Depuis son arrivée au pouvoir en octobre 2018, la CAQ s’est caractérisée par une série de mesures qui ont comme dénominateur commun le rejet des immigrants.

Marc Simard Marc Simard
Historien, Québec

Elle a commencé ce mandat en réduisant les seuils d’accueil d’immigrants de 20 % pour l’année 2019 (de 50 000 à 40 000) sans que cette mesure repose sur quelque analyse des besoins de la société québécoise (où le manque de main-d’œuvre est criant) et derrière le slogan fallacieux « en prendre moins, mais en prendre soin ».

En fait, ce quota artificiel visait essentiellement à satisfaire la base chauvine du parti pour laquelle « y’en a trop, des immigrants ».

La CAQ a enchaîné avec la loi sur l’accoutrement de certains employés de l’État, erronément qualifiée de Loi sur la laïcité de l’État, qui ferme certains emplois aux gens qui portent certains signes ou vêtements religieux. Portée aux nues par les nationalistes identitaires, cette loi non seulement ne vise pas tous les signes religieux (les discrets comme le crucifix entre les seins ou la barbe de moudjahidine y échappent), mais elle est discriminatoire à sa face même (c’est pourquoi le gouvernement a été forcé de lui accoler la disposition de dérogation). Les habitants des régions, qui ne voient pratiquement jamais de voiles musulmans ou de turbans sikhs (et encore moins de kippas juives), sont ravis : « Sont chez nous, qu’y fassent comme nous-autes. »

La CAQ a tissé (décidément ça doit être payant électoralement de taper sur les immigrants) en imposant son ridicule test des valeurs québécoises (mais qui donc les a définies, ces sublimes valeurs ?), qui n’aura par bonheur d’autre effet que symbolique, et en forçant tout candidat immigrant à passer en amont un test visant à démontrer qu’il maîtrise le français. Outre le fait que son quotient positif potentiel reste difficile à mesurer (encore une fois, on n’a pas vu les études !), on peut présumer que ses effets pervers donneront des maux de tête aux fonctionnaires qui les géreront. Mais la CAQ aura encore une fois consolidé sa base francophone qui sera ravie d’affirmer qu’enfin, « not’ gouvernement défend not’ langue ».

En rajouter

Le gouvernement Legault en a aussi rajouté en tentant de démanteler le Programme de l’expérience québécoise (PEQ), qui avait pour objectif d’attirer au Québec des étudiants et des travailleurs temporaires en leur faisant valoir qu’il leur serait possible de faire les démarches pour obtenir la résidence permanente.

Ce programme, perçu comme une grande réussite en immigration, aurait été aboli de façon rétroactive, sacrifiant ainsi des milliers d’immigrants potentiels qui étudiaient et travaillaient déjà ici.

Heureusement, le ministre a reculé devant la grogne : on espère que la prochaine mouture de son projet de loi ne brisera pas de vies comme celui qu’il vient de jeter aux orties, mais on en doute.

Enfin, le gouvernement a aussi hautement complexifié les démarches pour les gens et organismes qui désirent parrainer des réfugiés, lesquels se trouvent en ce moment devant un portail à peine entrouvert (750 dossiers seulement acceptés) et avec des règles bureaucratiques (« premier arrivé, premier servi ») qui confinent à la stupidité et écœurent les bons Samaritains.

Derrière toutes les manœuvres anti-immigration du gouvernement Legault se trouve un individu, Simon Jolin-Barrette, chef de file des banlieusards et des provinciaux qui n’aiment pas les étrangers, et qui engrange les appuis de ce vieux fond bleu et xénophobe qui refuse de mourir.

L’histoire n’aura pas de mots assez durs pour qualifier les politiques anti-immigration de ce gouvernement qui ne cherche pas ses justifications dans l’humanisme et la vertu (ni même dans la logique), mais dans le fait que la majorité de la population les appuie (dixit M. Legault), et qui s’en prend systématiquement aux plus faibles de notre société, les immigrants. Je me voile le visage, de honte !