènes à faire des dons de 250 000 $ ou 2 500 000 $, en appariant ces dons individuels. Et grâce aux différents crédits d’impôt et aux programmes publics d’appariement, ces dons peuvent aller loin !

Au Québec, une personne qui le souhaite peut faire un premier don important à un organisme culturel enregistré, ce don donnant droit à un crédit d’impôt supplémentaire ramenant à 6750 $ le coût net d’une contribution de 25 000 $. Une fois réalisé, ce don peut être utilisé comme levier auprès des programmes d’appariement gouvernementaux, Mécénat Placements Culture au Québec et Patrimoine canadien au fédéral. Ainsi, une telle contribution qui aurait été appariée par les programmes Mécénat Musica, Mécénat Placements Culture et Patrimoine canadien pourrait rapporter au final plus de deux à trois plus de fonds à l’organisme bénéficiaire.

Depuis ses débuts, le programme Mécénat Musica a versé plus de 27 millions de dollars, qui ont généré un total de près de 64 millions en soutien à 41 organismes, une fois inclus les appariements gouvernementaux. Le programme a pour objectif de franchir le seuil des 100 millions d’ici l’expiration du crédit d’impôt pour don important en culture du gouvernement du Québec, en décembre 2022. Imaginons un instant ce que l’atteinte de cet objectif rendrait possible dans notre milieu culturel.

Si chaque ménage québécois redonnait au secteur culturel ne serait-ce qu’une partie des 1000 $ qu’il a épargnés en culture depuis mars 2020, nous réussirions collectivement à redonner une vitalité financière au secteur. Les Québécois aiment profondément leur culture et ils sont fiers d’exporter dans le monde le génie de ces créateurs qui contribuent à faire de nous ce que nous sommes. Il est temps de leur témoigner notre reconnaissance en répondant présent lorsque les salles rouvriront au maximum de leur capacité, et en adoptant la culture, notre culture, comme cause philanthropique.