Il était une fois, après la Seconde Guerre mondiale, de petites villes partout dans le Midwest et le sud des États-Unis où il faisait bon vivre. Dans ces villes, il y avait beaucoup d’espace pour de belles maisons avec des jardins, des écoles primaires et secondaires, bref, c’était un endroit merveilleux pour vivre et élever des enfants. Il y avait aussi des infrastructures : des trains et des rivières traversaient les villes ; les routes étaient en bon état. Il y avait même des emplois pour tous : des usines de vêtements ou de meubles, des usines de guerre qui avaient été converties pour fabriquer des cuisinières pour General Electric. Tout allait bien. Les gens étaient heureux.

Stephen A. Jarislowsky Stephen A. Jarislowsky
Compagnon de l’Ordre du Canada et Grand officier de l’Ordre national du Québec

Puis vint le libre-échange. Au début, c’était principalement avec l’Europe, qui avait des salaires et des traitements similaires, mais quand le Japon a été reconstruit et que leurs salaires étaient la moitié de ceux des Américains, l’augmentation du niveau de vie s’est ralentie en Amérique. Pourtant, c’était suffisant pour garder les gens heureux. Ensuite, la Chine est arrivée, ainsi que des transports moins chers, en plus de la mondialisation en pleine effervescence de nombreuses entreprises.

Et donc, avec le temps, toutes ces usines de toutes ces petites villes ont fermé parce que les salaires des gens qui y habitaient étaient deux fois plus élevés que ceux des Chinois. De nombreux jeunes sont partis pour les villes. Chaque année, à cause de l’inflation et de la précarité des emplois, les familles qui sont restées ont eu de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Seules les petites villes avec des attractions touristiques, ou celles qui offrent aux personnes âgées un lieu de retraite splendide, pouvaient encore maintenir une économie stable ou en hausse. Les autres, partout en Amérique, souffrent de la concurrence étrangère, notamment celle de la Chine et de l’Asie du Sud-Est. Le libre-échange a tué leurs emplois, ce qui a tué leurs communautés.

Sans un tarif de péréquation des salaires pour compenser les salaires inférieurs payés aux travailleurs à l’étranger, les Américains ne peuvent pas rivaliser.

Comme elles sont mondiales, les entreprises choisiront toujours de fabriquer ou d’acheter là où les coûts et la main-d’œuvre sont les moins chers afin d’augmenter leurs profits et leur valeur pour les actionnaires. Même les grands détaillants américains comme Walmart fonctionnent de cette manière et donc, dans le monde occidental, des industries entières ont été déplacées ou fermées.

Les gens qui vivent encore dans ces petites villes, qui étaient autrefois si prospères et productives, sont la base de Donald Trump. Quand il a promis de « rendre à l’Amérique sa grandeur », ils se sont tournés vers lui comme leur sauveur, et le reste est de l’histoire récente.

Une simple taxe

Mais ce n’était pas forcément le cas. Une grande partie de l’amertume, de la haine et de la confrontation que nous avons vues aux États-Unis aurait pu être évitée (et peut-être même Trump lui-même) avec une simple taxe de péréquation des salaires. Les droits payés à la frontière sur les produits fabriqués par des travailleurs à bas salaire auraient permis aux Américains vivant dans ces petites villes de conserver leur emploi et leurs industries locales.

Au lieu de cela, en répondant à leur mécontentement, Trump a gagné leur confiance, malgré le fait qu’il a en fait servi un groupe très différent : ceux qui lui ont donné de l’argent.

Son véritable objectif était de donner aux Américains et aux entreprises riches une baisse de l’impôt sur le capital et les sociétés, pour s’assurer qu’ils continueraient à le financer, afin qu’il puisse réaliser son véritable rêve : imiter les dictateurs à l’étranger et conserver le pouvoir. La preuve de ceci se trouve dans ses accusations de fraude électorale et dans son « putsch » du 6 janvier dernier.

Cependant, si le gouvernement de Joe Biden ne résout pas le problème à sa source, les gens qui ont formé sa base dans les petites villes américaines deviendront plus radicaux en tant que force révolutionnaire. Leur niveau de vie a été réduit par des salaires étrangers bon marché et des importations en Amérique, vidant la base manufacturière des États-Unis. Si cela n’est pas rétabli, il y aura plus de rébellion à venir.

Le danger, cependant, est encore plus grand que cela. Sans ces petites villes manufacturières qui peuvent se mobiliser rapidement, si la rivalité avec la Chine conduit à une sérieuse confrontation, par exemple, l’Amérique se trouvera dans une situation gravement désavantageuse, car elle aura besoin de reconstruire sa fabrication pratiquement à partir de zéro afin de fournir son propre peuple et son armée.

La seule fin heureuse de cette histoire serait d’appliquer la péréquation des salaires. Le libre-échange peut être maintenu entre l’Amérique et l’Union européenne et les pays ayant des structures salariales similaires, mais il faut appliquer des droits de douane sur les importations en provenance des pays où les salaires sont plus bas si nous voulons retrouver la démocratie et la paix au pays et ne pas être vulnérables en temps de conflit international.