L’accident survenu sur l’autoroute 440 nous force à nous interroger sur le comportement des automobilistes et des camionneurs.

Michel Émond Michel Émond
Salaberry-de-Valleyfield

En effet, on note souvent que les accidents les plus graves impliquent des poids lourds (ce qu’on désigne souvent comme des « 53 pieds »), et les blessés graves et les morts sont fréquemment le résultat de la conduite des uns et des autres.

Après plus de 50 ans de conduite automobile sans accident et sans point d’inaptitude, je me considère comme un conducteur prudent et attentif, et je remarque donc la conduite des véhicules qui m’entourent sur la route. 

Alors que la vitesse et la conduite erratique sont souvent le fait des automobilistes et même des motocyclettes, on doit dire que la conduite téméraire et même agressive est le plus souvent l’apanage des camionneurs. 

Deux facteurs sont en cause : leur vitesse excessive et dangereuse dans des zones qui ne le permettent pas ou qui sont à risque, et suivre de très, très près les automobiles comme pour les forcer à changer de voie. On se croirait sur une piste de Formule 1 avec comme vedettes les camionneurs de poids lourds. 

Quand on aperçoit dans son rétroviseur la masse de la calandre d’un « 53 pieds » qu’on croirait presque attaché à notre parechoc arrière, il est évident que ça donne la frousse et que ça distrait. Un moment d’inattention en semblable circonstance et la voiture percute le véhicule avant, qu’il s’agisse d’une automobile ou d’un autre poids lourd.

Aucune marge de manœuvre

Le temps de réaction de l’automobiliste est très court, mais celui du camionneur l’est encore plus. Quand les camionneurs conduisent un véhicule de plusieurs tonnes et qu’ils suivent une automobile ou un autre camion à une distance imprudente d’une quinzaine de pieds tout au plus, fatalement, un jour ou l’autre, ce camionneur n’aura pas le temps de réagir si celui qui le précède ralentit brusquement et le percutera avec toutes les conséquences néfastes possibles.

Je crois donc que les automobilistes ont leur part de responsabilité dans le partage de la route, mais les camionneurs au volant de leurs mastodontes doivent réfléchir à leur conduite et, en tout premier lieu, garder leur distance avec le véhicule qu’ils suivent comme si leur famille se trouvait à bord !