Je suis députée à Longueuil. Ma circonscription est l’une des plus défavorisées du point de vue socio-économique au Québec. Je connais la réalité du terrain. Je sais à quel point certaines problématiques sociales sont importantes dans nos quartiers et méritent une attention particulière. 

Catherine Fournier Catherine Fournier
Députée indépendante de la circonscription de Marie-Victorin

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) est pleinement conscient de l’état des lieux : plus de 70 % des appels au 911 chez nous ne sont pas de nature criminelle, mais plutôt de nature sociale. Humaine. Dans ce contexte, le SPAL a récemment décidé de développer une vision lui permettant d’intervenir en amont, pour endiguer certaines situations avant même qu’elles ne surviennent. Il a choisi d’innover, de réfléchir en dehors du cadre de la police traditionnelle. 

En menant une démarche de consultation populaire chapeautée par l’Institut du Nouveau Monde (INM) et en s’appuyant sur les données de chercheurs à ce sujet, il a fait le pari qu’en rapprochant les policiers des citoyens et en gagnant la confiance de ces derniers au fil du temps, la prévention allait faire son œuvre et diminuer graduellement les tensions au sein de notre communauté, ainsi que les interventions policières en découlant. C’est dans ce cadre-là qu’a été instauré le programme Immersion, couvert par La Presse dans la dernière semaine.

Après avoir côtoyé de près différentes réalités comme celles de la déficience intellectuelle, de l’autisme, de la délinquance juvénile, des LGBTQ+ et de la diversité culturelle – dont, certes, une visite dans une mosquée (ne représentant qu’une proportion de 1 % du stage selon ses instigateurs, soit dit en passant) –, le chef du SPAL, Fady Dagher, prévoit éventuellement élargir le programme à l’industrie du sexe. C’est en effet ce dont il nous a fait part en commission parlementaire lundi dernier, ce à quoi tous les députés présents ont acquiescé.

Est-ce que cela signifie pour autant que les policiers participants devront accepter la marchandisation du corps des femmes, accepter le comportement de clients-abuseurs ? La réponse est d’une évidence manifeste pour toute personne de bonne foi.

Pourtant, parce qu’il se trouve que le SPAL a rencontré un imam hautement controversé dans le cadre de sa visite à la mosquée, certaines voix fortes avancent qu’on a dès lors encouragé les policiers à « s’ouvrir » aux propos misogynes et homophobes dudit imam. C’est grotesque.

Crucifixion publique

Pire, on crucifie les défenseurs du programme sur la place publique. J’ai moi-même dû goûter à ces foudres, alors que j’ai été prise à partie par le chroniqueur Richard Martineau à la suite d’un simple relais de l’éditorial* de François Cardinal à ce sujet sur Twitter. Tout cela parce que j’ai osé défendre un projet par ailleurs beaucoup plus large que ce que M. Martineau insinue, car je sais en connaissance de cause que ce sera bénéfique pour mon monde. Comme je crois à la vertu du dialogue, j’ai malgré tout tendu la main à M. Martineau pour en discuter avec lui, face à face. Il m’a offert une autre réplique sur sa page Facebook, mais mon invitation, elle, demeure toujours sans réponse.

En définitive, rappelons que la police ne choisit pas avec qui elle travaille. Elle doit composer avec tout le monde et desservir la population dans son ensemble, c’est tout.

Le mandat du SPAL n’est pas de juger si une croyance est radicale ou pas, si une croyance est acceptable ou pas. Son mandat est plutôt d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes de développement de croyances radicales qui peuvent mener à la violence, pour mieux les circonscrire. Cela s’applique de façon générale dans tous les milieux. Pour intervenir efficacement et – encore mieux ! – prévenir le pire, les policiers doivent être outillés. Pas endoctrinés : informés. Ils doivent connaître ce qui se passe dans les milieux avec lesquels ils composent, comprendre de quelle façon les réalités diverses sont vécues. Savoir n’est pas consentir.

On peut légitimement dénoncer le fait d’avoir donné une voix médiatique à une personne qui ne devrait pas en avoir. Lors de la visite du SPAL à la mosquée, il aurait en effet été nettement plus avisé de choisir un intervenant modéré, qui aurait par ailleurs représenté beaucoup plus fidèlement la communauté musulmane de Longueuil.

En mettant autant d’emphase sur un élément problématique, cependant, on en oublie tout le reste. On s’acharne à un point tel qu’on cherche pratiquement à jeter le bébé avec l’eau du bain. Au diable les conséquences.