Chaque année, c’est la même histoire ; j’ai du mal à me faire à l’idée que la belle saison cède sa place à l’automne. Voyons, ce n’est pas possible, pas déjà ! Adieu lumière, chaleur, fleurs, insouciance et petits verres de rosé…

Julie du Page Julie du Page
Actrice, chroniqueuse, animatrice et blogueuse

Peut-on recommencer l’été, svp, je n’étais pas prête ?

Les mois de septembre et octobre sont souvent magnifiques, mais comment les apprécier à leur juste valeur alors que je sais ce qui me pend au bout du nez ? Vous l’aurez compris, l’hiver est pour moi un passage obligé difficile ! Ma bonne volonté et mon enthousiasme pour la neige et la saison froide sont vains ! Imaginez mon choc et mon humeur cette semaine ! Une tempête de neige un 11 novembre, vraiment ? Rassurez-vous, ne serait-ce que pour mes enfants, je finis toujours par me calmer le pompon et l’accepter !

Cependant, je me rends compte que l’automne est une période transitoire et nécessaire à mon équilibre.

Petit à petit, je ralentis le rythme énergique de l’été afin de me recentrer. Je peux enfin me poser et prendre le temps.

C’est d’ailleurs dans ces moments que je suis la plus créative. Je peux également m’enorgueillir d’être une « pas pire » cuisinière (rappelez-moi de vous parler de mon pot-au-feu un de ces jours). Je rattrape en rafale de nombreuses téléséries et dévore des quantités de bouquins. L’automne est aussi synonyme de maison bien organisée ; j’aime ranger, classer, faire de la place et donner au suivant. Madame Blancheville n’est jamais bien loin !

Récemment, alors qu’il pleuvait des cordes et que la météo prévoyait des flocons, j’ai décidé de sortir du placard les bonnets, mitaines, foulards, manteaux chauds de la famille. C’est là que j’ai redécouvert un carton que j’avais à l’époque précieusement remisé : une « boîte à trésors »…

En effet, il y a quelques années, mes enfants avaient gentiment proposé de ranger le sous-sol et de trier leurs affaires. Ce n’était pourtant ni la fête des Mères, encore moins mon anniversaire ! De telles impulsions gratuites sont rares, et quand ça passe, je ne dis pas non !

Le lendemain de cet élan de générosité, alors qu’ils étaient retournés à l’école, je n’ai pu m’empêcher de fouiller les sacs des choses dites « à jeter ou à donner ». J’ai bien fait.

Dans ce désir de faire plaisir à maman et de désencombrer, mes p’tits loups avaient oublié une chose essentielle ; il y avait des trucs, jouets, dessins, bricolages, poèmes, objets, photos que je désirais conserver. C’est donc à ce moment-là qu’à leur insu, j’ai eu l’idée de remplir une grande boîte à trésors pleine de souvenirs…

Il faut dire que je suis une nostalgique. Je garde encore précieusement un petit coffre de jeux et poupées de mon enfance.

Qu’est-ce que j’en fais ? Pas grand-chose, mais quand l’envie me prend de l’ouvrir, je suis transportée au cœur de mes souvenirs de jeunesse. C’est réconfortant et ça m’amuse !

Quand mes enfants seront des adultes pris dans le tourbillon de la vie et des responsabilités, peut-être auront-ils eux aussi envie de faire une pause et de regarder les petits trésors de leur boîte.

Par une journée d’automne/hiver, pourquoi ne pas suspendre le temps afin d’y retrouver son cœur d’enfant ?