Chère vice-reine canadienne, permettez à un bien humble sujet de votre immense et noble pays de vous adresser une requête que vous jugerez peut-être impertinente, mais qu’un certain nombre d’habitants de votre royaume souhaiteraient peut-être secrètement vous présenter.

LOUIS-PAUL LAZURE LOUIS-PAUL LAZURE
Retraité

De grâce, gouverneure, devant les petites bulles scandaleuses qui éclatent l’une après l’autre autour de vous, défendez-vous de façon vigoureuse et crédible plutôt que de laisser à votre bureau le soin de nous affirmer par voie de communiqué que vous êtes tout simplement parfaite.

Dites-nous en vos propres mots et en nous regardant bien droit dans les yeux que vous n’êtes pas coupable de tous les méfaits dont on vous accuse. Et si, par quelque malheureux hasard, vous aviez effectivement quelques petites choses à vous reprocher, daignez tout bonnement l’admettre et promettez de faire amende honorable.

On nous a fait croire au fil des ans que vous aviez tous les dons et toutes les qualités. Mais se pourrait-il, majesté, que vous ayez vous aussi quelques menus défauts ?

Comme celui, en tant qu’astronaute, de considérer les choses plutôt de haut ? Ou encore la propension à exiger de votre entourage le niveau de précision essentiel à l’accomplissement de toute mission spatiale ?

Le peuple canadien consacre plus de 35 millions par année au maintien du symbole que vous représentez. Faute de l’honorer, peut-être finira-t-il par considérer que c’est trop cher payé !