L’école est finie ! Quel soulagement de pouvoir enfin mettre un point final à cette année scolaire en dents de scie. Alors que mes enfants font la grasse matinée en ce début d’été et qu’un sentiment de quiétude s’installe dans la maisonnée, aujourd’hui libre de salles de classe virtuelles, une certaine nostalgie inattendue se profile.

Susan Mintzberg Susan Mintzberg
Doctorante en travail social à l’Université McGill et fière maman de trois enfants qui ont su naviguer dans cette année scolaire *

Le chaos et l’incertitude d’une éducation en ligne sont révolus, mais les voix enjouées des enseignants s’élevant dans nos salons et nos cuisines, les visages des élèves à travers nos écrans d’ordinateur et le plaisir d’être témoin de l’apprentissage de nos enfants se sont également envolés. Nous avons tous fait partie intégrante du système d’éducation et ensemble nous avons réussi ce qui pouvait sembler inimaginable il y a quelques mois à peine. Les parents et les élèves s’exposent à une salve d’applaudissements pour avoir franchi la ligne d’arrivée, mais ce sont les enseignants et le personnel des écoles qui méritent leurs lettres de noblesse pour avoir su maintenir le cap en eaux inconnues.

Alors que nous entamons la prochaine phase de cette pandémie et que nous commençons à nous adapter à une routine estivale inhabituelle, mettons à profit les leçons retenues jusqu’à maintenant. 1- L’être humain fait preuve d’une résilience et d’une adaptabilité incroyables. 2- Le changement peut survenir beaucoup plus rapidement que nous le croyons. 3- Les gens sur le terrain connaissent bien la situation. 4- Les gens au sommet doivent apprendre à mieux écouter.

Au cours des derniers mois, il est devenu évident que notre province se doit d’apporter quelques améliorations importantes. Les soins offerts aux personnes âgées sont une préoccupation évidente, mais ce n’est que la pointe de l’iceberg, mettant en lumière un système qui ne réussit pas à soutenir adéquatement certains aspects essentiels de notre société. Cela comprend l’enseignement public, qui se débat depuis trop longtemps et fonctionne avec des ressources inadéquates, alors qu’on s’attend à ce que les écoles, les enseignants et les familles comblent docilement les lacunes. Pour aller de l’avant, assurons-nous que notre gouvernement porte attention et déploie les efforts nécessaires pour améliorer sa note.

Dans l’intervalle, célébrons les réalisations de ceux qui ont travaillé avec tant de zèle pour accompagner nos enfants pour leur parcours scolaire de ces quelques mois imprévisibles.

Tandis que les directives du ministère de l’Éducation étaient en constante évolution, les écoles s’ajustaient et s’adaptaient aux recommandations changeantes qui déferlaient sur elles, parfois quotidiennement.

Tout en prenant soin de leurs propres enfants et familles, les enseignants se sont métamorphosés, transformant leurs précieuses salles de classe en univers virtuels où les élèves pouvaient se réunir en toute sécurité et poursuivre leur apprentissage.

Tandis que la COVID-19 ravageait notre existence et mettait le système d’éducation sens dessus dessous sans crier gare, le corps enseignant a mis l’épaule à la roue jusqu’à ce que nous nous réjouissions finalement d’avoir terminé cette année scolaire inédite. Et encore, comme si cet exploit extraordinaire n’était pas suffisant, bon nombre de ces héros sont allés plus loin, imaginant des solutions créatives pour s’assurer que les élèves de dernière année puissent célébrer cette étape marquante.

Dans une école primaire de Montréal, j’ai eu le plaisir de photographier une telle cérémonie respectueuse de la distanciation physique. Il faisait 40 °C sous un soleil de plomb, mais pendant deux heures les enseignants et le personnel scolaire, installés à 2 mètres les uns des autres dans la cour d’école, applaudissaient et dansaient tandis que les finissants s'avançaient un à un à l’entrée de la cour et déambulaient sur le tapis rouge avec toge et mortier pour recevoir leur diplôme des mains des enseignants les plus fiers qu’il eût été donné de voir.

Au beau milieu de la crise pandémique, le corps enseignant a redoublé d’efforts encore une fois pour offrir aux élèves une dose régulière d’enseignement et d’humanité à un moment où tout le monde avait besoin de familiarité. Alors que l’été s’installe, que nous anticipons les variables inconnues de la rentrée des classes, rendons hommage aux vaillants efforts déployés par les enseignants en faisant notre part et en insistant pour des investissements accrus dans l’enseignement public.

* La recherche de l’auteure porte sur le rôle des proches aidants en santé mentale.