Dan Bigras
Dan Bigras Auteur, compositeur et interprète

Le « mal » s’en va. Il a assez menti, il a assez écrasé, détruit les gens. Un bon revient. Un gars décent, un vrai « bon ».

Nous avons tous nos histoires personnelles. Elles se croisent beaucoup plus qu’on ne le croit. Le père du Donald était un fou furieux qui a élevé ses enfants de façon inhumaine. Il les a élevés comme des chiens de combat. Ne perds jamais, n’avoue jamais que tu as tort, n’admets jamais rien. Sinon, tu n’es pas un fort, tu es un faible, une merde. Il faut gagner et s’il faut détruire le monde entier, tu le feras. Le frère aîné de Donald était trop sensible, son père l’a vomi jusqu’à le tuer. Donald a donc voulu être le « fort » que son père voulait et qu’il croyait lui-même être. Une famille de fous, de malades graves. O. K. pour notre « mauvais ».

Notre « bon », ça va, il fait sa job de « bon » comme dans les films. Les bons servent de caution à nos mauvais côtés. Ça nous prend des super-héros et des super-méchants. Ça nous permet de dire : ce n’est pas nous, ce n’est pas moi. C’est une très dangereuse illusion, nous sommes les deux, les bons et les mauvais.

On oublie qu’on n’est pas si « civilisés » que ça. Nos technologies ont énormément évolué. Mais nous, sommes-nous sortis de la jungle ? Dans la jungle, c’est au plus fort la poche. Les forts dominent et les faibles crèvent.

Mais nous, on a évolué, vraiment ? À ce point-là ? Eh ben, pas vraiment. On a juste beaucoup plus d’outils pour jouer stupidement au roi de la montagne.

On ne peut pas mentionner : la répartition inégale de la richesse comme d’un des petits problèmes que la « gauche-radicale-bolchévique-avec-l’argent-de-vos-taxes-mesdames-et-messieurs » veut nous empêcher de prospérer avec ces niaiseries pareilles. En fait, c’est clairement la base de notre « civilisation ». Une minorité d’élite garde tout et abandonne de plus en plus une majorité à son triste sort.

C’est un système vieux comme le monde, et nous en sommes tous responsables. Les « bons » et les « méchants » sont en nous. Alors maintenant. Que penser des gens qui ont vu Trump comme un sauveur, un « fort » amanché pour veiller tard ? Oui, oui, quelques rednecks racistes et ignorants, mais sérieusement, plus de 70 millions de personnes, tous des épais ? Ben non. Plein de gens exploités, exclus du système. Qui n’en pouvaient plus de se faire dominer.

Pour moi, clairement, les démocrates ont privilégié une classe d’élites (les banques, les industriels, etc.) pendant tellement longtemps qu’ils ont exaspéré les moins « forts ».

On dit que les républicains ont créé leur propre Bonhomme Sept Heures. Je dis que les démocrates (pas tous) ont créé Trump.

Tout ça pour vous dire que c’est très loin d’être fini. Tant que nous fabriquerons de la misère, d’autres Trump se pointeront. Mais bon, c’est une belle journée aujourd’hui, alors célébrons nos « bons ».

Qu'en pensez-vous? Exprimez votre opinion