Si vous croyez que 1,75 milliard de dollars sauveront nos producteurs laitiers, détrompez-vous. Malgré ces compensations, nous risquons de perdre la moitié de nos fermes laitières d’ici 2030. 

Sylvain Charlebois Sylvain Charlebois
Collaboration spéciale

De manière officielle, les producteurs laitiers deviennent maintenant des fonctionnaires, travaillant pour l’État. En plus de payer pour des produits laitiers dont les prix peuvent être parfois exorbitants, chaque contribuable canadien versera 46 $ sur huit ans pour la fabrication de lait. Cela totalise 1,75 milliard de dollars, soit une moyenne de 28 000 $ par ferme laitière annuellement pendant huit ans. 

Cette somme sert à dédommager les producteurs à la suite de la signature de nouveaux traités avec l’Asie et l’Europe qui permettent l’entrée sur le marché canadien de plus de produits laitiers étrangers. Cet épisode ne marque que le début d’une saga, car les revendications du secteur de la volaille et des œufs, aussi assujettis à la gestion de l’offre, viendront plus tard.

La gestion de l’offre est notre système de quotas et de tarifs mis en place il y a plusieurs années. En principe, avec ce système, nous produisons le lait pour satisfaire la consommation nationale de lait et de produits laitiers. Avec les nouveaux traités ratifiés dernièrement, d’ici huit ans, nous devrions permettre l’entrée de produits laitiers étrangers équivalant à 7 ou 8 % de notre production de lait annuelle. La somme de 1,75 milliard ne relève donc pas du hasard. Selon certaines estimations, il y a pour environ 24 milliards de dollars de quotas laitiers au Canada. Grosso modo, ce 1,75 milliard équivaut à ces 7-8 % de la valeur des quotas.

Cependant, l’absurdité de ce programme réside dans le fait que les pertes anticipées demeurent purement hypothétiques.

Personne ne sait vraiment si la part de marché des producteurs d’ici diminuera. Nous dédommagerons donc les producteurs en supposant qu’ils perdront, mais rien n’est certain. Le seul élément connu reste le volume de produits exempts de tarifs qui pénétreront le marché d’ici huit ans. Cela ne veut pas nécessairement dire qu’il y aura plus de produits provenant de l’étranger.

En revanche, le nouveau Guide alimentaire canadien qui prescrit de l’eau au lieu du lait comme boisson primaire aura sûrement un impact à long terme sur la demande de lait. Mais encore là, rien n’est certain.

Absence de stratégie

Malgré les paiements, les quotas appartiennent toujours aux agriculteurs. Il n’y a donc aucune stratégie, aucune condition rattachée à ces paiements. Nous n’incitons aucunement les agriculteurs à atteindre des objectifs de compétitivité et de développement durable avec ces indemnisations.

Au grand plaisir des producteurs laitiers, ces derniers recevront de la part des contribuables de véritables chèques en blanc pour les huit prochaines années.

D’autres pays qui ont modifié ou aboli leur système de quotas avec l’ouverture de leur marché ont opté pour un programme de rachat de quotas afin d’encourager certains producteurs à délaisser l’industrie.

Comme dans tout secteur, on retrouve de très bons producteurs et d’autres moins désirables. Depuis quelques années, plusieurs fermes laitières au Québec et au Canada se prennent en main et réinvestissent dans leurs activités tandis que d’autres ne font pas grand-chose. Ce sont ces dernières qui doivent partir, et vite. Mais le courage politique, comme toujours, manque à l’appel. Et ne vous faites pas d’illusions, Trudeau, Scheer, Singh, May, peu importe, ils font tous la même chose. Ils ont peur de la vindicte populaire. Parlez-en à Maxime Bernier qui a perdu sa course à la direction du Parti conservateur en raison de sa position contre la gestion de l’offre !

Les producteurs laitiers représentent l’un des groupes de travail les plus riches et puissants au pays. Selon Statistique Canada, un producteur laitier gagne un salaire annuel de 160 000 $ et la valeur nette d’une ferme laitière au pays tourne autour de 5 millions de dollars. Nous en comptons plus de 10 600 sur notre territoire présentement. Bien sûr, les mieux nantis du système reçoivent les meilleures compensations. 

Pourtant, les artisans fromagers, les producteurs de fromage de lait de chèvre ainsi que les producteurs de produits de niche et les chefs de file de l’agriculture régénératrice, qui ont vraiment besoin d’aide et qui seront possiblement touchés par l’entrée de nouveaux produits sur le marché, n’auront pas de compensation, car il n’y a rien pour eux dans ce programme. Absolument rien.

Mais le plus inquiétant du programme ressort de son mécanisme. Il sera orchestré par la Commission canadienne du lait, une société de la Couronne mandatée pour offrir aux producteurs une juste rétribution de leur labeur et de leur investissement. 

Les producteurs laitiers clament depuis la semaine dernière que la somme versée représente une compensation pour les erreurs du gouvernement fédéral, et non une subvention proprement dite. C’est là que l’on réalise à quel point la vision du secteur se laisse embrouiller par l’égocentrisme. Pour nos partenaires externes et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la compensation offerte aux producteurs se veut un soutien à la production et donc une subvention.

Le Canada s’expose donc plus que jamais à des représailles et des critiques venant de l’extérieur.

Ces critiques auront probablement du mérite puisque nous n’avons toujours pas de stratégie à long terme. Il n’existe aucun plan pour réduire nos tarifs ou nous permettre d’exporter. Nous ne pouvons faire autrement que de soutenir notre filière laitière, mais d'offrir des paiements à l’aveuglette s’avère pire que de ne rien faire. Nos agriculteurs méritent mieux. Nous risquons de perdre plus de la moitié de nos fermes laitières au Canada d’ici 2030, et ce, malgré les compensations. Il y a vraiment lieu de s’inquiéter.

L’époque où les producteurs laitiers pouvaient dire que la production laitière s’effectuait sans subvention est maintenant révolue au Canada. Il faut maintenant l’assumer et offrir une vision à notre filière laitière, basée sur trois axes importants : la compétitivité, l’innovation, l’occupation du territoire et le service offert à tous les Canadiens, pas seulement les Ontariens et les Québécois.

En attendant, ne vous attendez pas à des rabais sur les produits laitiers en magasin. D’ailleurs, depuis la semaine dernière, vous payez pour vos produits laitiers en double, comme consommateurs et comme contribuables. Et sans stratégie, ce n’est pas demain que cette double boucle va se boucler.

* L'auteur est également professeur de distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie.