Imaginer un monde plus juste et plus vert tout en étant prospère peut paraître bien lointain, voire hypothétique. Au mieux, on pense que le changement se fera une petite victoire à la fois et que ce sont nos enfants ou nos petits-enfants qui pourront témoigner de cette nouvelle réalité. Et si la COVID-19 était un accélérateur ? Et s’il était possible d’établir les bases d’un nouveau monde dès le lendemain de la pandémie ?

Gaétan Morin Gaétan Morin
Président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ

La crise que nous traversons amène son lot de drames, de bouleversements et de défis, tant sur le plan économique qu’humain. Nous avons tous vu au cours des dernières semaines ces centaines de milliers de travailleurs mis à pied et ces nombreuses entreprises se placer sous la protection de leurs créanciers.

L’idéal d’un monde meilleur paraît pourtant plus important et pertinent que jamais. Malgré ce côté sombre associé à ce qu’on appelle désormais la « nouvelle normalité », nombreux sont ceux et celles qui préparent notre avenir économique. Un avenir à l’image de nos valeurs et de nos ambitions.

La relance est donc une occasion que nous devons saisir sans hésitation, pour bâtir une économie plus humaine qui soutient le long terme et les générations à venir. Profitons-en pour lancer des projets structurants et créateurs d’emplois, qui ont des impacts souhaitables pour l’avenir du Québec.

Bien avant la pandémie, entrepreneurs et dirigeants de plusieurs de nos fleurons économiques étaient déjà au travail, propulsés par une volonté de donner un sens collectif à leurs actions. De contribuer positivement à un monde qui repousse les limites de la maladie et de l’espérance de vie, où le mieux-être de la population est au cœur de la raison d’être des entreprises et où développement économique et préservation de notre planète ne s’opposent plus.

Que ce soit via la production et l’alimentation locale de l’agriculture durable avec, par exemple, les Fermes Lufa qui ont inauguré récemment la construction de la plus grande serre sur toit au monde.

Que ce soit à travers le mobilier ergonomique de Bestar pour la nouvelle réalité du travail à domicile. Ou encore par la biopharmaceutique IMV présentement dans la course au vaccin contre la COVID-19 et qui met au point de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives, comme la maladie d’Alzheimer. Le bilan de nos investissements 2019-2020 démontre ce mouvement vers une économie plus dynamique, plus humaine, plus verte.

Mais avouons-le, la crise que nous vivons propulse désormais ce changement à une vitesse inimaginable. L’avenir devient en quelque sorte le présent.

Nous-mêmes avons effectué des investissements pour soutenir les transformations rapides de nos entreprises partenaires. Par exemple, nous avons annoncé la création d’un nouveau fonds en partenariat avec la société Xebec qui permettra de traiter les déchets organiques pour en faire du gaz naturel renouvelable. La création d’un fonds de ce type dans ce secteur énergétique constitue une première au Québec.

Aussi, devant les conséquences de la pandémie de la COVID‑19 sur la chaîne d’approvisionnement des produits de consommation, nous avons investi dans InvestEco, qui appuie des entrepreneurs innovants faisant la promotion de réseaux alimentaires plus sains dans un environnement plus durable.

Ces exemples non exhaustifs démontrent la réelle trajectoire durable et juste que vit notre société. Le Fonds entend bien contribuer, aux côtés des entrepreneurs et des travailleurs d’ici, à la mise en place de cette nouvelle économie prospère, respectueuse de l’environnement et qui place l’humain au cœur de la croissance. C’est l’essence du Fonds.

C’est le moment opportun de le faire. Le Fonds de solidarité FTQ répond « présent » à cet appel. Et qui sait… notre génération aura peut-être elle aussi la chance de vivre dans un monde juste, vert, solidaire et créateur de richesses à partager.