L’année 2019 tire à sa fin. C’est le moment idéal pour porter un regard sur le passé. Je ne parle pas que du passé récent, cependant. Je propose plutôt de porter un regard global sur plusieurs décennies.

Vincent Geloso Vincent Geloso
Collaboration spéciale

Pourquoi donc ? Parce qu’il existe un vent de pessimisme et de désinformation quant à l’état de l’humanité. D’une manchette à l’autre, on croirait que l’humanité stagne et qu’on se dirige vers un avenir décourageant. Pourtant, tout indique le contraire : nous vivons des vies plus longues et en meilleure santé sur une planète de plus en plus propre alors que nous devenons de plus en plus riches.

L’environnement

Une série d’études publiées dans des revues scientifiques de renom telles que Nature confirment que le couvert forestier global est en hausse depuis plus de deux décennies. Dans certaines régions, le couvert est en baisse, mais les gains globaux surpassent ces pertes.

Une batterie d’études et de bases de données confirment que la pollution atmosphérique (et les morts qu’elle cause) est à la baisse. Les émissions de substances qui nuisent à la couche d’ozone ont baissé d’environ 75 % depuis la fin des années 80. De nombreuses populations de poissons autrefois en danger renaissent aujourd’hui grâce aux avancées fulgurantes dans le domaine de l’aquaculture, réduisant la nécessité de la pêche en haute mer.

Le seul domaine environnemental dans lequel il y a danger concerne le réchauffement climatique. Il y a certes une augmentation globale du niveau de gaz à effet de serre qui pourrait nous toucher négativement dans l’avenir.

Cependant, il convient de souligner que la vulnérabilité de l’espèce humaine aux changements du climat atteint des creux inégalés.

Au cours du dernier siècle, le nombre absolu de pertes de vie causées par les événements climatiques extrêmes a baissé de près de 85 %. Cette baisse du nombre absolu est encore plus remarquable lorsque l’on sait que la population mondiale a pratiquement quadruplé au cours de la même période.

L’alimentation

Sur le plan alimentaire, l’être humain n’a jamais eu la vie aussi bonne qu’aujourd’hui, si bien que l’on a pratiquement éradiqué la famine, l’un des quatre cavaliers de l’Apocalypse selon la Bible, en dehors des zones de conflit. Il y a un siècle, il y avait 82,1 morts pour 100 000 personnes en raison des famines. Aujourd’hui, cette statistique se situe à 0,5 mort pour 100 000 personnes : une baisse de 99,4 %.

Tout cela alors que la superficie agricole est restée stable en dépit de l’augmentation de la population, ce qui montre des gains phénoménaux en termes de productivité agricole.

La malnutrition est en baisse constante depuis les années 60.

Cela s’observe notamment dans des réductions importantes des taux d’anémie chez les enfants.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

« Il existe un vent de pessimisme et de désinformation quant à l’état de l’humanité », déplore notre collaborateur.

Espérance de vie

On peut d’ailleurs observer ces améliorations en comparant notre taille avec celle de nos ancêtres. L’être humain aujourd’hui est 8,9 centimètres plus grand que ses ancêtres l’étaient en 1896. Si nous avons autant « grandi », c’est en grande partie grâce à une meilleure alimentation.

L’espérance de vie est un autre indicateur important qui augmente à une vitesse quasi constante depuis le début du XXe siècle.

En sus, aucun pays aujourd’hui ne rapporte une espérance de vie à la naissance inférieure aux niveaux estimés au tournant du XXe siècle.

Il convient d’ajouter que ces améliorations sont plus importantes chez les populations historiquement plus pauvres. Lorsqu’on regarde les statistiques des inégalités de revenu sur le plan mondial, on remarque une baisse qui s’amorce au cours des années 70 alors que la Chine commence à s’enrichir rapidement. Cette baisse s’accélère au cours des années 90 alors que l’Inde entame le même processus de développement économique que la Chine.

Indice de développement humain

Et ces statistiques sous-estiment à quel point les conditions s’égalisent à la hausse puisqu’elles ne considèrent que les revenus ! Les Nations unies produisent l’Indice de développement humain, une statistique du bien-être humain qui englobe non seulement le revenu par personne, mais aussi l’espérance de vie et les niveaux d’éducation des différents pays du monde. Lorsqu’on utilise cette mesure, on remarque que le monde devient de plus en plus égalitaire depuis 1938.

Ces tendances sont reconnues parmi les experts qui étudient ces questions. Frustrés par le fait que ces tendances ne sont pas connues du grand public, ils ont développé des bases de données interactives gratuites accessibles au public afin de faire découvrir à tous les raisons d’être optimiste.

Ainsi, alors que nous nous préparons à amorcer l’année 2020, il convient de rejeter le pessimisme de nos prophètes de l’Apocalypse. Le monde n’est certes pas parfait, mais il est mieux qu’il l’était hier et avant-hier, et moins bien qu’il le sera demain et après-demain.

> CONSULTEZ le site Our World in Data (en anglais)

> CONSULTEZ le site Human Progress (en anglais)