Après la suspension temporaire du Programme de l’expérience québécoise (PEQ) pour les étudiants étrangers en juillet 2019, le couperet est tombé le 1er novembre. Le ministère de la Francisation, de l’Immigration et de l’Intégration (MIFI) a annoncé les changements apportés à ce programme et ces modifications sont lourdes de conséquences négatives pour des milliers de personnes partout au Québec.

Philippe Clément, Philippe LeBel et Daye Diallo
Respectivement président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, président de l’Union étudiante du Québec et président de Force Jeunesse

Rappelons que le PEQ est un programme qui permet aux diplômés étrangers d’un établissement québécois d’enseignement d’entamer leur processus d’immigration permanente au Québec en ayant la priorité dans la sélection des membres de la communauté immigrante qui s’installent définitivement au Québec.

Nous l’avons écrit ici il y a quelques mois déjà, il n’y a pas de meilleures candidatures à l’immigration que les personnes qui ont été formées dans nos universités et collèges, qui vivent en terre québécoise depuis de nombreuses années et qui ont déjà un réseau professionnel et social. De plus, la population étudiante internationale qui souhaitait accéder au PEQ était tenue de parler la langue française pour avoir accès au programme. Cela avait donc pour effet d’augmenter le bassin d’immigration francophone accueilli au Québec.

Le PEQ constitue une porte d’entrée, mais également un outil d’intégration de la population immigrante à la société québécoise, et ce, dans toutes les régions.

Les changements apportés sans préavis au programme auront un impact considérable sur les inscriptions à venir dans le réseau collégial et dans les universités du Québec. Le réseau de l’enseignement supérieur compte sur la population étudiante internationale afin de garder ses campus vivants.

À titre d’exemple, le cégep de Rivière-du-Loup accueille 140 étudiants internationaux, sur son effectif de 1070 personnes. Or, les programmes de ce cégep qui admettent une grande partie de la population étudiante internationale sont les techniques de soins infirmiers, de design intérieur et de graphisme ; ces deux derniers ne se retrouvent pas sur la liste du MIFI. La vitalité de ce campus est dès lors compromise. Ce sera le cas de la plupart des plus petits cégeps partout en région.

La nouvelle mouture du PEQ exclura également les diplômés doctorants étrangers tels que ceux amenés à travailler dans les laboratoires d’intelligence artificielle : une aberration !

Sur la dimension économique, de nombreuses études démontrent que le niveau de richesse d’une région est fortement lié à l’éducation et au nombre de diplômés universitaires qui y vivent. M. Jolin-Barrette a pris la décision de priver le Québec de milliers de jeunes personnes diplômées, issues de l’immigration, qui auraient pu, dans leur domaine, participer à l’accroissement de notre richesse collective et contribuer à la création d’un fort tissu social.

La dimension oubliée par le ministre est certainement la dimension humaine : des milliers de personnes arrivant de l’international se trouvent actuellement dans des programmes nouvellement exclus du PEQ. Venues au Québec dans l’espoir d’y obtenir un diplôme et de s’y installer, la promesse qui leur a été faite vient de s’envoler sans préavis ; la population étudiante internationale est délaissée par le MIFI et se retrouve en situation de détresse.

Pour un moratoire

La Fédération étudiante collégiale du Québec, l’Union étudiante du Québec et Force Jeunesse demandent un moratoire immédiat sur ces nouvelles mesures au PEQ, suivi d’un retour aux anciens critères de sélection. Il est également primordial qu’à tout le moins, une clause de droits acquis s’applique pour rassurer les diplômés récents et les personnes qui cheminent actuellement dans des programmes d’études exclus du PEQ. Des personnes qui pourraient se voir ralenties dans leurs démarches migratoires, voire renvoyées chez elles.

Aujourd’hui, nous vivons au Québec une transition démographique, une embellie économique et un taux de chômage historiquement bas qui devraient nous conduire à faciliter et accélérer l’intégration permanente des jeunes travailleurs diplômés du Québec qui contribueront à notre vitalité économique, sociale et culturelle. Appliquer des programmes d’immigration et d’intégration humains et réfléchis nous apparaît nécessaire pour garantir la prospérité du Québec de demain.

>Relisez « Ramenons nos étudiants étrangers dans la voie rapide »