Je terminais mon secondaire 5 à l’école Père-Marquette au moment de l’éclosion de la COVID-19. Contrairement à ce qu’on a pu lire dans les médias sur l’impact de la pandémie sur les jeunes, pour moi, et je pense que je ne suis pas la seule, ce n’est pas tant d’avoir manqué mon bal et mon après-bal qui m’a le plus ébranlée, du moins pas autant que de ne pas avoir ces derniers moments du secondaire. Les derniers jours, un peu émouvants, les adieux, autant à nos amis qui nous ont suivis pendant cinq ans qu’à nos professeurs et directeurs qui nous ont tous marqués.

Juliette Gareau Guérin Juliette Gareau Guérin
Future élève au cégep du Vieux-Montréal

Nous n’avons pas eu le temps de nous préparer mentalement, de nous dire que c’était fini, de regarder notre école, les larmes aux yeux, en serrant nos amis dans nos bras la dernière journée de notre secondaire 5. Nous n’avons pas vécu ces derniers moments qui sont un passage marquant dans une vie, la fin d’une époque. Mais on ne peut en vouloir à personne et on a tellement hâte d’arriver au cégep qu’on se dit que ça va aller, que ce n’est pas la fin du monde et qu’une nouvelle étape de notre vie nous attend.

Un peu plus tard, au courant du mois de mai, nous avons appris que les cégeps se préparaient pour une rentrée en mode hybride, donc avec la plupart de nos cours en ligne, mais quelques activités en présentiel. Vous comprendrez qu’étant donné la fin brusque de notre secondaire, nous nous consolions en nous préparant à ce nouveau passage de nos vies qui aura finalement plus ou moins lieu.

Donc deux des moments les plus marquants dans une vie, la fin du secondaire et la rentrée au cégep, nous sont enlevés.

Comme je l’ai dit dit plus haut, on ne peut en vouloir à personne pour la façon dont notre secondaire s’est terminé puisqu’il n’y avait aucune autre option. Mais pour ce qui est de la rentrée au cégep, il y avait clairement d’autres façons de faire pour tenir un peu plus compte de nous qui venions de vivre une fin de secondaire assez décevante. Je ne dis pas que j’aurais voulu que tous les cours de ceux et celles qui en seront à leur première session se donnent en présentiel et que tous les autres aient seulement des cours en ligne. Seulement, que notre fin de secondaire gâchée soit prise en compte, sans compter le fait que pour beaucoup de gens, la rentrée au cégep est quelque chose de très attendu et de stressant.

Donc, je pense que les décisions prises en ce qui concerne la rentrée des cégeps ne devraient pas être uniformes pour l’ensemble des élèves, mais tenir compte de l’ensemble de ces facteurs. Ayant été confinés depuis mars dernier, ça ne va clairement pas être facile pour tous de retrouver une motivation à travers son ordinateur, et encore moins pour ceux et celles qui n’ont pas encore vécu le cégep normalement.