Les auteures s’adressent au premier ministre, François Legault, et à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy

Monique Simard et Lorraine Pintal
Respectivement présidente du Partenariat du Quartier des spectacles et présidente du comité des salles de spectacles du Quartier des spectacles, et 18 autres signataires*

Monsieur le Premier Ministre,
Madame la Ministre,

À l’heure où les espoirs d’une vie meilleure sont à nouveau permis, le Partenariat du Quartier des spectacles de Montréal et ses membres gestionnaires de salles de spectacles présentes sur son territoire tiennent, par la présente, à vous demander d’agir prestement en accordant au cours des prochaines semaines une importance prioritaire à la relance des activités dans les salles de spectacle. Le Partenariat souligne les efforts consentis jusqu’à présent par le gouvernement.

Le milieu des arts de la scène du centre-ville se projette maintenant dans la reprise de ses activités, qui garantit en partie sa survie commerciale.

Une mission plus que jamais fondamentale

Le Partenariat du Quartier des spectacles a pour mission de contribuer au développement et à la mise en valeur culturels du Quartier dans toutes ses dimensions urbaines. Plus spécifiquement, il œuvre à son animation par la programmation d’activités, la gestion de ses places publiques et l’enrichissement de l’offre culturelle générale. Le Quartier, présentant la plus forte concentration de lieux culturels en Amérique du Nord, exerce donc un rôle commercial, économique et touristique indispensables à l’essor du centre-ville et de tout Montréal.

Toute cette contribution a évidemment été mise à mal de façon dramatique depuis un an. De fait, nous avons été touchés au cœur de ce que nous sommes comme ont pu l’être d’autres joyaux urbains, des quartiers culturels à travers le monde comme le West End à Londres, le Red River Cultural District à Austin au Texas ou encore le Raval à Barcelone.

Comme eux, nous avons été frappés au plexus avec pour conséquence que la motricité et la sensibilité même de nos villes s’en sont trouvées affectées.

D’une part, nos créateurs, artistes et travailleurs culturels ont perdu souffle. D’autre part, nos 33 salles de spectacle (sept indépendantes) qui constituent en quelque sorte l’épine dorsale de notre écosystème ont été pratiquement vidées de leur âme et de leur substance. Le public, quant à lui, n’a eu d’autre choix que faire défaut.

Nous savons que vous souhaitez que cela cesse le plus vite possible, car :

- bon an, mal an, 28 % de tous les billets de spectacle vendus au Québec et 54 % du Grand Montréal le sont par nos salles. En 2018, elles ont accueilli 1 724 555 spectateurs. Les recettes provenant de notre vente de billets se sont élevées à 79,19 millions de dollars pour cette même année. (Observatoire de la culture et des communications du Québec) ;

- plusieurs milliers d’emplois créés à travers l’ensemble des activités que génère le Partenariat sont liés à l’existence et la performance de nos salles ;

- la somme totale des dépenses générées par les spectateurs de septembre à décembre 2017 dans les salles et commerces (boutiques, restaurants, hébergement, etc.) du Quartier des spectacles était de 64,5 millions (KPMG 2017) ;

- à l’intérieur du kilomètre carré que nous occupons, 12 000 résidants, 45 000 travailleurs et 50 000 étudiants (une ville en soi) sont privés de leur accès naturel à nos spectacles sur scène, essentiels à leur épanouissement et leur divertissement.

Nous avons agi ensemble

Depuis un an, grâce à notre détermination et à vos interventions, nous avons su ensemble, à force de contorsions, trouver un filet d’air pour continuer de vivre.

Nous avons pu compter sur les deux mesures de soutien financier mises en place par votre gouvernement : les programmes de « mesure particulière à la diffusion de spectacles québécois » et d’« aide temporaire aux lieux de diffusion ».

Nous avons pris une part très active au développement du guide de procédures concernant les secteurs des arts de la scène tel qu’édicté par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) et toutes nos salles se sont dotées de procédures communes conséquentes à ces exigences.

Tout en respectant à la lettre les restrictions qui nous furent imposées, nous avons tout de même réussi à innover en matière de création, de diffusion et de mise en marché (notamment au plan numérique) de façon à maintenir un lien minimal d’attachement avec nos publics.

Il faut agir plus et encore

Au cours de la dernière année, nous avons acquis la conviction d’avoir été « beau joueur ». Nous avons accepté le rang que vous nous avez accordé en matière de gestion de la pandémie.

Nous croyons maintenant qu’il est temps que les choses s’améliorent pour nous au-delà de ce que nous avons initié.

Puisque notre comité des salles du Partenariat du Quartier des spectacles veut respecter les orientations claires et utiles qu’il s’est données : soutenir la diversité, le dynamisme et le caractère distinctif de l’offre culturelle au sein du Quartier, améliorer l’accessibilité aux salles, développer de nouveaux publics et contribuer au développement de la Charte montréalaise de la vie nocturne.

Puisque la réouverture de salles à activités relativement comparables aux nôtres (cinémas, musées) est déjà amorcée.

Puisque, dans un sondage Léger commandé en novembre dernier pour nos propres besoins, 71 % des habitués du Quartier se sont dits prêts à assister à un spectacle en salle dès la levée des mesures de confinement.

Puisque le dynamisme économique du centre-ville de Montréal s’appuie depuis toujours sur les secteurs touristique, culturel et événementiel.

Les salles de spectacle du Quartier des spectacles vous demandent :

-une permission de réouverture adaptée à la situation propre à chacune des salles présentes sur le territoire dans le respect des mesures sanitaires ;

- un assouplissement du couvre-feu passant de 20 h à 21 h 30 ;

- la mise en place d’une campagne promotionnelle propre à rétablir la confiance des spectateurs dans un contexte de déconfinement ;

- la reconduction des programmes de « mesure particulière à la diffusion de spectacles québécois » et d’« aide temporaire aux lieux de diffusion », dans une perspective de réouverture partielle soumise à des contraintes prolongées de distanciation sociale.

Les salles de spectacle du Quartier des spectacles de Montréal doivent redevenir une plaque tournante de la création, de l’innovation, de la production et de la diffusion culturelle. Elles doivent recommencer à rayonner localement, sur les plans national et international. Elles doivent reprendre leur rôle commercial et touristique dans l’interdépendance économique de la métropole culturelle du Québec. En cela, elles vous demandent d’agir prestement et de nous placer en haut de liste de vos priorités pour le mieux-être de toute la communauté montréalaise, québécoise et internationale.

Vous pouvez compter sur notre entière et créative collaboration pour la concrétisation de ces mesures indispensables.

*Cosignataires du comité des salles : Leila Amiri, Foufounes Électriques ; Francine Bernier, Agora de la danse ; Isabelle Boisclair, Maison Théâtre ; Amélie Duceppe, Théâtre Jean-Duceppe ; Madeleine Careau, Orchestre symphonique de Montréal ; Jean-Claude Chabot, Théâtre St-Denis ; Mark Louch, Théâtre Sainte-Catherine ; Julien Robitaille, Le Balcon ; Michel Sabourin, Club Soda ; Daniel Simoncic, Le Gesù ; Guy Vanasse, Centre Pierre-Péladeau, UQAM ; Sarah Lachance, Monument national – École nationale de théâtre du Canada ; Alexandre Auché, Société des arts technologiques ; Olivier Corbeil, Newspeak ; Jean R. Dupré, Orchestre Métropolitain ; Lorraine Pintal, Théâtre du Nouveau Monde ; Nick Farkas, L’Astral et MTelus ; Stéphane Labbé, Tangente Danse