La lettre s’adresse au premier ministre du Québec, François Legault

Éric Bédard
Historien et professeur à TELUQ

Monsieur le Premier Ministre, l’économie du Québec se porte plutôt bien et les surplus budgétaires s’annoncent importants. Je suis convaincu que vous allez gérer prudemment cette manne inespérée, en « bon père de famille ». D’accord avec vous, ces sommes n’appartiennent pas seulement aux lobbys mais à tous les Québécois.

Je me permets tout de même une proposition simple qui pourrait marquer les esprits, aller dans le sens de vos préoccupations nationales et accroître la qualité de nos débats : revoir complètement le mandat de Télé-Québec.

Radio-Canada est dotée d’un mandat particulier et le consortium Québecor est une entreprise privée. Le climat général est à la polarisation, ce qui rebute beaucoup de Québécois, pas très portés sur les chicanes !

Ne serait-il pas temps de doter le Québec d’une télévision publique digne de ce nom ? Une télévision publique qui ferait de la véritable information, non de la « rééducation ».

Je rêve d’une salle des nouvelles québécoise qui s’intéresserait davantage à ce qui se passe à Barcelone qu’à Saskatoon, qui présenterait de manière équilibrée des enjeux comme la laïcité, l’immigration, la quête d’autonomie des petites nations ; une télé publique québécoise qui ferait écho aux débats qui traversent notre société sans constamment chercher à délégitimer un camp ou l’autre ; une télé publique engagée dans un « vrai » pluralisme, non pas seulement de la couleur de la peau ou de l’orientation sexuelle, mais des idées, des valeurs, des principes.

Contenu de qualité

Cette nouvelle Télé-Québec, à laquelle on pourrait adjoindre le Canal Savoir (pourquoi s’éparpiller ?), ferait honneur au contenu de qualité. On laisserait à d’autres chaînes les mêmes « vedettes » qui vont sur tous les plateaux faire mousser leurs dernières productions ou s’épancher sur leurs problèmes personnels. Une langue française de qualité serait à l’honneur, non la vulgarité populiste.

Cette nouvelle télé publique québécoise donnerait une plus grande place à nos chercheurs, à nos intellectuels et à nos sages qui ont tellement à nous offrir pour comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons. Elle produirait des séries documentaires sur une variété de sujets et de grands magazines consacrés aux arts, à la culture et au savoir. Elle proposerait des entrevues de fond avec des personnalités d’ici ou d’ailleurs. Les animateurs, inspirés par la belle époque des Wilfrid Lemoine et des Fernand Seguin, auraient une vraie culture et seraient de bons interlocuteurs.

Cette nouvelle Télé-Québec accorderait une place importante à l’histoire déclinée sous toutes ses formes. Convenez, Monsieur le Premier Ministre, que notre histoire mérite mieux qu’une série de clips accrocheurs. Je rêve d’une série semblable à American Experience où l’on découvrirait le destin de Québécois marquants ; j’aimerais que nous puissions, sur le mode du documentaire ou de la reconstitution historique, revisiter certains moments-clés de notre histoire.

Nous avons ici tous les talents pour à la fois expliquer et raconter, par exemple, la fascinante odyssée des Filles du roi ou des coureurs des bois. Il ne manque que les moyens et la volonté.

Jeune adolescent, j’avais découvert par hasard, aux Beaux dimanches, la série Les grands esprits animée par Edgar Fruitier. Des acteurs campaient de grands personnages de l’histoire et dialoguaient entre eux. Mercier croisait César, Machiavel et Cléopâtre, Platon et Marx, etc. Issu d’un milieu modeste, je n’avais pas beaucoup lu et je ne comprenais pas grand-chose, mais j’étais fasciné, émerveillé. Je rêve de la même chose pour mes enfants.

Régulièrement, Monsieur le Premier Ministre, vous faites état de vos lectures. Le 12 août dernier, vous nous avez encouragés à lire des auteurs d’ici. Ces gestes montrent bien que la culture est pour vous une « vraie affaire », qu’elle témoigne d’une présence au monde unique, irremplaçable, qui a de quoi nous rendre « fiers » — un mot que vous utilisez souvent.

Je vous invite à aller un peu plus loin. Je vous invite à poser un geste fort que même le Parti québécois au pouvoir n’a jamais osé. Je vous invite à marcher dans les pas de Daniel Johnson père, le fondateur de Radio-Québec en 1968, une décision audacieuse à l’époque.

Ce pourrait être le principal legs de votre premier mandat.