La planète connaîtra peut-être prochainement une pénurie de bananes. Au cours de l’été, des rapports ont montré qu’un champignon mortel qui infecte les bananiers et provoque la maladie de Panama, Fusarium TR4, a atteint l’Amérique pour la première fois et pourrait se propager, touchant les cultures de bananes vendues aux États-Unis et au Canada.

Sylvain Charlebois Sylvain Charlebois
Collaboration spéciale

Après avoir détecté cet agent pathogène au Moyen-Orient, en Asie et en Australie, de nombreux experts s’attendaient à ce que le champignon hautement contagieux atteigne les Amériques dans les cinq prochaines années.

Cependant, la Colombie a découvert son premier cas à la mi-août et certains suggèrent que l’Équateur en découvrira à son tour très prochainement. Même si ce champignon mortel ne représente aucune menace pour l’humain, il peut s’avérer dévastateur pour la culture et pour les milliers d’agriculteurs qui dépendent de la banane pour survivre.

Propagation rapide

Fusarium TR4 se répand généralement à une vitesse d’environ 100 km par an. Les bananiers étant asexués, la maladie se propage plus rapidement à cause de sa propre génétique. Elle se propage par les activités humaines, se transporte sur les vêtements et les chaussures des travailleurs et peut rester en dormance dans le sol pendant des décennies.

La plupart des bananes que nous consommons au Canada proviennent d’Amérique latine et d’Amérique du Sud.

Nos principaux fournisseurs sont le Guatemala, le Costa Rica, la Colombie et l’Équateur. Certains experts s’attendent à ce que la plupart de ces marchés soient contaminés par le champignon mortel au cours des prochaines années. Non seulement la banane constitue une source de nourriture importante pour les Latino-Américains, mais elle représente aussi une des exportations majeures de la région.

Au début du XXe siècle, on avait créé la variété Cavendish pour contrer la propagation d’une autre maladie de souche antérieure à la maladie de Panama, qui avait pratiquement éradiqué l’approvisionnement mondial en bananes Gros Michel. Chiquita et Dole, deux entreprises qui dominent le marché, ont remplacé leur production par cette variété résistante à la maladie de Panama.

Près de la moitié des bananes aujourd’hui sont de cette variété, réputée pour son adaptabilité à la production à grande échelle et sa durée de conservation prolongée pendant le transport. Mais à présent, les entreprises n’ont rien trouvé pour remplacer la Cavendish, ce qui expliquerait la raison pour laquelle le secteur se retrouve en mode panique.

Au Canada, nous aimons les bananes. Elles constituent un aliment de base important dans notre régime alimentaire.

Nous importons annuellement plus de 600 millions de dollars en bananes et le Canadien moyen en consomme plus de 15 kg par an, soit environ une centaine d’unités. Les bananes totalisent plus de 9 % de tous les fruits importés au Canada. De plus, elles s’adaptent bien à nos pratiques alimentaires modernes. Elles se transportent bien, peuvent être mangées n’importe où, ne requièrent pas de réfrigération, possèdent une pelure naturelle pour assurer leur salubrité, ne nécessitent aucun emballage en plastique et constituent un assez bon apport nutritif. Les bananes subsistent aux caprices de nombreuses préférences gustatives et peu de régimes alimentaires les excluent. De plus, elles ont toujours été abordables, du moins jusqu’à présent.

Bloomberg a dévoilé que le prix des bananes importées des États-Unis battait des records ces jours-ci en raison des maladies. Le prix a dépassé 1200 $ la tonne métrique pour la première fois cette année, et les marchés s’attendent à une nouvelle hausse des prix. Tôt ou tard, les prix que nous payons refléteront sûrement cette augmentation.

Mais nous ne prévoyons pas manquer de bananes de sitôt. Chiquita et Dole ont bien sûr beaucoup à perdre. Des plantations font déjà l’objet d’une mise en quarantaine et d’une protection par des mesures de biosécurité extrêmement restrictives. 

Les bananes continueront d’être vendues aux États-Unis et au Canada, mais vous pouvez vous attendre à ce que votre budget écope dans les mois à venir en raison de l’évolution de la maladie qui frappe la Cavendish.

Pour le fruit lui-même, les agriculteurs ont besoin de plus de cultivars. Pour sa survie, l’élevage de bananes deviendra un élément clé pour aller de l’avant. En fait, ces dernières années, les sélectionneurs ont même réussi à créer une pelure comestible, mais ce type de banane coûte 8 $ l’unité. Excellente solution à notre problème de gaspillage alimentaire, mais un tel prix en gêne plus d’un. Il reste toutefois beaucoup de travail à accomplir. 

Le Canada, superpuissance bananière ?

Et si vous pensez que le Canada devrait produire ses propres bananes, eh bien, il le fait déjà ! Canada Banana Farms, en Ontario, produit des bananes, mais à très petite échelle. Les Jardins publics d’Halifax auront également des bananes poussant à l’extérieur à partir de cette année. 

Certains rapports suggèrent que les agriculteurs de la Saskatchewan, de l’Alberta et du Québec mettent également en place leurs propres serres de fruits tropicaux. Des projets intéressants, mais les phytologues du Canada, dont beaucoup jouissent d’une renommée internationale, pourraient aider l’Amérique latine dans son programme de sélection.

Mais avant que le Canada ne devienne une superpuissance de la banane, nous continuons de compter sur les fruits importés. Espérons donc que nos amis du Sud pourront trouver un moyen de réduire les risques liés à Fusarium TR4, avec ou sans notre aide.