Ces moments difficiles mettent notre société au défi et nous obligent à être à la hauteur du rendez-vous que l’avenir nous donne. Dans le journal Le Monde, l’historien Yuval Noah Harari a récemment écrit que « Le véritable antidote à l’épidémie n’est pas le repli, mais la coopération » et ajoute que « la véritable protection vient du partage ». En aucun cas l’état de confinement actuel ne doit rimer avec repli sur soi. Au contraire, c’est par l’ouverture, la solidarité et la générosité qu’une société moderne se renforce et écrit son Histoire.

Carole Jabet  Carole Jabet 
Directrice scientifique du Fonds de recherche santé (FRQS) et neuf autres signataires* 

C’est dans cet esprit que de nombreuses organisations se consacrant au progrès scientifique, technologique et médical du Québec se sont mobilisées, ont joint leurs forces et ont travaillé de concert avec le gouvernement pour mener un combat commun contre la COVID-19. Ces organisations* ont pour mission de faire progresser le Québec comme écosystème d’innovation par la collaboration entre les espaces entrepreneuriaux, industriels et scientifiques dans les secteurs clés de notre économie. Ensemble et solidaires, elles remuent maintenant ciel et terre pour trouver des solutions nouvelles face aux besoins liés à la pandémie, par l’entremise de nombreux appels à idées lancés à leurs communautés.

La réponse à ces appels fut historique. Plusieurs centaines d’entreprises, d’institutions et d’autres acteurs des quatre coins de la province ont répondu présents et ont déposé des propositions de solutions plus innovantes les unes que les autres : médicaments, traitements, technologies médicales, technologies numériques, applications de l’intelligence artificielle et de la génomique, revêtements antimicrobiens et bien plus encore. Cette initiative de mobilisation a trouvé preneur auprès du Fonds de recherche Santé, du ministère de l’Économie et de l’Innovation et du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que de son Bureau de l’innovation. Certaines de ces solutions seront rapidement mises en place alors que d’autres pourront être revues dans une perspective à moyen et à long terme.

Ce foisonnement d’idées et cette participation font chaud au cœur. Ils témoignent de la vigueur de notre écosystème, qui non seulement ne baisse pas les bras, mais également se lève et se roule les manches pour l’avenir du Québec. Surtout, cet élan propulsé par la créativité et une grande diversité d’expertises démontre que le Québec est une terre d’innovation responsable, bienveillante et engagée. Le monde de l’innovation québécois comprend qu’au-delà de la bataille contre ce virus, ce sont de nombreux aspects de l’avenir de notre société qui sont en jeu. Des barrières sont tombées. Une agilité nouvelle se révèle, et ne demande qu’à se renforcer.

Nous pouvons être fiers de voir tant d’innovateurs et de chercheurs d’ici prêts à monter au front pour que le Québec ressorte encore plus fort de ces moments difficiles.

Les Québécois peuvent compter sur une force incroyable constituée d’entreprises innovantes, d’institutions et de centres de recherche ou de transfert technologique compétents qui veulent collaborer et construire l’avenir.

Innovation et collaboration sont des « mots qui vont si bien ensemble », comme le chanteraient les Beatles. Alors que ce temps suspendu nous donne une occasion unique de réfléchir au legs que nous voulons laisser à nos enfants, cet esprit de collaboration est plus qu’un terreau fertile ; il est source de grands espoirs pour ce que pourrait être « notre Québec de demain ».

* Cosignataires : Carl-Éric Aubin, directeur exécutif et scientifique de l’Institut TransMedTech ; Daniel Coderre, président-directeur général de Génome Québec ; Diane Côté, présidente-directrice générale de MEDTEQ ; Diane Gosselin, présidente-directrice générale de Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM) ; Marie-Pierre Ippersiel, présidente-directrice générale de PRIMA Québec ; Paul L’Archevêque, dirigeant de l’innovation au ministère de la Santé et des Services sociaux ; Gilles Savard, directeur général d’IVADO ; Luc Sirois, directeur général de PROMPT ; Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec